Mardi 25 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

- 19/09/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le général Robert Gueï


Le général Robert Gueï, 61 ans, retrouvé mort jeudi et accusé par le gouvernement ivoirien d'être derrière les "troubles" qui se déroulent en Côte d'Ivoire depuis jeudi matin, avait été à la tête de la junte au pouvoir de décembre 1999 à octobre 2000.

La vie toute entière de Robert Gueï, qui avait fait pendant les mois de transition militaire, ses premières armes en politique, a été bercée par l'institution militaire.

Né en 1941 dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, il devient enfant de troupe et fréquente les écoles préparatoires militaires de Ouagadougou et Saint Louis du Sénégal.

En 1963, il entre à Saint Cyr puis fait l'Ecole de guerre, à Paris.

Il gravit les échelons de l'armée ivoirienne et en 1990 - au grade de colonel - il est nommé chef d'état-major par le président Félix Houphouët-Boigny, sa référence absolue en matière de politique.

Petit, râblé, il a du "Père de la nation" la voix nasillarde et parfois à peine audible.

"Le vieux" est très malade, et le général de division Gueï - il reçoit ses deux étoiles en juillet 1991 - ne se prive pas de rappeler qu'il aurait pu alors s'emparer du pouvoir, s'il avait eu "un tempérament de putschiste".

A la mort du "vieux" en 1993, il arbitre la querelle entre le Premier ministre Alassane Ouattara et le "dauphin constitutionnel" Henri Konan Bédié, en faveur de ce dernier.

Deux ans plus tard, Bédié le limoge à la veille de l'élection présidentielle, lorsque le général exige un ordre écrit pour déployer l'armée dans les rues livrées aux manifestants, ce qui lui vaudra une large popularité.

Il est alors envoyé dans un "placard doré" au ministère du Service civique puis de la Jeunesse et des sports.

En 1996, il est accusé de tentative de putsch. Radié de l'armée, il se retire dans sa région d'origine à l'ouest de la Côte d'Ivoire. C'est là que le trouve, occupé à "préparer le réveillon", la mutinerie du 22 décembre 1999.

Appelé par les "jeunes gens" qui réclament le versement de primes, il dit avoir tenté de raisonner le président Bédié.

Le 24 décembre au petit matin, c'est un général Gueï en treillis, béret bleu vissé sur la tête, qui annonce à la télévision le renversement du président Bédié.

Accueilli dans la liesse populaire, il sera rapidement suspecté de vouloir rester dans le fauteuil présidentiel. De fait, le politique percera sous le militaire, jusqu'à l'annonce officielle de sa candidature début août 2000.

Les ambitions du général créeront alors des tensions, notamment la relance de l'affrontement avec M. Ouattara, qui ébranleront jusqu'au sommet de la junte.

Estimant avoir remporté les élections présidentielles en octobre 2000, contre son principal rival, l'actuel président Laurent Gbagbo, celui qui avait été surnommé le "père Noël en treillis" avait tenté de conserver le pouvoir par la force, mais avait été finalement chassé par la rue.

Politiquement allié au Front populaire ivoirien de M. Gbagbo, le général Gueï a vivement critiqué le régime actuel la semaine dernière et dénoncé cette alliance.

Il a été retrouvé mort jeudi à Abidjan. Son décès est "sûr à 100% et recoupé par trois sources. je crois qu'il a été tué lors d'affrontements", a indiqué le ministre ivoirien de la Défense, M. Lida Kouassi.

Selon le ministre, son corps a été retrouvé dans une rue près d'un des grands hôpitaux d'Abidjan.



ABIDJAN, 19 sept (AFP)

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)