Mercredi 13 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 10/07/2007 Imprimer | Envoyer | Réagir

Les "évala", épreuve initiatique dans le nord du Togo


Des centaines de jeunes gens chantent et dansent plusieurs heures durant,dans la chaleur et la poussière, ils vont lutter jusqu'à épuisement, le traditionnel prix à payer pour devenir un homme.

"Nos lutteurs sont de braves garçons, de vaillants combattants qui terrassent rapidement leurs adversaires. Ceux qui tenteront de les affronter n'oublieront jamais", scandent en choeur une foule de jeunes filles, chargées d'encourager les lutteurs au son des gongs, castagnettes et tam-tam.

Torse nu, les lutteurs s'empoignent et se débattent au milieu du terrain de football, sous le regard crispé de leurs parents et amis. Deux d'entre eux poussent soudain des cris de joie, esquissant quelques pas de danse victorieux: en un éclair, ils ont retourné leur adversaire pour lui faire mordre la poussière.

En pays Kabyè (ethnie du nord du Togo), les "évala", ou fête annuelle des "muscles", constituent l'une des plus grandes manifestations initiatiques. Chaque année, au mois de juillet, les jeunes hommes de plusieurs villages se réunissent sur des places publiques pour éprouver leur force et comparer leurs techniques.

"Ce n'est pas une guerre, mais plutôt un combat psychologique. A travers ces manifestations, les jeunes de la région se découvrent, mesurent leur âge et leur capacité physique. C'est leur civilisation. Autrefois, ces parties de lutte permettaient au peuple kabyè, en proie à des guerres claniques, de détecter les jeunes capables de défendre leur village", explique Blanzoua Kao, chercheur à l'Université du Bénin au Togo.

"Mais plusieurs étapes doivent être franchies par ces jeunes appelés à lutter. D'abord, on ne devient un "évalo" (lutteur en langue kabyè) qu'à l'âge de 18 ans, après avoir respecté les prescriptions issues des différentes cérémonies rituelles", poursuit Blanza Kao.

Une semaine avant le début des combats, à l'instar des footballeurs professionnels, les lutteurs s'isolent dans des camps d'entraînement. "Ils consomment pendant cette période de la viande de chien - animal rusé, endurant et possédant certaines vertus selon la culture kabyè - afin de retrouver l'énergie nécessaire pour bien combattre", explique le chercheur.

A Kozah, l'une des grandes préfectures de la région de Kara (environ 400 km au nord-est de Lomé), plusieurs milliers de jeunes kabyè de tous les cantons se sont affrontés de la sorte.

Organisés en petits groupes, les villageois se sont mobilisés autour de leurs lutteurs pour assister aux compétitions, observant d'un oeil averti les répétitions de chants et de danses organisées au clair de lune avant chaque combat.

Les chefs de villages et les notables se relaient quant à eux auprès des jeunes combattants pour leur fournir un soutien moral dans cette épreuve rituelle de passage à l'âge adulte, qui doit leur permettre de s'affirmer dans leur village et surtout dans leur famille.

"Celui qui n'est pas évalo ne peut pas se marier. Il ne consulte pas un marabout et n'a pas le droit de consommer la viande du chien. Il ne va pas à la guerre", dit un chef traditionnel du village de Tcharè.

"Il n'y a pas de récompense à la fin des compétitions. C'est notre tradition et un jeune kabyè en âge de maturité est tenu de lutter pendant trois années consécutives. Et il a intérêt à bien combattre pour sauver l'honneur de sa famille, et surtout éviter les blessures. Un lutteur ne doit pas porter plainte en cas de blessure", insiste-t-il.

LE CALENDRIER DES EVALA 2007

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)