Jeudi 27 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 21/11/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Barack OBAMA à la Maison Blanche : Le rêve Américain et les utopies Africaines


Par Armand ADOTEVI*

Les Noirs d’ici, d’Afrique et d’ailleurs ont cru pouvoir s’approprier la brillante élection le 04 novembre 2008 de Monsieur Barack OBAMA à la présidence des États-unis d’Amérique.

Dans plusieurs pays à travers le monde et plus particulièrement dans de nombreux pays d’Afrique il y a eu une mobilisation et un soutien sans égal s’agissant de l’élection d’un Président à la tête des USA.

Du point de vue du symbole, l’élection d’un homme issu d’une minorité ethnique Américaine est un geste historique significatif qui comme tel mérite d’être salué, tant et tant cette élection suscite légitimement une émotion positive.

En Afrique, ce fut des scènes de liesse extraordinaire et nombreux exprimant leur fierté se sont pris à rêver de l’amélioration spectaculaire de leurs conditions de vie du fait de cette élection.

Monsieur Barack OBAMA est-il Noir comme il est dit ci et là ? Je considère que Non ! Le nouveau Président des USA est un métis issu de l’union d’un homme Noir originaire du Kenya et d’une femme Blanche elle-même métissée (indien cherokee). En conséquence, à quel titre voudrait-on passer en pure perte et occulter le ventre nourricier d’une mère Blanche qui à l’instar de toutes les femmes ressentit les douleurs d’une grossesse neuf mois durant ?

Comment peut-on balayer d’un revers de main ou ne point exaucer la femme, la mère qui à l’instar de toutes les femmes, de toutes les mères a vraisemblablement souffert neuf mois durant en sa vie de mère porteuse d’un fœtus en devenir ? À l’évidence, Monsieur Barack OBAMA n’est pas Noir, mais métis !

Les débordements et autres appropriations Africaines me paraissent dès lors pour le moins excessives et révélatrices d’un profond mal-être, d’un réel mal-vivre sur le continent africain.

S’agissant de la portée politique interne de l’élection de Monsieur Barack OBAMA à la présidence des USA, le nouveau Président Américain devra néanmoins gérer une équation à dérivées successives en raison de ce que son ascendant paternel est il est vrai un Noir, venu du Kenya. C’est pourquoi, il me paraît utile de rappeler le sort qui fut fait aux Noirs dans le Mississipi ou en Alabama et en tous autres endroits de la Fédération des États-unis d’Amérique : Ils furent exposés au lynchage, à la cruauté sans limite, à la barbarie, à l’abomination, traités comme des sous-hommes, ségrégés et interdits de tous droits civiques.

En termes de travail forcé (construction de voies ferrées, de routes, etc.…) la main-d’œuvre corvéable à merci, asservie durablement (descendance incluse), déportée d’Afrique noire au 17ème siècle dans les plantations de tabac, de canne à sucre, de riz et de coton dans le Sud des États-unis d’Amérique constitua une réponse économiquement profitable et une humiliation suprême de l’homme Noir aux USA.

Le combat contre l’arbitraire absolu et la ségrégation raciale auxquels les Noirs d’Amérique furent soumis longtemps après l’abolition de l’esclavage et la lutte pour leur émancipation laissèrent pour morts, dans des conditions de sauvagerie ahurissante, un très grand nombre d’entre eux. Cette réalité historique est forcément présente dans l’esprit du nouveau Président Américain même s’il s’est bien gardé de mener une campagne électorale fondée sur des considérations racialistes. Les Noirs Américains ainsi que tous les Américains issus de toutes les minorités ethniques se considérant comme des Américains part entière. Conscient de ce que l’instrumentalisation du sujet de l’esclavage à des fins politiques ou communautaristes n’a pas souvent emporté l’adhésion massive non seulement des Noirs Américains eux-mêmes, mais également des Blancs Américains, Monsieur Barack OBAMA n’a pas adopté tout le long de sa campagne électorale, la posture de l’héritier de la cause des Noirs Américains opprimés.

Pour ma part, j’estime qu’il fut particulièrement bien inspiré de ne pas s’être aventuré sur ce terrain en raison de ce que les actions et initiatives des hommes politiques Noirs Américains membres du Congrès Américain, regroupés au sein du groupe de pression -Blacks Caucus- sont diversement appréciées.

Les Américains dans leur ensemble ont porté à la tête de leur pays Monsieur Barack OBAMA non pour ce qu’il est, c’est-à-dire un métis, mais précisément pour ce qu’il a fait, ce qu’il a proposé, ce qu’il leur a dit durant sa campagne et pour ce qu’ils pensent qu’il fera pour les États-unis d’Amérique et pour eux Américains.

Monsieur Barack OBAMA a gagné les élections présidentielles et précédemment l’investiture du Parti démocrate sur ses seuls mérites et parce qu’il a su avec professionnalisme, sérieux, rigueur et charisme incarné le changement adossé à une offre politique nouvelle, pour tous les Américains et accessoirement pour le monde entier, mais certainement pas parce qu’il est prétendument Noir.

Monsieur Barack OBAMA Président élu des États-unis d’Amérique établira peut-être des relations plus étroites avec le continent africain, [sans doute] (?) le Kenya aura une place spéciale dans le cœur du nouveau Président Américain, cependant il défendra toujours partout et en tous lieux où besoin sera, les intérêts des États-unis d’Amérique. Les relations internationales n’étant pas guidées par les sentiments mais par des intérêts géostratégiques froids.

Les espoirs et les attentes des africains risquent de relever de l’utopie et tourner court !

Pour rappel : Monsieur Boutros-Boutros GHALI Egyptien, ne fut-il pas Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies -ONU- Ce qui n’est pas rien ! Le sort de l’Egypte, Maghreb ou du continent africain en fut-il favorablement modifié ?

Monsieur Kofi ANNAN ancien Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies -ONU- ! Ce qui n’est pas rien ! Un Noir africain de pure "souche", originaire de la République du GHANA (Afrique de l’Ouest) ne fut-il pas huit (8) années durant une sorte de Super-Président planétaire ? Le sort du continent africain en fut-il pour autant modifié ?

Le Général Colin POWELL métis, originaire de la Jamaïque ne fut-il pas Secrétaire d’État aux affaires étrangères quatre (4) années durant ? Le sort de l’île de la Jamaïque en fut-il modifié ?

Madame Condoleezza RICE Noir Américaine, arrière descendante d’esclaves déportés d’Afrique, ne fut-elle pas Secrétaire d’État aux affaires étrangères quatre (4) années durant ? Le sort de l’Afrique en fut-il modifié ?

Les Dirigeants politiques africains (potentats, dictateurs, autocrates, usurpateurs, imposteurs et voleurs) au pouvoir en Afrique depuis trente (30) ans, quarante (40) ans sont les premiers responsables de la stagnation des pays d’Afrique !

Au Kenya, l’actuel Président de la République Monsieur Mwaï KIBAKI 76 ans qui se maintint coûte que coûte au pouvoir contre le choix exprimé dans les urnes par son peuple à l’issue de l’élection présidentielle de décembre 2007 de laquelle il sortit notoirement battu, donc perdant, ce Monsieur Mwaï KIBAKI qui en la circonstance ordonna à la soldatesque une répression sanglante du peuple descendu dans la rue pour contester la publication de résultats frauduleux, laissant pour morts par balles ainsi que par lynchage inter-ethnique à travers tout le Kenya plusieurs centaines de ses concitoyens, ce Président usurpateur, imposteur trouva la sublime inspiration de décréter une journée fériée sur toute l’étendue du territoire national du Kenya pour « fêter l’élection de Monsieur Barack OBAMA à la présidence des États-unis d’Amérique ». Cocasse ! Saugrenu ! Pittoresque ! N’eut-il pas été mieux inspiré en proclamant à son peuple « Mes Chers compatriotes, voyez où peut conduire le sérieux, le travail et la rigueur. Prenons exemple sur un fils dont le père fut des nôtres ».

Africaines et Africains, soyons lucides, ne nous berçons pas d’illusions, Monsieur Barack OBAMA sera le Président des États-unis d’Amérique et ès-qualité, veillera aux intérêts bien compris de l’Amérique et du peuple Américain. Il nous revient de nous stimuler solidairement (ce qui n’est pas souvent le cas entre Noirs africains et les Noirs tout court, qui entretiennent entre eux des rapports ambivalents …) de nous stimuler disais-je par une phrase tirée du message de félicitations qu’adressa l’ancien Président d’Afrique du Sud Monsieur Nelson MANDELA à Monsieur Barack OBAMA. Je cite (sic) « Votre victoire démontre que personne ne doit avoir peur de changer le monde ».

N’ayons pas peur de provoquer le changement dans nos pays et arrêtons de rêver !

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)