Dimanche 26 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LIBERATION - 11/06/2007 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le G8 a-t-il une utilité?


«On est dans la diplomatie marketing»

Un expert décrypte une question d'actualité.
Aujourd'hui,l'économiste Yves Ekoué Amaïzo*


A l'issue du G8 2005 de Gleneagles, «l'Afrique n'est pas au centre du débat», regrettait dans nos colonnes Yves Ekoué Amaïzo. Histoire d'esquisser un nouveau bilan, nous avons décidé de lui redonner la parole. Après le G8 2007 de Heiligendamm, il dénonce une illusion de gouvernance mondiale.


A la lecture du bilan du G8, vous demandez-vous à quoi sert ce genre de sommet ?

On est passé de l'informel au formel. On avait cette année des délégations d'un total de 2 000 personnes, 4 000 journalistes accrédités et, à l'arrivée, c'est l'opacité grise, l'illusion de la transparence qui domine. On doit se contenter de déclarations de victoires des chefs d'Etat sur tel ou tel sujet (climat, aide, Darfour) ou lire le recyclage de promesses qui n'engagent que ceux qui y croient. Finalement, le G8, c'est l'illusion d'une gouvernance mondiale. Ce sont dans les rencontres bilatérales que se nouent ou se dénouent de vrais enjeux, pas dans l'affichage d'un irréel collectif des pays riches. Le fossé s'élargit entre les satisfecit et les réalités, entre les mots des chefs d'Etat des pays riches, émergents ou pauvres, et les citoyens. On est dans la diplomatie marketing qui s'apparente à une gouvernance du «multi-bi» : se retrouver à l'international pour faire des réunions bilatérales.


Le G8 s'est-il mis lui-même dans cette position en voulant discourir sur tous les maux du monde ?

Il l'a fait sous la contrainte, sous la pression des opinions publiques. Mais, finalement, à Heiligendamm, les textes finaux montrent bien le refus du G8 à avoir des vrais objectifs chiffrés avec des dates butoirs. Que ce soit sur le climat, l'aide au développement ou les conflits régionaux, les Huit ne s'engagent sur aucun calendrier ni contrainte budgétaire. Le summum est leur rappel à s'engager à doubler leur aide à l'Afrique d'ici à 2010. Même s'ils s'y tiennent, ils n'arriveront pas aux promesses qu'ils avaient faites il y a plus de trente ans de porter leur aide à 0,7 % de leur revenu brut national...
Ils ont pourtant inscrit cette «priorité» au coeur de leurs agendas depuis plus de six ans...

Oui, mais le G8 fait preuve d'une formidable ambiguïté sur deux sujets pourtant majeurs. D'abord, la propriété intellectuelle. A Heiligendamm, le G8 a réaffirmé, au nom de la lutte contre le piratage, la nécessité de verrouiller au maximum les droits de propriété intellectuelle. D'un côté, donc, les pays riches disent qu'ils vont consacrer 60 milliards de dollars ­ sans dire sur combien d'année ­ à la lutte contre les pandémies. De l'autre, ils ne disent pas un mot sur les procès de leurs firmes pharmaceutiques contre les gouvernements qui entendent faire valoir leurs droits acquis à l'OMC : voter des lois qui permettent la production de génériques à bas prix. Ils dénoncent la piraterie, mais qui va dans les pays du Sud déposer des brevets sur des idées, des plantes ? Cette forme de propriété intellectuelle, c'est l'inégalité forgée dans la loi.


L'autre ambiguïté des Huit, c'est sur le commerce international ?

Bien sûr. Le cycle de Doha, lancé en 2001 et censé être celui des pays en développement, n'est toujours pas bouclé. Il achoppe principalement sur la question des subventions agricoles. Là-dessus, le G8 n'a évidemment pas pris de position volontariste. Les pays riches versent 350 milliards de dollars de subventions à leurs agriculteurs, alors qu'on interdit au Sud d'en faire autant et qu'on lui demande d'ouvrir ses marchés. Au fond, les Huit défendent leur intérêt particulier, c'est compréhensible. Mais qu'ils ne se drapent pas dans la morale ou l'éthique, en assurant vouloir l'intérêt général.

Mais les grands pays émergents présents au G8 agissent de même, non ?

Ils reproduisent avec leur culture ce qu'ont fait les pays riches. Comme la Chine. En Afrique, on passe de la Françafrique à la Chinafrique. Et se poursuit l'obsolète troc «matière première africaine contre produits manufacturiers chinois». Ce pourrait être une formidable opportunité pour développer les infrastructures, doper les capacités productives. Mais les dirigeants n'y voient qu'une manne à se partager entre personnes d'une petite minorité. Leur inertie finit par générer l'inégalité, l'absence de création de richesses et le mal-développement. Ils vivent de la «ventrologie» [politique du ventre, ndlr], la non-transparence et l'impunité.


La solution passe par plus de coopération plutôt que de compétition ?

J'appelle cela la «coopétition» entre partenaires inégaux. Un mélange des deux. Les pays riches doivent accepter l'idée d'un transfert de technologie et de savoir-faire. Mais on en revient au verrouillage de la propriété intellectuelle. Dans les années 60, la Somalie était plus riche que la Corée. Mais cette dernière a bénéficié d'un vrai plan Marshall, doublé d'une politique intensive de copie-transfert et de protectionnisme, comme l'ont fait les pays riches pour se développer. La Chine a, elle, choisi seule une autre option : elle est venue chercher des usines textile pièce par pièce en Allemagne pour les remonter là-bas, elle a pillé les modèles et les designs en Afrique avant de les imprimer chez elle et de les réexporter moins cher sur le continent africain lui-même.

Le G8 rappelle que la croissance africaine approche les 6 %...
Un chiffre trompe l'oeil. Car basé essentiellement sur l'extraction de matières premières, à commencer par le pétrole, que le G8 entérine. La richesse est préemptée et par ailleurs toujours aspirée par la dette, que les Huit se gargarisent pourtant d'avoir rayée. Le G8 incarne une pseudo-gouvernance mondiale subtile. Où des chefs d'Etat africains, parfois corrompus, viennent en spectateurs se voir donner des leçons de gestion par des pays, souvent corrupteurs. Où ils parlent du monde à travers leur propre prisme qui oublie la société civile africaine. Ils n'envisagent les migrations que sous l'angle de la sécurité, à l'image de la France qui gagnerait à parler de migrations négociées plutôt que choisies ou maîtrisées. Pourquoi l'Europe s'indigne de voir des bateaux-pirogues bourrés de migrants venir mourir à ses portes quand, par exemple, des bateaux-usines viennent piller les mers jusqu'à un mile du littoral africain ?

Comprenez-vous la colère des manifestants ?

On peut s'interroger sur les «violences» des black blocs. Ont-elles été suscitées ou instrumentalisées par la police avant le G8, avec la complaisance des médias ? Tout s'est passé comme si cela permettait d'occulter le travail d'analyse des grandes ONG internationales, les seules, pour la plupart, à être les vraies avocates des populations des pays pauvres

Entretien réalisé parChristian LOSSON
Publié dans LIBERATION du 11 juin 2007




----------------------------------

* QUI EST YVES AMAIZO?

Juriste et économiste, le Togolais Yves Ekoué Amaïzo, 47 ans, dirige le think tank Afrology, basé à Bruxelles. Afrology est consacré au développement économique, social et culturel de l'Afrique. Yves Ekoué Amaïzo pilote également la collection Interdépendance africaine, chez l'éditeur Menaibuc.

A l'Onudi, l'agence des Nations unies basée à Vienne destinée à promouvoir et accélérer le développement industriel dans les pays du Sud, il est en charge du développement du secteur privé (l'environnement des affaires).

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)