Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 28/08/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Les démocrates choisissent Barack Obama comme candidat à la Maison Blanche


AFP — 28/08/08 - Le sénateur de l'Illinois, Barack Obama a été officiellement désigné mercredi candidat du parti démocrate à la Maison Blanche et devient ainsi, à 47 ans, le premier Noir à avoir des chances d'être élu président des Etats-Unis.

M. Obama, arrivé dans l'après-midi à Denver (Colorado, ouest), a fait une apparition surprise sur la scène de la convention à la fin du discours de son colistier Joe Biden, provoquant une immense clameur parmi les délégués.

Le candidat démocrate s'est déclaré fier d'avoir à ses côtés la famille Biden pour l'aider "à remettre l'Amérique sur ses rails".

Auparavant, M. Biden avait affirmé: "le choix de cette élection est clair. Les temps présents exigent davantage qu'un bon soldat. Ils exigent un dirigeant avisé. Un dirigeant qui puisse apporter le changement. Le changement dont tout le monde a besoin".

A peine investi, M. Obama avait reçu un soutien de poids en la personne du dernier président démocrate en exercice: Bill Clinton.

"Barack Obama est prêt à être président des Etats-Unis", a assuré M. Clinton devant la convention démocrate. "Tout ce que j'ai appris en huit ans de présidence et tout ce que j'ai accompli depuis, aux Etats-Unis et dans le monde, m'ont convaincu que Barack Obama est l'homme pour ce job", a ajouté M. Clinton. "Hillary nous a dit sans équivoque qu'elle ferait tout ce qu'elle peut pour faire élire Barack Obama. Avec moi, ça fait deux", a dit l'ancien président, follement acclamé par les délégués démocrates qui lui ont réservé une ovation debout pendant plusieurs minutes.

"En fait, a-t-il ajouté en souriant, ça en fait 18 millions parce que, comme Hillary, je veux que vous tous qui l'avez soutenue votiez pour Barack Obama en novembre".

Le couple Clinton n'a pas rejoint Barack Obama et Joe Biden sur scène mais ont applaudi debout le tandem démocrate. Depuis la scène, M. Obama a salué les Clinton et les a applaudis à son tour.

M. Obama a été proclamé candidat du parti démocrate par acclamation.

C'est son ex-rivale Hillary Cinton qui avait demandé elle-même de mettre fin à la procédure de vote et de proclamer M. Obama candidat. "Je demande que le sénateur Obama soit choisi par cette convention par acclamation comme candidat du parti démocrate pour la présidence des Etats-Unis", a dit Mme Clinton quand l'Etat de New York a été appelé à voter pour choisir le candidat.

A ces mots, plusieurs partisans de Mme Clinton n'ont pu s'empêcher de pleurer. L'émotion était aussi visible parmi de très nombreux délégués noirs, les larmes aux yeux.

Avant l'interruption du vote, M. Obama comptait 1.549 voix contre 341 pour Mme Clinton.

"C'est avec un grand honneur que j'annonce que Barack Obama est le candidat du parti démocrate pour la présidence des Etats-Unis par acclamation", a dit Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants et présidente en exercice de la convention, aussitôt après la demande de Mme Clinton.

Hillary Clinton avait donné toute liberté à ses délégués pour voter en faveur de Barack Obama.

Le sénateur de l'Illinois doit accepter officiellement sa nomination jeudi lors d'un discours qu'il prononcera dans un stade pouvant accueillir 75.000 personnes. Les appels à l'unité ont dominé tous les discours de la convention démocrate depuis son ouverture lundi.

"Barack Obama est mon candidat et il doit être notre président", avait dit Mme Clinton mardi soir. Après son discours, elle avait envoyé un courriel à ses partisans leur demandant de soutenir M. Obama. M. Obama doit impérativement rassembler sur son nom les quelque 18 millions d'électeurs qui ont voté pour Mme Clinton lors des primaires s'il veut remporter la présidentielle.

Les républicains tiennent la Maison Blanche depuis deux mandats.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)