Mercredi 26 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 20/09/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: La pierre sacrée est bleu ciel: c'est un signe de paix , de réconciliation...


Togo: engouement et mystère autour d'une "pierre sacrée" en pays Guin


AFP--Glidji Kpodji 20/09/06 - "La pierre sacrée est bleu ciel: c'est un signe de bonheur, de paix et de réconciliation!", proclame solennellement le hounnon, un prêtre vaudou. Sur la place du petit village de Glidji Kpodji, non loin de Lomé, des milliers d'adeptes laissent éclater leur joie. Non loin du hounnon, des adeptes du culte, torse nu avec des feuilles nouées autour du cou, chantent et dansent en cercle autour d'une petite pierre tenue par un des leurs. Et cela fait 344 ans que chaque année en pays Guin, des initiés sortent de la forêt la petite pierre caméléon, lisse et grosse comme une souris d'ordinateur.

"Ils viennent de la grande forêt avec la pierre sacrée qui annonce une bonne nouvelle", explique à l'AFP une adepte, pagne blanc noué à la poitrine avec de longues perles multicolores au cou.

La pierre est sortie pour une seule journée et retourne pour un an dans les profondeurs de la forêt dans un lieu secret.

Pour tous les Guins d'Aného, deuxième ville du Togo à environ 45 km à l'est de Lomé, le rendez-vous annuel de septembre avec cette "pierre sacrée" est le plus important de l'année: la couleur dira ce que l'avenir leur réserve pour les douze mois à venir.

Des milliers de Togolais, mais aussi des adeptes du vaudou venus du Bénin, du Ghana, du Nigeria et d'Haïti se rassemblent alors à Glidji Kpodji pour la fête traditionnelle Epé Ekpé au cours de laquelle les grands prêtres présentent la pierre sacrée au peuple Guin, après des prières et sacrifices aux ancêtres.

"c'est le +Ekpessosso+ (la "prise de la pierre sacrée", en langue mina) qui marque le début de la nouvelle année", explique un hounnon.

"Seuls les grands prêtres de la divinité Maman Koley (la plus importante divinité Guin) sont autorisés à pénétrer dans la forêt de Glidji où se trouve la pierre sacrée. Ils invoquent tous les dieux et les ancêtres pour que sa couleur porte bonheur", précise doctement un grand prêtre vaudou, coiffé d'un bonnet blanc.

Chaque année, le Epé Epké attire une foule de "fidèles" mais aussi d'étangers. L'an dernier, le président Faure Gnassingbé avait lui-même fait le pèlerinage de Glidji.

Pour la 344e édition, la pierre est apparue cette année d'un beau bleu ciel, signe de bonheur, de paix et de prospérité, selon les grands prêtres.

Cette coutume a été instituée en 1663 par les premiers habitants d'Aného qui étaient venus de la Gold Coast voisine, l'actuel Ghana.

"La pierre peut prendre toutes les couleurs, mais le rouge et le noir sont à éviter. Le rouge annonce une année de tous les dangers et le noir la famine et la sécheresse", avertit Akakpo Kombey, fils d'un hounnon.

La couleur de la pierre varie surtout en fonction de ce qui s'est passée à Aného durant l'année écoulée, renchérit une "tassinon" (prêtresse vaudou).

"Mais grâce aux prières et aux offrandes, les ancêtres ont toujours été cléments envers le peuple guin", affirme Akakpo Kombey.

Pourtant l'année dernière, elle était verdâtre. Pour certains grands prêtres vaudou, c'était à cause des violences survenues au Togo au lendemain de la présidentielle d'avril 2005.

Des violences avaient éclaté dans les fiefs de l'opposition, notamment à Lomé et Aného où des manifestations avaient été réprimées, après l'annonce de la victoire de Faure Gnassingbé.

"Les dieux étaient vraiment en colère, parce que certaines de nos traditions n'avaient pas été respectées", affirme un notable guin.


LIRE EGALEMENT:
Ekpéssosso, l’identité du peuple Guin
Septembre, nouvelle année Guin


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)