Dimanche 30 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 11/10/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Question de gouvernance....des dirigeants légitimes à la tête de nos entreprises!!!


Par Mensah APPETIPA

La responsabilité des performances de l’entreprise revient d’abord à celui qui prend quotidiennement en charge son destin. Cette responsabilité implique une double exigence. Tout d’abord, il faut que le chef d’entreprise dispose d’une autorité incontestable, qui seule lui donne les moyens de mener une politique sur laquelle il puisse être jugé. Ensuite, il est indispensable que, fort de cette légitimité, il rende des comptes sur sa gestion.

Au Togo de Faure Gnassingbé, les modalités de nomination des dirigeants d’entreprises ne leur donnent malheureusement pas la légitimité qui leur est nécessaire dans la mesure où elles ne sont pas assorties des garanties minimales d’objectivité et de transparence.

Nous tenons donc à rappeler au clan que les dirigeants doivent être choisis avant tout en fonction de leur expérience de management et à l’idéal, de leur connaissance du métier de l’entreprise. Cette connaissance du métier ne doit pas s’entendre au sens technique (erreur commise hier et aujourd’hui avec Dogbé le chinois et l’inénarrable Bikassam ; et peut être demain avec Edjéou ?) mais au sens de la compréhension des enjeux du secteur, des attentes des clients,....

Pour ce qui est de E. Edjéou, nous tenons à affirmer qu’il n’y a aucun acharnement de notre part. Nos observations vont au-delà de sa personne (il se trouve au mauvais endroit au mauvais moment). Nous sommes même tentés de lui faire crédit de sa compétence technique. Et si de plus, s’il s’avérait être aussi compétent aux plans stratégique et managérial (ce qui reste à prouver) nous serions les premiers à le recommander / soutenir pour un poste à sa hauteur. Pourquoi pas Togotélécom qui a urgemment besoin d’un manager visionnaire compétent et charismatique.


Le peuple togolais s'attache en particulier aux principaux aspects de la bonne gouvernance, à savoir :

- L'obligation de rendre compte : les administrations publiques sont capables et désireuses de montrer en quoi leur action et leurs décisions sont conformes à des objectifs précis et convenus.

- La transparence : l'action, les décisions et la prise de décision des administrations publiques sont, dans une certaine mesure, ouvertes à l'examen des autres secteurs de l'administration, du Parlement, de la société civile et parfois d'institutions et d'autorités extérieures.

- L'efficience et efficacité : les administrations publiques s'attachentà une production de qualité, notamment dans les services rendus aux citoyens, et veillent à ce que leurs prestations répondent à l'intention des responsables de l'action publique.

- La réceptivité : les autorités publiques ont les moyens et la flexibilité voulus pour répondre rapidement à l'évolution de la société, tiennent compte des attentes de la société civile lorsqu'elles définissent l'intérêt général et elles sont prêtesà faire l'examen critique du rôle de l'Etat.

- La prospective : les autorités publiques sont en mesure d'anticiper les problèmes qui se poseront à partir des données disponibles et des tendances observées, ainsi que d'élaborer des politiques qui tiennent compte de l'évolution des coûts et des changements prévisibles (démographiques, économiques, environnementaux, par exemple).

- La primauté du droit : les autorités publiques font appliquer les lois, la réglementation et les codes en toute égalité et en toute transparence.


Le peuple est en embuscade et vous observe manœuvré.

La rédaction letogolais.com


LIRE EGALEMENT:
Que nous réserve le conseil extraordinaire de Togotélécom?
Les enseignements de la nomination imminente de E.EDJEOU à TOGOCEL

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)