Jeudi 27 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

INTERNATIONAL MONETARY FUND (IMF) - 02/03/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

Déclaration de la mission des services du FMI au Togo


Communiqué de presse n° 09/49 (F)

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a rendu publique la déclaration suivante à Lomé:

« Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Marshall Mills a séjourné à Lomé du 11 au 25 février 2009 en vue des discussions dans le cadre des consultations au titre de l'Article IV pour l'année 2009 et de la deuxième revue du programme du gouvernement appuyé par un accord conclu au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC)

1. La mission a rencontré le Chef de l'État, M. Faure Gnassingbé, le Président de l'Assemblée nationale, M. Abass Bonfoh , le Premier Ministre, M. Gilbert Houngbo, le Ministre des Finances, M. Adji O. Ayassor, le Directeur national de la BCEAO, M. Komlan V. Adjohoto, ainsi que d'autres membres du gouvernement et hauts responsables de la Banque centrale (BCEAO). La mission a eu des entretiens constructifs avec les représentants de la société civile, du secteur privé et des bailleurs de fonds.

« En 2008, l'économie togolaise a subi l'impact de la flambée des prix mondiaux des denrées alimentaires et des produits pétroliers et des graves inondations qui ont endommagé les infrastructures routières, détruit la production vivrière et paralysé le commerce. Par conséquent, on ne table que sur une, croissance économique de l'ordre de1,1 %, malgré des signes d'un retour de la confiance avec la mise en œuvre du programme de relance du gouvernement. Ces perturbations économiques ont entraîné une hausse de l'inflation en milieu d'année, bien qu'elle ait baissé vers la fin de l'année. La situation des finances publiques s'est nettement améliorée, grâce à un effort de recouvrement des recettes plus important que prévu, même si les dépenses d'investissement tant nécessaires n'ont pas atteint les niveaux visés en raison des contraintes liées aux capacités administratives. Avec le concours des partenaires au développement, les autorités ont élaboré un plan d'action pour lever les goulots d'étranglement en vue d'accélérer l'exécution des projets d'investissement, tout en maintenant des contrôles appropriés. Elles ont également exprimé leur détermination à remplir les conditions nécessaires pour atteindre en 2010 le point d'achèvement en vue de l'obtention de l'allègement de la dette prévu dans le cadre de l'initiative PPTE. Les autorités ont en outre souligné que la réalisation de progrès dans ces domaines serait indispensable pour favoriser une croissance forte et soutenue et faire reculer la pauvreté. Le Fonds est disposé à soutenir les autorités dans leur détermination à mettre en œuvre leur programme de réforme.

« La performance dans le cadre du programme soutenu par la FRPC a été très satisfaisante. Tous les repères quantitatifs et les critères de réalisation liés aux politiques budgétaires du gouvernement ont été largement observés. Le gouvernement a accompli des progrès notables dans la mise en œuvre des réformes structurelles visant à renforcer la gestion des finances publiques, restaurer la santé du secteur bancaire et réformer les entreprises publiques afin de soutenir la croissance.

« En 2009, la croissance devrait être modeste (environ 1,7 %) car les effets du ralentissement de l'économie mondiale seront amortis par l'impact positif du programme économique du gouvernement. Dans le cadre du programme du gouvernement, l'activité économique sera tirée par un accroissement des dépenses d'investissement publiques, qui seront financées en grande partie par une aide extérieure accrue. Il est prévu une reprise de la production vivrière suite aux dommages causés par les inondations survenues l'année dernière, notamment grâce aux efforts déployés par le gouvernement pour stimuler la production par des subventions ciblées pour l'achat d'intrants. En outre, les réformes structurelles en cours, notamment dans le secteur financier, devraient favoriser la croissance. Par ailleurs, la crise financière mondiale entraînera probablement une baisse des recettes d'exportation du phosphate et du coton, et des transferts des migrants. L'inflation devrait se situer dans la limite de 3 % fixé au niveau régional.
« L'équipe du Fonds voudrait remercier les autorités togolaises pour l'esprit d'ouverture et de dialogue constructif qui a prévalu lors de la mission ».

1 La FRPC est le mécanisme de prêts à taux concessionnels du FMI en faveur des pays à faible revenu. Les programmes soutenus par la FRPC sont basés sur des stratégies de réduction de la pauvreté propres aux pays, adoptées à la suite d'un processus participatif impliquant la société civile et les partenaires au développement et présentée dans le Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté. Cette démarche a pour but d'assurer que les programmes soutenus par la FRPC s'inscrivent dans un cadre global de politiques macroéconomiques, structurelles et sociales destiné à favoriser la croissance et à réduire la pauvreté. Les prêts octroyés dans le cadre de la FRPC ont un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et un délai de remboursement de plus de 10 ans, assorti d'un différé d'amortissement de 5 ans et demi pour le remboursement du principal.


Source: International Monetary Fund (IMF)
Date: 25 Feb 2009

DÉPARTEMENT DES RELATIONS EXTÉRIEURES DU FMI

Relations publiques Relations avec les médias
Téléphone: 202-623-7300 Téléphone: 202-623-7100
Télécopie: 202-623-6278 Télécopie: 202-623-6772

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)