Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 09/07/2007 Imprimer | Envoyer | Réagir

Est-il vrai que l’histoire se répète ?


Ceux qui pensaient pouvoir faire de Faure Gnassingbé un président de la rupture en l’intronisant sans l’aval du peuple, doivent aujourd’hui se rendre à l’évidence. Ce n’est pas ‘’ lui c’est lui, moi c’est moi’’ c’est plutôt, moi, j’achève ce que lui avait commencé, c’est à dire le déclin du Togo. Ce n’est malheureusement pas la rupture avec le fils mais, la continuité dans la descente en enfer de notre pays, entamée par le père. Faure Gnassingbé est en train de consolider le déclin de notre pays au lieu de provoquer son rebond. Le Togo est devenu dans les mains du clan Gnassingbé un jouet et un faire valoir pour les rejetons d’Etienne Gnassingbé. Le summum de l’immoralité politique est atteint avec Faure Gnassingbé comme chef de son clan. Pauvre Togo !

Devons nous laisser l’histoire se répéter ? L’histoire d’un pays se fait par son peuple et l’armée est l’émanation du peuple. Peuple de mon pays, levons-nous tous ensemble et arrêtons cette décadence avant qu’il ne soit trop tard. La seule solution pour sortir notre pays de la merde dans laquelle le clan Gnassingbé l’a englouti est de revenir à la logique de la légitimité qui ne peut s’obtenir ni par décret ni par la volonté d’une armée prétorienne mais, uniquement par une élection libre et régulière. Ne tergiversons plus, le temps joue contre nous, contre notre patrie. Faure Gnassingbé n’est pas le président élu par la majorité de nos populations mais, le chef de son clan qui a pris tout un peuple en otage avec la complicité d’une partie de notre armée. Ayons le courage et la volonté de le crier fort pour enfin libérer notre pays. Puisque Faure Gnassingbé et le clan dont il est le chef ne veulent pas se remettre en cause, nous avons le devoir légitime de les remettre en cause pour sauver la terre de nos aïeux. Ne pas crever cet abcès conduirait inexorablement à l’enlisement du pays dans la merde jusqu’au chaos. Nous devons nous résoudre à corriger nos erreurs. Oui, des erreurs ont été commises.

Le 13 Janvier 1963, lorsqu’un certain Etienne Eyadéma, ancien troufion de l’armée francaise colonisatrice, avait crapuleusement assassiné le président démocratiquement élu, il aurait du subir le sort réservé dans une société normale à un assassin de cet acabit. Nous avons subi pendant quarante années, les conséquences néfastes de cette erreur laxiste pour n’avoir pas réagi promptement. En février 2005, lorsque Faure Gnassingbé et son clan se sont accaparés du pouvoir dans le sang, nous avons le devoir légitimement impérieux de leur faire subir le sort réservé aux gangsters criminels de leur envergure. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Faure Gnassingbé est en train de confirmer cela. Devons-nous encore rester les bras croisés en le laissant faire ? Non et non, nous devons en finir avec ces gangsters pour éviter que demain nos enfants et petits enfants n’aillent cracher sur nos tombes. Arrêtons cette déconfiture le plus tôt possible. Faure Gnassingbé ne peut nous conduire à la démocratie, il s’est accaparé du pouvoir dans le sang et le conservera dans le sang si nous laissons une fois encore l’histoire se répéter. N’oublions surtout pas que l’histoire d’un pays se fait par son peuple. Ne nous leurrons pas, aucune élection organisée par le clan Gnassingbé ne peut libérer notre pays. Préparons-nous tous à payer cher notre démocratie.

Pour honorer la mémoire de toutes les victimes, ce long cortège de souffrances et de destins brisés, pour leur rendre la dignité et pour le futur, il nous faut aujourd’hui agir. Nous ne devons plus éviter ou différer d’agir. Aux grands maux, les grands remèdes. A l’UFC, nous avons fait le choix intransigeant de la démocratie et rien ne peut contrarier ou affadir cette exigence. Non et non, nous n’avons pas le droit de laisser l’histoire se répéter. Défions dignement le fatalisme, la résignation, le désenchantement ou la désespérance. Notre victoire est certaine et dépend uniquement de nous tous. Finissons, finissons.

Ablodé !

Elliott Ohin,
Ancien Secrétaire Général de l’UFC
Membre du bureau national
Représentant de l’UFC en Amérique du Nord.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)