Jeudi 29 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 26/06/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Arrêtons le jeu de qui perd, gagne.


TRIBUNE LIBRE
Par ELLIOT OHIN

En Côte d’Ivoire, au Congo Kinshasa, au Congo Brazzaville, au Tchad, au Liberia etc…, ils ont eu recours au dialogue pour départager des belligérants. Où sont les belligérants au Togo ? Au Togo, seul le clan Gnassingbé possède des armes, tue la population aux mains nues et impose à la tête du pays un des rejetons du vieux dictateur qui a rendu l’âme. L’Etat togolais sous les Gnassingbé est le seul à pouvoir revendiquer avec succès, pour son propre compte, le monopole de la violence physique devenue légitime. La première allégeance de l’armée togolaise n’est pas à l’Etat togolais qui n’existe d’ailleurs pas, mais au clan Gnassingbé. Il n’y a pas d’Etat quand les citoyens sont contraints de chercher protection dans les pays voisins. Il n’y a pas d’Etat quand le pouvoir central se révèle incapable d’assurer un minimum de services publics, voirie, eau, électricité, etc… Il n’y a plus d’Etat quand l’essentiel des élites et des classes moyennes d’un pays fuit le chaos dans les pays voisins. Togo : un gouvernement, pas d’Etat. Car, l’Etat en tant que tel a comme obligation première de remplir son contrat tacite avec la société, celle d’assurer la sécurité de ses membres sur le territoire relevant de son autorité. L'Etat produit entre autres cette sécurité, en libérant les hommes et les femmes du risque de la maladie, par un service d’hygiène adéquat, par les régimes universels d’assurance maladie, du risque de la faim, avec la sécurité sociale, et du risque de l’ignorance, grâce à l’école.

Nous voyons bien qu’il n’y ait pas d’Etat au Togo. Or sans Etat, il n’est certainement pas d’espace politique. Le gouvernement étant le pouvoir qui gouverne un Etat et puisque l’Etat n’existe pas au Togo, il n’y a donc pas de gouvernement. Au Togo, une bande de crapules, sans foi ni loi, vampirisent le pays à la place d’un gouvernement.

Et voila que cette bande de crapules, uniquement pour avoir accès au pactole de l’U.E acceptent de dialoguer avec les partis de l’opposition. Ces crapules veulent par ce biais faire d’une pierre deux coups, avoir accès bien sur au pactole et se faire légitimer comme d’habitude par des élections législatives aussi frauduleuses que les présidentielles. Nous devons maintenant arrêter ce jeu de qui perd, gagne. A l’U.F.C., nos convictions démocratiques ne sauraient dissimuler nos divergences parfois inexpugnables, sur lesquelles, nous ne pouvons ni transiger, ni négocier. Dans tout dialogue, la délibération qui un acte de conscience, peut aboutir à un consensus qui est voulu. Si elle n’y parvient pas, les oppositions sont tranchées, claires et la règle majoritaire prévaut. Pour nous, la règle majoritaire équivaut aux élections démocratiques transparentes, donnant ainsi le pouvoir au peuple souverain. Lorsque la politique parait se faire hors du peuple, elle est nécessairement contestée. Dans une démocratie, la politique ne jouit d’aucune extériorité par rapport au citoyen ; il en est le sujet et l’auteur. Voila pourquoi, il est impératif pour sortir notre pays de l’ornière de mettre en place le plus rapidement que possible les mécanismes nécessaires pour l’organisation des élections transparentes afin de reconstituer un vrai Etat et un gouvernement digne de ce nom.

Arrêtons donc ce jeu de qui perd, gagne pour sauver notre patrie.

ABLODE ! !
Elliott Ohin
Ancien Sécrétaire Général de l’U.F.C.
Membre du bureau national,
Représentant l’U.F.C. en Amérique du Nord.


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)