Jeudi 17 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CYBERPRESS.CA - 17/01/2008 Imprimer | Envoyer | Réagir

Afrique : dictatures et élections bidons!


Par Marc Gothrich
Coopérant canadien au Togo

Le mois dernier, une émission d'information de Radio-Canada concernant l'Afrique n'aura servi qu'à perpétuer un misérabilisme qui ne tient aucunement compte des réalités quotidiennes de ce continent. En tant que coopérant, j'aimerais ici soulever des aspects importants de la problématique du développement en Afrique, soit la perpétuation de la dictature sous des déguisement, disons, démocratiques...

Malgré des élans de démocratie en Afrique, il faut vivre sur ce continent pour s'apercevoir que la dictature est toujours bel et bien existante ici. La vie de tous les jours nous démontre en effet les effets de ces dictatures jusque dans les ramifications du quotidien.

Le fonctionnement de la dictature

Beaucoup de gens croient qu'un régime dictatorial se résume à un parti unique avec un appareil gouvernemental tout orienté vers les besoins de ce parti unique, avec une armée toute soumise au parti et prête à intimider toute opposition ou force de rébellion. La dictature en Afrique est beaucoup plus que cela. Elle se déploit jusque dans les activités économiques de tous les jours.

C'est ainsi que des membres influents du parti régnant d'un pays africain deviennent président, directeur commercial, ou directeur technique des sociétés d'Etat comme dans le domaine de la téléphonie, de la télécommunications, sans oublier des postes influents aux douanes ou aux ports, là où la corruption enrichit de façon exponentielle ces gens avec les droits de douane. Il devient alors extrêmement difficile pour ces gens de quitter volontairement un appareil politique qui les sert grassement.

L'argent détourné

Il faut aussi noter cette mentalité de dictature à travers la corruption fiscale qui mine toute tentative de constituer un véritable trésor public. L'argent qui devrait normalement être destiné à la construction et entretien des routes et des rues, à la construction d'école et de clinique médicale est trop souvent détourné vers les poches des membres influents du parti. Une amie togolaise me racontait que pour favoriser son ascension professionnelle dans la fonction publique, elle serait sollicitée pour faire partie du parti régnant. Ainsi la dictature en Afrique a des racines profondes qui conditionne toute la vie quotidienne.

Dans cette perspective, il est évident que les nouvelles exigences démocratiques des pays développés face à l'Afrique impliquent alors que la dictature veut se légitimer avec des élections qui ne peuvent être que bidon. En effet, les membres du parti régnant ne laisseront jamais un pouvoir politique qui leur garantit tous ces postes de commande de sociétés d'État et autres monopoles étatiques et par lesquels ils s'enrichissent de façon exponentielle. Il devient ainsi extrêmement difficile d'entrevoir tout changement salutaire, d'autant que ces régimes légitimés par des élections bidons sont accrédités par des pays comme la France qui est toujours une des premières à reconnaître ces régimes bidons.

L'obstacle majeur au développement

Une lettre au Devoir a récemment soulevé le problème de la militarisation de l'Afrique comme étant un frein au développement. Il existe certes une relation entre la militarisation d'un pays sous-développé africain et l'impact de celle-ci sur son niveau de vie.

Prenons un exemple démontrant cela. Si le Québec avec ses 7 millions d'habitants devait financer une force militaire comme celle du Togo avec ses 4,5 millions d'habitants, le niveau de vie au Québec en serait grandement affecté. Alors, imaginons cet impact militaire sur un pays pauvre comme le Togo... Les pays ouest-africains investissent plus dans le militaire que dans la santé ou l'éducation. Ceci est le désolant héritage de la France en Afrique. Oui, un héritage de quincaillerie militaire et de dictatures légitimées par des élections bidons comme au Gabon, Togo, Tchad, Burkina, etc.

La France a osé parler de l'aspect dit "positif" de la colonisation. Il en faut tout un culot pour parler ainsi! Il est évident que la France se terre derrière le principe d'une coopération dite "militaire" pour justifier ses menées peu honorables et la défense de ses seuls intérêts à tout prix. Or cette coopération militaire appauvrit l'Afrique et enrichit la France. On pourrait même penser que le niveau de vie des Français dépend de l'exploitation honteuse des pays africains. Voilà pour le malheureux héritage de la France en Afrique.

Ce sont donc des réalités que la Société Radio-Canada pourraient tenir compte dans ces futurs reportages en provenance d'Afrique...

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)