Lundi 27 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

JEUNE AFRIQUE - 28/05/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

Dupuydauby perd le Togo


Alors qu'il se trouvait à Ouagadougou, le président du groupe Progosa a préféré regagner l'Espagne plutôt que le Togo où il se sentait menacé. Les forces de police ont investi sa villa à Lomé.


Le Procureur de la République du Togo, Robert Bakai, a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre du Français Jacques Dupuydauby. Alors qu’il se trouvait à Ouagadougou,au Burkina, où il a notamment été reçu en audience par Blaise Compaoré le 26 mai, le président fondateur du groupe Progosa, spécialisé dans l’économie portuaire, a décidé de ne pas regagner le Togo comme cela était prévu.

« J’ai été informé que les forces de police togolaises avaient pris possession de ma villa où sont entreposées toutes les archives et les pièces comptables de mes sociétés », explique Jacques Dupuydauby, joint par téléphone.

Le Falcon, qui se trouvait sur le tarmac de l’aéroport de Ouagadougou à côté de l’avion du président togolais Faure Gnassingbé, lui aussi reçu en audience le même jour par le chef de l’Etat burkinabè, a mis directement le cap sur Séville, en Espagne, où se trouve le siège de son groupe. Il aurait été aussitôt rejoint par son fils Vianney ainsi que son directeur juridique, l’ancien avocat Gérard Perrier, qui étaient tous deux à Lomé.

Selon un proche collaborateur du doyen des juges d’instruction, Essohana Wiyao, une enquête sur les activités de Dupuydauby au Togo a été lancée et les locaux de ses filiales - SE2M et SE3M - sont toujours perquisitionnées par les forces de police.

Le départ de l’homme d’affaires qui gère, entre autres, la manutention du principal quai du Port de Lomé (Pal), intervient alors que ces sociétés font l’objet d’un contrôle fiscal depuis plusieurs mois. Proche de l’ancien président Gnassingbé Eyadéma mais aussi de l’ancien président Jacques Chirac, Dupuydauby serait redevable de 1,4 milliard de francs CFA au titre de redevances portuaires non acquittées depuis août 2008.

Malgré son montant, cette créance de l’Etat ne suffit pas expliquer que les dirigeant d’une enseigne historiquement implantée au Togo et ayant leurs entrées auprès de personnalités de premier plan au sein du gouvernement aient pu être inquiétées de cette façon.

Selon plusieurs observateurs une main politique agirait en toile de fond, qui ne serait autre que celle de Faure Gnassingbé. A quelques mois de la présidentielle prévue en mars 2010, le chef de l’Etat continuerait à « remettre de l’ordre dans la maison » en s’en « prenant à un personnage encombrant », jugé trop proche des anciens caciques du régime de Eyadema-père.

Tout en adressant un signal fort à Paris, cette stratégie permettrait également au groupe Bolloré, concurrent de Progosa, de reprendre pied au Togo. « On sait qu’une élection au Togo ne se joue pas sans la France, commente un fonctionnaire international en poste à Lomé. Et il vaut mieux être plus près de Nicolas Sarkozy en ce moment ».

La justice togolaise doit d’ailleurs rendre d’ici quelques jours un verdict très attendu à propos d’un différend opposant les deux groupes qui se livrent depuis plusieurs années à une lutte sans merci pour le contrôle des terminaux à conteneur de certains ports africains. Selon plusieurs sources concordantes, ce verdict donnerait gain de cause à Bolloré.

Rarement anodine dans ce pays, l’arme du contrôle fiscal a visé par le passé des personnalités des milieux d’affaires ou de la scène politique. Surnommée la « Dame de Fer », Ingrid Awadé-Nanan, l’actuelle responsable de la Direction Générale des Impôts (DGI) au ministère des Finances et ancienne conseillère du chef de l’Etat, avait, en 2006, engagé plusieurs procédures contre les sociétés dirigées par Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du président Faure, lorsque celui-ci était responsable de la Zone Franche de Lomé (Sazof). Des proches de Kpatcha comme le Libanais Bassam el-Najjar ont été visés à l’époque. L’administration fiscale lui réclamait neuf milliards de francs CFA. Cet importateur de véhicules d’occasion ayant pignon sur rue avait quitté le pays clandestinement.

« L’affaire Dupuydauby », qui n’étonne personne dans les milieux économiques togolais, intervient également après l’arrestation, en avril, de Kpatcha Gnassingbé pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». Y a t-il une coïncidence entre les deux événements ? « Aucun élément ne permet à l’heure actuelle de lier ces affaires », indique-t-on à Lomé.

Une chose est sûre : le président du groupe Progosa savait depuis plusieurs jours que sa bataille contre le groupe Bolloré dans ce pays est perdue. « Le 25 mai, j’ai procédé au licenciement de plusieurs de mes salariés qui m’ont affirmé ne pas vouloir travailler pour ce groupe », explique Dupuydauby qui a alerté ses avocats pour contre-attaquer.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)