Samedi 18 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 10/08/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

Hommage à John Ahodikpé : l’adieu d’un grand frère


John Messan Ahodikpé est décédé ce mercredi 5 Août 2009 à l’âge de 59 ans suite à une longue maladie. Né le 13 août 1952 à Lomé, ce grand frère attentionné, généreux, homme de réjouissance, militant politique et opposant irréductible quitte la scène en toute discrétion et humilité. John Ahodikpé était un homme dynamique et organisateur talentueux. A la fois discret et volubile, Fo John slalomait à travers la communauté togolaise sans avoir véritablement dévoilé son rêve: le retour au Togo, à la terre de nos aïeux. La diaspora togolaise vient de perdre l’une de ses personnalités les plus attachantes.

John vivait en France depuis une trentaine d’années, c’était un pilier de la communauté sur lequel s’appuyaient certains compatriotes fraichement débarqués. Il adoucissait l’atterrissage brutal en leur ouvrant sa porte, où ils trouvaient une table généreuse et l’ambiance fraternelle. Le grand frère John était hospitalier, il offrait un nid à ceux qui avaient besoin de souffler et retrouver des forces et du travail pour appréhender ce dur pays qu’est l’exil. Sa cuisine ravivait les sens et les palais en proposant les mets les plus succulents de la cuisine togolaise. En hiver comme en été l’accueil était du pareil au même avec un fond musical qui berçait et maintenait les émotions intactes : c’était comme à la maison …au pays …...

Cette vie familiale, fraternelle et intime ne suffisait pas à Fo John ; il fallait la partager avec ses autres frères de la communauté togolaise. Il créa le Club John ; pas un club à la British, fermé avec des membres repliés sur eux-mêmes mais un club ouvert à tous ceux qui voulaient humer ou partager l’air du pays. C’était familial, la John Family. Ce club rythma un temps soit peu l’existence et anima toutes les festivités de la communauté togolaise. C’étaient des rendez-vous ponctuels, des rencontres, des repères, un moment de vie. Venus de tous horizons, de tous les recoins de l’hexagone et des contrées européennes, les Togolais avaient plaisir à saisir ces occasions festives pour renouer avec le terroir et lier des liens affectifs. Enfants, femmes et hommes, tous tirés à quatre épingles, de la tenue traditionnelle au costume trois-pièces, toute la variété de l’élégance togolaise, égayaient ces événements (mariages, baptêmes, anniversaires, …). C’était toujours un festin. La nuit était longue, rythmée par l’Afro-cubain, la musique congolaise, le High life, etc.…; la piste de danse prise d’assaut n’était libérée qu’au petit matin.

Ancien footballeur de l’équipe junior de la Modèle de Lomé, l’organisateur talentueux avait fondé dans les années 80, l’Alliance Club de Paris, une équipe de football qui regroupait des africains de diverses nationalités (Togolais, Congolais, Ivoiriens, …). Il était à la fois l’entraineur, le manager et le président de ce club plusieurs fois vainqueur de la coupe de la ligue de Paris. Organisateur de tournois, le Président John animait également toutes les parties de football du dimanche matin à la Porte de Bagnolet où les compatriotes Togolais entretenaient leur forme. Malgré le poids des ans et son embonpoint, John avait maintenu intact son esprit sportif.

Les rabat-joie diront que pour rendre heureux un Togolais, il suffit d’un bon plat du pays, de la musique, quelques pas de danse, des frivolités et le tour est joué….C’est oublier l’essentiel ! Mis en confiance, le Togolais laisse libre court à ses véritables attentes et appréhensions. Grand travailleur, non violent, il est fondamentalement épris de justice. C’est en cela que John en homme avisé fut un militant qui œuvra beaucoup pour la lutte contre la dictature des Gnassingbé. Ces rencontres, ces festivités qu’il offrait à ses compatriotes étaient également des occasions de parler du pays et du mal être face à la situation politique. Activiste insoupçonné, John était dans les années 80 militant du Mouvement Togolais pour la démocratie (MTD), le premier parti de l’opposition togolaise en exil. Il était de tous les engagements et les manifestations de la diaspora pour un Togo libre et démocratique. On se souvient des émotions provoquées par la distribution des premiers tracts et du journal le Combat du MTD à l’entrée de l’une de ses soirées dansantes du Club John. Il avait osé ; fin de l’hypocrisie, il fallait se compter, la lutte était maintenant à visage découvert. Son engagement était sans bornes pour qu’un jour le Togo retrouve la quiétude et que les Togolais puissent rentrer chez eux, vivre librement, travailler honnêtement et bâtir leur cité. Se consolera-t-il avec la situation exemplaire de ces frères du Ghana ?


En toute quiétude, en pleine période estivale, cet homme de fête s’en est allé, sans coup férir. Le dernier souvenir que j’ai de lui c’est d’avoir partagé les chansons de Bella Bellow et particulièrement le morceau BLEWU…Le départ de John c’est un peu de nous qui s’envole. Parler de John c’est parler de nous.


A Dieu Grand frère …



Si vous désirez témoigner votre sympathie à la famille AHODIKPE, vous pouvez écrire à : ahophil@yahoo.fr




VEILLEE DE PRIERES ET DE CHANTS VENDREDI 14 AOÛT 2009 à 18 H

En mémoire de Mr AHODIKPE JOHN MESSAN rappelé à Dieu le 05 AOÛT 2009 à PARIS  à l’âge de 59 ans 


PROGRAMME

En l’Eglise Luthérienne de St Denis 29 Bld carnot
Métro: St Denis Basilique

Mise en bière :

Mercredi 19 aout 2009 à 13 heures
Chambre mortuaire Hopital kremlin bicetre
(métro Krimlin Bicêtre)

Rapatriement du corps au Togo:

Jeudi 20 aout 2009 Aèroport de Roissy Charles de Gaulle II

Veillée et enterrement à Lomé

Jeudi 20 aout 2009 au temple Salem de Hanoukope

Chapelle ardante : Temple Salem

Vendredi 21 aout

Levée de corps et Messe d’enterrement au Temple Salem

Inhumation : Cimetière d’Adjido (Aneho)


Contact Paris (France) :
M. Philippe Ahodikpe au 01 69 06 67 84 / 0628332203
Domicile de clignancourt 01 42 58 51 98

Contact Lomé (Togo) :
M. Nicodème AHODIKPE 221 42 48 / 0463574 (Hôtel AHOUEFA)
Pharmacie AKOFA 221 00 97
M. Guy Lawson 226 03 48 / 936 74 89

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)