Jeudi 17 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 12/08/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

JO-2008: Benjamin Boukpeti offre une première médaille olympique au Togo


PEKIN (AFP) — Qui eût cru que la première médaille olympique de l'histoire du Togo vienne du kayak? Benjamin Boukpeti, en bronze mardi sur le bassin de Shunyi, l'a fait, même s'il n'a qu'une vague idée du pays qu'il vient d'inscrire sur la carte des Jeux.

A la conférence de presse post-finale, il n'y en a eu que pour lui. A côté, le nouveau champion olympique Alexander Grimm pouvait bien attendre. C'était Boukpeti la star du jour.

Sommé de raconter son histoire, il s'est exécuté avec plaisir. Car il sait qu'elle vaut la peine d'être entendue. Né en France d'une mère française et d'un père togolais, Boukpeti ne connaît que très peu le pays du paternel.

Ses parents, enseignants tous les deux, s'y sont rencontrés, s'y sont mariés et les deux soeurs aînées de Benjamin y sont nées. Mais lorsque lui a vu le jour, il y a 27 ans, ils étaient déjà de retour en région parisienne.

"Je ne suis malheureusement allé qu'une seule fois au Togo, lorsque j'étais tout bébé et que ma maman voulait absolument me présenter à mes grands-parents", explique Boukpeti, qui s'entraîne depuis huit ans à Toulouse.

"Le seul souvenir que j'en ai c'est mon frère (aujourd'hui en équipe de... France de canoë en ligne) qui a piqué une énorme colère lorsque ses cousins ont voulu garder son ballon. Mais ma mère m'a raconté aussi que là-bas j'appelais tout le monde papa", sourit le champion qui, mardi, a cassé sa pagaie de bonheur dans l'aire d'arrivée avant d'aller enlacer longuement sa maman.

Alors pourquoi le Togo? "J'ai commencé en équipe de France, mais la sélection y est très "hard". En plus je me suis fait opérer des deux épaules et au fil du temps je suis devenu trop vieux pour vraiment percer. C'est pourquoi je me suis tourné (en 2003) vers le Togo pour continuer à aller dans les compétitions internationales."

Depuis il participe à sa manière à cette mondialisation chère aux fédérations internationales et au Comité international olympique qui a instauré des quotas pour ces Jeux de Pékin, limitant les compétitions de canoë-kayak à un bateau par nation dans chaque discipline.

Participer donc. Mais de là à offrir à son "pays de coeur" une première médaille, il y avait encore un pas aussi large que la Méditerranée. Qu'il a réussi à franchir en se rapprochant de nouveau de l'équipe de France pour se "mettre en concurrence".

"Benoît Peschier (champion olympique 2004 en slalom) notamment m'a beaucoup soutenu ces derniers mois", dit Boukpeti qui connaît également bien Fabien Lefèvre qu'il a failli déposséder de sa médaille d'argent mardi après l'avoir battu en benjamins il y a quinze ans.

"On est amis depuis l'âge de dix ans, je suis super content pour Benjamin", souligne Lefèvre. Il a mis un peu plus de temps à décoller. Qu'on se retrouve ensemble sur le podium c'est génial et c'est un grand jour pour le canoë-kayak. Ca veut dire que notre sport peut-être universel. C'est incroyable ce qu'il a fait."

"Aujourd'hui, j'ai juste fait mon boulot, en essayant aussi de faire un peu le spectacle car avec un public pareil on essaye de faire le plus beau possible", répond Boukpeti qui se doute bien qu'il est désormais attendu de pied ferme du côté de Lomé.

"Je ne mesure pas encore vraiment ce que cette médaille peut représenter au Togo. Mais j'imagine qu'aujourd'hui j'ai une occasion toute trouvée pour y retourner."

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)