Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

MINISTèRE DE L’ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE - 02/09/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Soutien exceptionnel de la France en faveur du Togo


Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi, et Alain Joyandet, secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la francophonie, ont décidé de doubler le montant de l’aide budgétaire versée au Togo pour l’aider à faire face à la crise alimentaire.

Cette aide exceptionnelle a été annoncée par Alain Joyandet mardi 2 septembre à Lomé. Au cours de son déplacement au Togo, Alain Joyandet a également signé un accord bilatéral de remise de dette entre la France et le Togo, avec le ministre de l’Économie et des finances de la République togolaise, M. Adji Oteth Ayassor.

La France confirme ainsi son soutien constant au rétablissement des relations du Togo avec la communauté financière internationale.

Alors que le Togo est en passe de réussir sa transition démocratique et économique, il fait aujourd’hui face à des chocs exogènes qui pèsent fortement sur la politique de redressement qui a été engagée. Selon le FMI, il s’agit en effet d’un des cinq pays au monde les plus affectés par la hausse des prix des prix alimentaires et pétroliers. Par ailleurs, les violentes inondations survenues fin juillet ont occasionné d’importants dégâts qui ont assombri les perspectives économiques.

Dans ce contexte, la France souhaite marquer sa solidarité à l’égard du Togo et encourager la poursuite des efforts de bonne gouvernance. Christine Lagarde et Alain Joyandet ont accordé une aide budgétaire exceptionnelle de 2,5 M€, portant à 5 M€ le total de l’aide budgétaire de la France au Togo en 2008

Une première tranche d’aide budgétaire, qui a été décaissée il y a quelques semaines, avait été affectée, à la demande des autorités togolaises, au subventionnement par l’État de l’achat d’engrais pour les cultures vivrières. L’affectation de la deuxième tanche, annoncée aujourd’hui, sera discutée avec la partie togolaise dans les tous prochains jours lors d’une mission conduite par le ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi. La priorité sera donnée au soutien des populations les plus vulnérables et à l’atténuation des effets de la hausse des prix alimentaires.

Cette aide s’inscrit dans le cadre de l’engagement de la France de doubler son aide à décaissement rapide en faveur de la sécurité alimentaire des pays les plus touchés par cette crise, et de sa volonté de promouvoir un « Partenariat mondial pour la sécurité alimentaire ».

A travers l’accord bilatéral de remise de dette, la France prend également toute sa part dans l’effort de réduction de dette décidé par les pays créanciers du Club de Paris le 12 juin 2008, qui doit conduire à l’annulation globale de 347 M$ de dettes en faveur du Togo.

Au total, la mise en oeuvre de l’accord bilatéral entre la France et le Togo permettra à elle seule d’effacer 95 M$ de dettes du Togo et de rééchelonner 107 M$. Par ailleurs, à titre exceptionnel, au vu de la capacité de paiement très limitée du Togo, de la contrainte supplémentaire qui résulte de la forte hausse des prix des matières premières et des produits alimentaires, aucun paiement n’est attendu par la France de la part du Togo entre le 1er avril 2008 et le 31 mars 2011.

Contacts Presse :
Cabinet de Christine LAGARDE - Jean-Marc PLANTADE / Elisa GHIGO : 01 53 18 41 35
Cabinet de Alain Joyandet - Guyonne de MONTJOU : 01 53 69 40 35

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)