Mercredi 26 Juillet 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

PANAPRESS - 29/09/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Livre: "La charcuterie de la République" de F. Gakpara-Yawo


Classé dans le tout nouveau genre théâtral dénommé "théâtre libertin" au Togo, "La charcuterie de la République", une pièce de théâtre qui a fait plusieurs fois salle comble à Lomé et au Bénin, vient de paraître sous la plume du dramaturge togolais, Frédéric Gakpara-Yawo. Publiée aux éditions "Graines de pensées", "La charcuterie de la République" est, selon son auteur, une "salade de satires et d’humour" qui dénonce à sa manière, les travers de la vie politique, sociale et culturelle

L’auteur y trouve l’idée originale de faire transparaître ses critiques à travers un journal : La Charcuterie de la République, un quotidien indépendant d’informations et d’analyses, qui déroule pour ses lecteurs, des articles truculents.

Un seul acteur, un vendeur à la criée, très dynamique et très volubile, lit et raconte à haute voix les contenus des journaux qui ne sont autres que les reflets de la vie socio politique du pays : la dictature, la torture, les méthodes de pérennisation au pouvoir, l’apathie des partis politiques de l’opposition, le nomadisme en politique et la politique du ventre ou politique alimentaire, la corruption, la gabegie, sans oublier la prostitution déguisée des jeunes filles, les dépravations des moeurs, les extravagances vestimentaires et autres maux de la société.

Contrairement au théâtre classique avec des subdivisions en actes et scènes exécutés par plusieurs personnages, "La charcuterie de la République" propose un seul personnage, comme dans le mono théâtre.

La pièce, au lieu de subdivisions en actes et scènes, est subdivisée en "refrains" qui sont à leur tour scindés en "chapitres" portant des titres, une révolution du genre et du langage.

L’oeuvre quitte le style shakespearien ou élitiste pour un style populaire qui s’apparente au "Concert party", un genre de théâtre très développé au Togo dans les années 70 à 80 et qui se jouait en Mina et Ewe (langues parlées au Sud du Togo) et dans le public par des acteurs bouffons et travestis.

Il est fait d’improvisations où le rire est au rendez-vous.

Il mêle et entremêle la comédie, la tragédie et l’humour tragique dans le but à la fois de distraire le public et de dénoncer les travers de la politique et de la société des hommes.

Comme au "Concert party", au "théâtre libertin", la satire, l’humeur tragique et l’humour du comédien, mêlés à ceux du spectateur, tournent en dérision les commodités sociales, les lois et les rituels, de même que des personnalités publiques et les actes qu'elles posent.

"Le Théâtre libertin est fait certes d’une littérature écrite mais aussi et surtout du droit du spectateur d’y placer son mot, d’y pousser son cri, d’y mêler son râle, quand l’envie lui en prend...Acteurs et spectateurs, tous doivent forniquer, à la recherche du plaisir théâtral. C’est cela, le théâtre libertin", écrit le dramaturge dans l’avant-propos de sa pièce.

Frédéric Gakpara-Yawo, la trentaine, très passionné par la dramaturgie, a débuté au théâtre au Togo en 1996 et a participé à plusieurs rencontres internationales.

Il a à son actif six pièces de théâtre dont seule "La charcuterie de la République" vient d’être éditée.

Comédien, dramaturge et promoteur culturel, il dirige la troupe "Les Kamiscènes" et est directeur du Centre culturel privé "Denyigban" à Lomé.

PANA

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)