Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 01/10/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togolais, soyons tous acteurs de la résistance active et passive


«La résistance a une légalité dans l’illégalité». «Quelles perspectives allons-nous donner à notre action future pour la résistance? Locke, Spinoza, Montesquieu ont fait émerger la notion d’état de droit. Les relations entre l'individu et l'État ont été formalisées ou théorisées, de très longue date, du code d’Hammourabi, aux lois de Solon, Platon dans la République, ou Aristote. La démocratie doit éviter que l’homme ne persiste à demeurer un loup pour son semblable et permette à tout citoyen et dirigeant de se soumettre à la loi.»

La résistance active et passive

La résistance est un phénomène physique qui s’oppose à une action, à un mouvement Elle peut s’opposer à des idées ou à des actes que l’on estime aller à l’encontre de nos convictions, de nos croyances, et peut se faire aussi bien à l’échelle de l’individu qu’à l’échelle de toute une nation. Pour la résistance, le but à atteindre est d’effacer les perturbations engendrées par une agression, une occupation, une privation de liberté, un harcèlement moral, un état policier, une dictature. L’objectif est la reconstruction pour établir un ordre amélioré, plus juste, plus fraternel, plus humaine.

La résistance se conçoit sous deux formes: active ou passive, chacune étant utilisée en fonction de l’appréciation et du tempérament de chacun, du contexte sociopolitique et du but visé. Elle accompagne le discours, l’effort de soutien d’un dialogue inachevé ou qui n’a pas abouti. Il est à noter que l’association de la réflexion, de l’acte et du discours, implique la notion de responsabilité qui est une donnée fondamentale de la résistance.

La résistance s’inscrit toujours dans le cadre de la défense, du rétablissement de la démocratie. Elle est le résultat d’une spontanéité, d’une pulsion collective, d’un sursaut national. La résistance triomphante redéfinit les libertés individuelles, les rétablit au sein d’une nouvelle société et s’efface au profit d’un pouvoir démocratique. Le pouvoir démocratique issue de la résistance, permet aux uns et aux autres de s’exprimer pleinement en toute liberté. Cette démocratie pose à la liberté des citoyens, un programme exécuté par un gouvernement issu de la majorité des citoyens. La minorité des citoyens ne se retrouvant pas dans ce gouvernement, devrait s’exprimer en alertant l’opinion publique, en usant de son droit d’expression. Les règles de jeu sont posées à travers le système de la séparation des pouvoirs législatifs et exécutifs; la séparation de l’Église et de l’État; la liberté d’expression et d’association; les élections libres et régulièrement programmées; le droit à la propriété; l’égalité des droits pour tous, notamment à l’éducation, à la santé et à la sécurité, qui implique en retour égalité des devoirs pour tous.

C’est en permettant la libre expression de toutes les idées, en ouvrant un dialogue permanent à travers tous les moyens du débat démocratique, qu’il est possible de trouver une solution au plan national, régional, communal au débat démocratique, ayant permis aux citoyens électeurs d’être correctement informés, de se prononcer en toute connaissance de cause et l’apaisement s’en suivra.

En démocratie comme en économie, celui qui paye ses impôts ou qui a investi dans une entreprise, doit pouvoir juger de la qualité de la gestion des décideurs.

Par nos réflexions inventons plutôt une nouvelle façon d'administrer la chose publique. Cette nouvelle gouvernance doit reposer sur un partenariat, entre le citoyen, et le politique.


Paris, le 13 octobre 2006
Jacob Ata-Ayi

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)