Mardi 12 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 03/02/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Un Compte épargne pour immigrés africains ?


Par Armand ADOTEVI (*)

Il est institué en France, un -compte épargne spécial immigrés-. Les Caisses d’épargne sont dorénavant habilitées et outillées pour proposer aux seuls travailleurs étrangers (de préférence aux travailleurs étrangers originaires des pays d’Afrique) la possibilité d’ouvrir en l’une quelconque de leur agence, un compte épargne spécial immigré !!!

Le poids économique direct des transferts d’argent vers les pays d’Afrique par les migrants d’origine africaine établis en France est massif et reconnu comme apport monétaire significatif de financement en tous genres dans quelques pays d’Afrique. Il ressort d’une étude de la Banque Africaine de Développement (BAD) publiée le 28 janvier 2008, qu’en 2005, les fonds envoyés par les migrants Sénégalais résidents en France vers leur pays se chiffrent à 449 millions d’€uros et ceux des Maliens vers leur pays à 295 millions d’€uros.

Depuis des temps immémoriaux ! Les actions de solidarité issues des migrants originaires du Maghreb et de l’Afrique sont une réalité qui résulte d’une obligation culturelle de soutien envers leur famille (au sens large du terme) vivant en Afrique. Depuis toujours, le devoir d’entraide et de partage vis-à-vis d’une communauté villageoise, d’un frère, d’une sœur, d’un cousin, d’un oncle, d’une tante, d’un parent éloigné voire d’un ami relève de l’évidence pour les migrants originaires d’Afrique.

Ces acheminements de fonds échappant à tout circuit bancaire de transfert se pratiquaient généralement de façon informelle jusqu’à ce que courant 1990, des sociétés de transfert d’argent comprirent l'ampleur de ces flux et offrirent des *prestations sécurisées, un *acheminement instantané et une *réception immédiate pour le destinataire. La société -Western Union- fut la première ; [elle] connu un succès prompt et largement profitable et conclu rapidement une convention de partenariat avec l’établissement public Français -La Poste-.

Le grand intérêt du filon n’échappa pas à d’autres. Ainsi s'introduisirent sur ce très lucratif secteur d’activité les sociétés -Money Gram- et -Money Express-.

Toutes ces sociétés de droit de pays européens facturent d’exorbitants coûts de transfert et prélèvent des commissions non moins importantes sur leur prestation de transfert d’argent. Les frais payés par les migrants lors d’opération de transfert pouvant atteindre jusqu’à 1/5ème des sommes envoyées. Bien entendu, les clients de ces officines sont majoritairement des Arabes et des Noirs Africains issus de toutes catégories sociales et professionnelles. Cependant, celles et ceux des migrants qui exercent une activité professionnelle relevant du secteur ouvrier ou de la manutention constituent la clientèle la plus assidue.

Les réceptionnaires ou bénéficiaires de ces transferts d’argent en jouissent pour des dépenses courantes de vie (alimentation, soins de santé, etc.…) ; néanmoins, ces transferts d’argent servent tout autant depuis toujours et sans exhortations venues de l’Europe, au financement de constructions de petits dispensaires, d’écoles primaires ou petites infrastructures d’utilité communautaire.

Dorénavant, les pays d’accueil des ces migrants plus particulièrement l’Angleterre, l’Espagne et la France préconisent s’agissant des deux premiers, l’optimisation et la bancarisation de ces transferts d’argent. Le dernier pays, prône la canalisation de ces transferts d’argent vers des (sic) « investissements productifs » entrant dans le champ de programmes dits de "codéveloppement".

Toutefois, personne n’est dupe ! Car il faut avoir à l’esprit que dans le contexte politique actuel relatif à une immigration dite "choisie" et "aux quotas d’immigrés africains" l’on prévit dès 2006 à l’attention d’un potentiel candidat à l’élection présidentielle Monsieur Nicolas SARKOZY un rapport intitulé : « L’intégration économique des migrants et la valorisation de leur épargne ». Vastes foutaises !

Pour le Ministère de -l’immigration et de l’identité nationale- (en charge de donner des gages à l’électorat du Front National et de recycler de façon « vertueuse » les thèses du Parti d’extrême droite le -Front National-), l’occasion fut belle de mettre opportunément l’accent sur la fixation chez eux des candidats africains à l’émigration, par une utilisation prétendument plus "productive et canalisée" des transferts d’argent des immigrés Arabes et Noirs de France dont les envois excèdent l’aide publique au développement.

Le projet d’implantation d’un Compte épargne spécialement dédiés aux immigrés est dès lors né et trouve aujourd’hui sa concrétisation par le fait que les Caisses d’épargne françaises proposeront désormais aux travailleurs immigrés Arabes et Noirs, un compte exonéré d’impôts à hauteur de 25% si les sommes épargnées sont investies (sic) « dans un projet de développement dans leur pays ». Il y a en l’espèce, une "bienveillance émouvante" (…) !

D’aucuns semblent avec candeur se réjouir nous dit-on de l’avènement de ce compte épargne "codéveloppement". Cependant que pour de nombreux esprit sérieux, ce projet est infantilisant, condescendant et cynique, outre que l’objectif réel visé est inavouable !!

Quand est-ce que l’Occident comprendra qu’il n’a plus à dicter à l’Afrique ce qui est bien pour elle ?

La vérité n’est-elle pas ailleurs ? Réalisant qu’il y a en la matière dont s’agit, une manne financière à capter et à faire fructifier au moyen de placements sur les marchés financiers à court ou moyen terme au bénéfice de l’économie française, le [maître] annonce à [l’élève] en usant d’arguties attrape-nigauds du genre : (*exonération d’impôts ; *doublement ou triplement des intérêts cumulés de l’épargne), ce qui est bon pour [l’élève] et pour son pays, ouvrant dès lors insidieusement les voies d’un contournement du respect de [ses] engagements en matière d’aide au développement.

Plus prosaïquement une interprétation lato sensu laisse apparaître ce qui suit : « Vous autres immigrés africains, vous gagnez de l’argent dans notre pays certes à la sueur de votre front et vous envoyez une partie de cet argent dans vos pays respectifs ! Désormais nous allons décider pour vous à quoi doit servir votre argent » !

A-t-on déjà vu les autorités politiques Africaines intimer à des Européens (Personnes privées et/ou Personnes morales) établies dans les pays d’Afrique, à quelles fins doivent servir les substantiels bénéfices qu’[elles] réalisent en Afrique et qu’[elles] rapatrient immédiatement en Europe ?

Les Polonais, les Ukrainiens, les Portugais ainsi que les ressortissants de nombreux pays d’Amérique du Sud établis en France n’envoient-ils pas régulièrement de l’argent aux leurs dans leur pays respectif ? Sont-ils pour autant invités à recourir au compte spécial immigrés ?
Sous l’actuelle majorité politique au pouvoir, le migrant originaire d’Afrique semble être considéré tel un analphabète, un illettré, un ignare, un plouc, un nigaud qu’il faut intégrer économiquement ; qu’il faut intégrer socialement ; qu’il faut intégrer culturellement ; qu’il faut intégrer cultuellement ; pour lequel le droit naturel à vivre avec son conjoint et ses enfants est soumis au test ADN ; qu’il faut ficher en tous lieux (Anpe, Assedic, écoles, frontières de l’UE) ; qu’il faut perfidement discriminer ; pour lequel il faut créer une juridiction administrative spéciale ; pour lequel il faut une police spéciale ; pour lequel il faut des quotas d’expulsions et nonobstant tout ce qui précède l’on voudrait (sic) "valoriser" son épargne !

Songez que la -Citée Nationale de l’Histoire de l’Immigration- sise (Palais de la Porte Dorée à Paris) fut ouverte au public à la sauvette, dans le quasi mépris des autorités politiques au pouvoir dont un éminent des leurs (l’ancien Président Jacques CHIRAC) a pourtant initié ce projet. À ce jour, la -Citée Nationale de l’Histoire de l’Immigration- n’a fait l’objet d’aucune inauguration officielle ! Rien de rien ! En revanche avec empressement, l’on nous fait l’annonce de ce que l’argent des migrants issus des anciennes colonies françaises d’Afrique sera (sic) "valoriser et canaliser" !!

Les résultats de la politique menée depuis huit mois par l’actuelle majorité politique au pouvoir n’étant pas au rendez-vous, "l’augmentation du pouvoir d’achat" promise n’étant qu’une chimère, nul ne s’expose à grand risque en prenant le pari de ce que l’on nous resservira derechef le [doublé-gagnant] : immigration et insécurité !


Armand ADOTEVI
(*) Avocat d'affaires
ado_hoff.consulting@yahoo.fr

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)