Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AP - 20/01/2009 Imprimer | Envoyer | Réagir

La journée historique de Barack Obama, 44e président des Etats-Unis


AP | 20.01.2009 |
Dans son discours d'investiture, sa première allocution en tant que président en exercice, M. Obama a exhorté ses compatriotes à "refaire l'Amérique". "Le temps où nous résistions au changement, où nous protégions des intérêts étriqués et repoussions les décisions déplaisantes, ce temps est assurément fini", a-t-il déclaré après sa prestation de serment devant des centaines de milliers de personnes, probablement au moins un million, massées sur l'immense esplanade du National Mall.

"Aujourd'hui je vous dis que les défis auxquels nous sommes confrontés sont réels. Ils sont graves et ils sont nombreux. Ils ne seront pas relevés facilement ni rapidement. Mais sache-le, ô Amérique, ils seront relevés", a-t-il promis d'une voix forte à ses concitoyens.

En ces temps difficiles pour les Etats-Unis frappés par la récession, il a rappelé les paroles de George Washington, le premier président du pays, enjoignant les Américains au courage "dans cet hiver de notre épreuve". "Avec espoir et vertu, bravons une nouvelle fois les courants glacés et endurons les tempêtes qui pourraient surgir", a-t-il lancé dans son discours d'une durée de 18 minutes et demie.

Il a également promis au monde une nouvelle Amérique davantage à l'écoute des autres, tout en jurant de ne rien faire qui puisse nuire à la sécurité des Etats-Unis, et en évoquant la menace terroriste. "Nous ne nous excuserons pas pour notre mode de vie et ne renoncerons pas à notre défense. Et à ceux qui cherchent à faire avancer leurs objectifs en provoquant la terreur et le massacre d'innocents, nous disons aujourd'hui que notre moral est plus fort et ne peut être brisé, (...) nous vous vaincrons."

Barack Obama s'est ensuite adressé au "monde musulman", à qui il a promis de "chercher une nouvelle façon d'avancer fondée sur l'intérêt et le respect mutuels." Il a également évoqué le caractère historique de son investiture dans un pays marqué par un passé douloureux pour les Noirs, soulignant que son père, un Kényan, "n'aurait peut-être pas été servi dans un restaurant local il y a moins de 60 ans".

Après la prestation de serment, qui s'est déroulée sous un beau soleil, mais par -2 degrés Celsius, les festivités d'investiture, commencées ce week-end, devaient se poursuivre avec une grande parade sur Pennsylvania Avenue et les dix bals officiels en l'honneur du nouveau président qui devaient s'achever tard dans la nuit.

Malgré le froid glacial et un risque de chutes de neige, des centaines de milliers de personnes avaient convergé vers la capitale américaine sous haute surveillance en début de journée. Les rues ont commencé à se remplir bien avant le lever du jour et les rames du métro enregistraient une forte affluence peu après le début du service à 4h du matin.

M. Bush a laissé une note à son successeur dans un tiroir de sa table de travail, dans le Bureau Ovale, comme le veut la tradition. Un message dans lequel le président sortant déclare une nouvelle fois que M. Obama représente un nouveau chapitre de l'histoire des Etats-Unis et où il lui adresse à nouveau tous ses voeux de succès, a expliqué la porte-parole de M. Bush, Dana Perino.

L'héritage politique de l'impopulaire président sortant constitue un lourd fardeau pour la nouvelle administration, même si les sondages montrent que les Américains ont confiance dans la capacité de Barack Obama à réussir. Le nouveau président a prévenu avant son investiture que l'économie risquait de se détériorer encore et qu'il faudrait du temps avant de voir une amélioration.

La 56e journée d'investiture présidentielle de l'histoire des Etats-Unis avait commencé pour M. Obama et son vice-président Joseph Biden, qui a prêté serment juste avant le président-élu, par un office traditionnel à l'église épiscopale de St. John, non loin de la Maison Blanche. Les cloches ont retenti à l'arrivée du président-élu et de son épouse Michelle, en robe jaune d'or tissée de fils d'argent.

Le révérend Luis Leon a accueilli les Obama, entrés dans l'église sous les applaudissement d'environ 200 personnes, et rappelé que tous les présidents américains depuis James Madison, le quatrième président du pays, s'étaient recueillis au moins une fois dans cet édifice religieux. Les Obama ont ensuite été accueillis par M. Bush et son épouse Laura à la Maison Blanche pour prendre le café. Mme Obama a remis à la First Lady sortante un cadeau emballé dans une boîte blanche ornée d'un ruban rouge.

Après la prestation de serment de Barack Obama, les Bush ont quitté Washington pour le Texas. Quant au nouveau président des Etats-Unis, il devait participer à quelques-uns des bals dans la soirée mais a promis de s'atteler à sa tâche dès mercredi.

AP

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)