Vendredi 23 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

UNICEF - 24/10/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Au Togo, UNICEF fournit aux femmes enceintes un traitement préventif gratuit contre le paludisme


UNICEF-20/10/08 - Akouvi a fait trois kilomètres ce matin pour rejoindre le dispensaire de Goumou-Kopé, village situé dans la région Maritime à une dizaine de kilomètres d'Aného. Revendeuse de fruits et légumes, cette mère de deux enfants, est enceinte de quatre mois. Elle se rend à l'unité de soins pour bénéficier de sa première consultation prénatale.

« Lors de ma dernière grossesse, j'ai perdu mon enfant. Il est mort-né » explique Akouvi. « Cette fois je veux que mon enfant naisse en bonne santé. Pour cela il faut que je sois en bonne santé et que je n'attrape pas le paludisme » ajoute-elle.

Un enfant meurt du paludisme toutes les 30 secondes dans le monde et l'Afrique enregistre 90% de ces décès. Au Togo, le paludisme est responsable d'un décès sur vingt personnes qui développent la maladie. La plupart des victimes sont des enfants de moins de cinq ans. Et pour cause, seuls quatre enfants sur dix dorment sous une moustiquaire et seulement deux femmes enceintes sur vingt bénéficient du Traitement Intermittent Préventif (TIP).

Le TIP consiste à administrer aux femmes enceintes deux doses d'un médicament anti-paludique après l'apparition des premiers mouvements du fœtus. En protégeant la femme enceinte du paludisme, le traitement réduit les risques d'anémie chez le nourrisson ainsi que l'insuffisance pondérale à la naissance.

Grâce au soutient de l'UNICEF, l'unité de soins de Goumou-Kopé procure gratuitement aux femmes enceintes le traitement préventif intermittent et des moustiquaires imprégnées d'insecticides à prix réduits (1,2US$).

Donner la vie sans le paludisme

Au dispensaire de Goumou-Kopé, les femmes enceintes sont prises en charge par Akpegnidou, sage-femme et « maman d'une bonne partie des enfants de la localité » aime-t-elle dire.

« Le paludisme est un combat. Aujourd'hui, nous avons les moyens de le combattre mais il faut sensibiliser les mères. Beaucoup de femmes accouchent encore chez elles sans avoir consulté de médecin avant la naissance de leur enfant ! Alors que les soins que nous fournissons sont gratuits ! » déplore la sage-femme.

Aujourd'hui, la salle d'attente est pleine. Une vingtaine de femmes enceintes attendent patiemment leur tour. Akouvi entre la première en salle de consultation. Elle s'allonge sur le lit médical. Akpegnidou l'ausculte.

« Tout va bien. On entend le bébé bouger » sourit la sage-femme. « Comme nous sommes au quatrième mois, nous devons prescrire le traitement intermittent préventif » dit-elle tout en sortant trois comprimés d'antipaludique. Akouvi acquiesce et avale chaque comprimé.

« Je suis soulagé » soupire-t-elle. « J'ai tellement peur qu'il arrive quelque chose à mon bébé, je veux tout faire pour limiter les risques de maladies » explique la jeune mère. « Pour être mère, il faut d'abord prendre soin de soi-même. Une fois que tu es capable de cela, tu peux commencer à t'occuper de tes petits » clame Akouvi.

En soutenant plus de 245 unités de soins périphériques au Togo, l'UNICEF, en partenariat avec le Gouvernement, fournit gratuitement à 65% des femmes enceintes des doses de TIP et protège 60% des enfants de moins de 5 ans en subventionnant les moustiquaires imprégnées d'insecticides. Ces actions contribuent à l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement en matière de survie de l'enfant. Au Togo, l'UNICEF se fixe de réduire de 15% la mortalité infanto-juvénile d'ici 2012.

par Hadrien Bonnaud

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)