Lundi 26 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LES AMIS DE LOME - 30/08/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Pétition pour la sauvegarde des plages de Lomé


Coalition contre le projet La résidence les cocotiers (CCRC)

Conférence de presse du 24 juillet 2008
DECLARATION LIMINAIRE
Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord vous remercier bien sincèrement pour votre présence si nombreuse à la conférence de presse de ce matin organisée par l’Association " Les Amis de Lomé " que j’ai l’honneur de présider.

Lomé, notre ville, abandonnée !La plage de Lomé, sacrifiée !...

Il s’agit, en effet, d’un cri de cœur, d’un cri de révolte, mais aussi un appel au sursaut, à la mobilisation populaire des amis et des citoyens de Lomé, pour redonner sa dignité à notre très chère ville, Lomé, capitale de notre pays le Togo, « Lomé – La Belle » devenue aujourd’hui « Lomé – La poubelle » !... Quelle honte !

Mesdames, Messieurs

L’Association " Les Amis de Lomé " a été créée le 14 septembre 1992. L’Assemblée Générale Constitutive s’est tenue au Foyer Pie XII de Lomé. Elle a été déclarée au Ministère de l’Administration Territoriale et de la Sécurité le 16 octobre 1992. L’Association " Les Amis de Lomé " a pour objet conformément à l’article 4 de ses statuts : de promouvoir à LOME un développement harmonieux et un environnement de qualité ; de contribuer à la protection du patrimoine historique, culturel et architectural de LOME ; de promouvoir la démocratie locale dans la Commune de LOME.

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, Lomé, notre ville est devenue au fil des ans, méconnaissable : plus de rues, plus de trottoirs – la ville est un marché interminable – plus de sécurité ; insalubrité chronique ; éclairage quasi inexistant ; pas d’assainissement ; pas de transports urbains organisés… A la moindre pluie, les loméens commencent un « calvaire aquatique » ! Quel scandale !

Devant un tel scandale, les Autorités municipales sont inexistantes, les Autorités gouvernementales font preuve d’une inertie et d’une incurie indescriptibles… La médiocrité est érigée en système de gouvernement. Les citoyens loméens sont laissés à eux-mêmes ! Sauve qui peut ! C’est le « système D ». Chacun se débrouille comme il peut, dans la saleté et la puanteur. Quel spectacle pour une capitale !...

C’est dans ce contexte d’inquiétude et de révolte, que surgit un fameux projet de « Résidence Les Cocotiers » initié, par une fameuse société dénommée « Société Togolaise de Développement Touristique et Hôtelier » ! Je vous suggère de mener des investigations pour savoir qui sont derrière cette société !...Le Gouvernement togolais a osé, par « contrat de bail » en date du 06 décembre 2007, concéder notre plage, la plage de Lomé, la plage de Lomé–Ablogamé, sur une superficie de plus de 10 hectares, à cette fameuse STDH. Quel scandale!

Le Togo n’a que 45 km de littoral marin, et Lomé, notre ville, a à peine 10 km de côte. La plage de Lomé est notre seul bien commun. Pour nous et pour les générations futures !

A Lomé, nous n’avons pas de places publiques dignes de ce nom. Nous n’avons pas de parcs arborés pour les promenades et le repos… Nous avons seulement notre plage. La plage de Lomé.

Une chose doit être claire : Les Amis de Lomé, les citoyens de Lomé, les populations de Lomé n’accepteront jamais que soit bradée notre plage, notre bien commun, notre bien unique !

Nous ne sommes pas contre les investissements en infrastructures touristiques et hôtelières ! Mais ce projet doit être réalisé ailleurs, sur un autre site. Lomé grandit. Lomé évolue. Même si c’est dans la saleté pour le moment ! Il faut voir grand. Il faut voir loin ! La fameuse STDH n’a qu’à prendre exemple sur la « Résidence du Bénin » (La Caisse) construite il y a une trentaine d’années !...

Non, ce projet ne passera pas !

D’ailleurs les dispositions de l’article 79 de la loi-cadre sur l’environnement qui vient d’être adoptée par l’Assemblée Nationale sont on ne peut plus claires :

« Aucune occupation, exploitation, construction, aucun établissement susceptible de constituer une source de nuisance de quelque nature que ce soit ne peut être effectué ou réalisé sur le rivage de la mer et sur toute l’étendu du domaine public maritime sans l’autorisation des autorités compétentes.

L’autorisation ci-dessus mentionnée n’est accordée qu’après la délivrance du certificat de conformité environnemental par le ministre en charge de l’environnement suite à une étude d’impact sur l’environnement produite par le maître de l’ouvrage et ne concerne que l’accomplissement d’activités d’intérêt général n’entravant pas le libre accès au domaine public maritime ni la libre circulation sur la plage. » Où et quand a-t-on fait l’étude d’impact sur l’environnement ?...

Non, ce projet ne passera pas !

Voilà pourquoi, Mesdames, Messieurs, je lance un appel grave et solennel au Chef de l’Etat pour qu’il ordonne l’arrêt immédiat des travaux – tout comme son prédécesseur et père l’avait fait en 1994, lorsqu’il s’était agit de l’extension à la plage de l’Hôtel Palm Beach !

Je demande aux Députés à l’Assemblée Nationale – singulièrement aux députés de Lomé – d’interpeller le Premier ministre, Chef du Gouvernement, et les ministres concernés pour qu’ils viennent s’expliquer devant la Représentation Nationale sur ce fameux projet que n’acceptent pas les populations togolaises.

Je demande aux Amis de Lomé et aux citoyens de Lomé de se mobiliser pour mettre un terme à ce grand scandale qui se produit sous nos yeux. Je mets en garde les éventuels acquéreurs des villas à construire, sur le risque majeur (financier et écologique) qu’ils prennent en s’engageant dans une aventure sans issue.

Mesdames, Messieurs, d’ores et déjà, j’annonce la création d’une Coalition Contre la Résidence Les Cocotiers (CCRC) que je préside moi-même.

Une pétition est ouverte à la signature de toutes les bonnes volontés, et des actions concrètes légales, seront organisées pour en finir avec ce projet qui heurte la conscience de tout Togolais patriote.

Vive Lomé La Belle !

Fait à Lomé, le 24 juillet 2008

Me Djovi GALLY


Les amis de Lomé
BP: 7827 Lomé
Tél: (228) 221 76 85 - Fax:(228) 221 03 31
E-mail : info@lesamisdelome.org

SIGNEZ LA PETITION POUR SAUVER LES PLAGES DE LOME

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)