Mercredi 29 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 22/09/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: l'humilité patriotique


Le chemin pour l’avènement de la démocratie au Togo a été et est parsemé d’obstacles aux conséquences pluridimensionnelles très graves.

De 1990 à ce jour, la terre de nos aïeux ne voit jamais la lueur du jour nouveau, c’est toujours une nuit noire. Ce n’est pas faute d’avoir essayé pour avoir cette lueur de ce jour tant attendu par un peuple avide de démocratie, de liberté, de justice et de paix. Les différents accords et dialogues inter-togolais sous l’hospice de grandes organisations, de grandes personnalités… en sont les preuves.

Au lendemain de la nomination de Maître Agboyibor à la primature suite à Ouaga III, faut-il croire à l’espoir de la lueur du jour? C’est trop tôt, ou c’est toujours la nuit qui sous l’effet de la lune, donne l’illusion du jour qui veut se lever? Loin de trouver une tentative de réponse à cette situation et à toutes les interrogations légitimes des Togolais en ce moment précis, il serait préférable et très patriotique de soutenir sans trop réfléchir, Maître Agboyibor dans sa mission.

Il est temps et grand temps que les Togolaises et Togolais qui aspirent à un vrai changement, mettent en veilleuse leur rage d’en découdre avec les tenants de la dictature, pour faire face à un combat intérieur de soi. L’heure de l’humilité patriotique a sonné et surtout pour ceux qui voient en Maître Agboyibor, un usurpateur du fauteuil du Premier Ministre. Tout observateur avisé de la scène politique togolaise sait que la mission qui est confiée à cet avocat est une mission délicate et suicidaire et qui peut le conduire à sa propre destruction politique, et partant de là, à l’anéantissement de sa formation politique, le CAR. Loin d’être une consécration pour ce vieux loup de la politique togolaise, cette nomination est un challenge pour redonner l’espoir au peuple togolais comme il a su le faire en compagnie d’autres leaders en 90.

Aujourd’hui, les dirigeants de l’UFC doivent faire énormément attention pour ne pas tomber dans un piège qu’ils se (créent) eux-mêmes. L’heure n’est pas au dénigrement d’un parti politique ou d’un leader politique, quand bien même les conditions sont réunies. Il est question du peuple togolais, et rien que de cela. Pourquoi les autres partis de l’opposition ont soutenu Akitani à la dernière élection présidentielle, et qu’aujourd’hui l’UFC se désolidarise du reste de l’opposition en boycottant déjà le futur gouvernement? Un analyste politique disait qu’on aurait mis un enfant de 6 ans de n’importe quel parti de l’opposition, il remporterait la victoire comme Akitani, puisqu’il avait derrière lui toute une opposition mobilisée pour la même cause. S’il est vrai que l’ambition du tout parti politique, c’est l’exercice du pouvoir, pour l’instant on parle de "transition". L’effet "sympathie de l’histoire" dont a bénéficié l’UFC dans les premières années de sa formation, s’est estompé et il faut combler ce vide, il y va de la crédibilité de cette formation qui a encore en son sein des gens capables de distinguer les intérêts du peuple togolais de ceux des individus. L’humilité politique fait grandir l’homme et l’humilité patriotique le consacre. L’histoire ne se répétera plus en notre faveur, mais il faut écrire soi même l’histoire en sa faveur.

Les acteurs de la vie politique togolaise doivent soutenir ce Premier Ministre qui a pour mission de donner corps et vie à l’esprit de Ouaga III, quand bien même cet accord global reste imparfait. C’est le moment pour toute l’opposition de devenir la sentinelle du peuple togolais en encourageant ce Premier Ministre et son gouvernement, tout en restant vigilante.

L’arrivée de Maître Agboyibor (ou de tout autre leader de la vraie opposition) à la primature dans l’environnement politique togolaise d’aujourd’hui, ne met en aucun cas fin à la souffrance du peuple togolais, et ne serait être une fin en soi dans la lutte pour la démocratie. Cependant, c’est une nouvelle forme de résistance et de baromètre de la capacité d’ouverture des dictateurs à un changement sous le règne des héritiers Eyadema. Et surtout, une autre forme pour oser redonner espoir à ce peuple togolais qui est le vrai perdant dans cette lutte. Le combat pour la démocratie continue et continuera.

Que Dieu bénisse le Togo!


Genève, le 21 septembre 2006
Eric Comlanvi Akoussan

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)