Vendredi 18 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

UFC - 09/08/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: l'UFC aux côtés des sinistrés des intempéries


On ne joue pas impunément avec la vie de tout un peuple !

Après plus de quarante années d’efforts et de sacrifices consentis par le peuple togolais pour le développement, le régime RPT a fait du Togo un pays en ruines où plus de 80% de la population vivent en dessous du seuil de la pauvreté avec des infrastructures, en l’occurrence les secteurs des routes, dans un état de délabrement indescriptible ne répondant plus aux besoins nationaux..

Plus aucun entretien d’infrastructures n’est assuré. Pourtant, les pouvoirs publics mobilisent des ressources importantes qu’il aurait suffi de ramener dans les circuits budgétaires légaux et d’affecter rationnellement aux actions de développement du pays, sous le contrôle efficace d’institutions crédibles.

La situation de précarité et de déliquescence totale que connaît notre pays, s’est considérablement aggravée avec la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité, la récente augmentation inexplicable du prix du ciment, et les inondations consécutives aux pluies diluviennes qui s’abattent sur plusieurs localités du pays.

Les inondations de cette année ont affecté la Commune de Lomé, les préfectures de l’Ogou, du Haho, du Zio, de l’Avé, de Yoto, de Vo, du Golfe, détruit à ce jour une dizaine de ponts, des habitations, des cultures et occasionné des pertes en vies humaines.

Le Président National de l’Union des Forces de Changement, M. Gilchrist Olympio, compatit aux douleurs des populations sinistrées et leur exprime la sympathie de l’UFC.

Face à cette catastrophe, le gouvernement s’agite de conseil des ministres en conseil des ministres, s’employant à émouvoir la communauté internationale dont il attend des ressources qui, en l’absence de tout contrôle institutionnel, seront détournées et dilapidées en toute impunité.

Pourtant l’UFC n’a de cesse d’appeler les autorités togolaises à leurs responsabilités.

Ainsi, lorsque le 17 Décembre 2007, devant l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre a présenté, en guise de programme de gouvernement, un catalogue de bonnes intentions censé affranchir notre pays des dérives aux plans politique, économique et social, le Groupe parlementaire UFC avait relevé que ce catalogue est vide des véritables préoccupations des populations togolaises.

Par ailleurs, le 31 Décembre 2007, le Groupe parlementaire UFC s’est abstenu d’apporter sa caution à la loi de finances de la gestion 2008 parce qu’elle expose les recettes de l’Etat à la gabegie et aux détournements, et consacre d’importantes ressources à des dépenses fantaisistes.

Les tragédies que vivent à l’heure actuelle nos compatriotes abandonnés et livrés à eux-mêmes, démontrent de façon patente à quel point des choix budgétaires désastreux privent l’Etat de moyens propres à faire face aux situations d’urgence des populations en détresse, sinistrées et endeuillées et à leurs besoins réels.

Ensemble avec les populations togolaises, ruinées et meurtries, l’UFC dénonce et condamne fermement l’inconséquence et l’incurie du gouvernement RPT, seul responsable de la déchéance du pays aux plans politique, économique et social.

C’est le lieu de rappeler que le 2ème Congrès ordinaire de l’UFC a pris une recommandation demandant au gouvernement de se ressaisir pour initier des actions urgentes et hardies en vue d’atténuer les souffrances des populations togolaises.

Après plus de quarante années d’improvisation, d’amateurisme, de gabegie et de violations massives des droits humains, sans aucune perspective ni de projet de société, il est temps que le régime RPT reconnaisse son incapacité à diriger ce pays et s’efface. En conséquence, l’UFC demande la démission pure et simple du gouvernement actuel.

Fait à Lomé, le 31 Juillet 2008

Pour le Bureau National
Le Vice-Président
Patrick Lawson

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)