Jeudi 17 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFRIK.COM - 20/06/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le Togo éliminé de la Coupe du monde de football


Suisse 2 Togo 0

En concédant, ce lundi, leur seconde défaite dans le groupe G, deux buts à rien face à la Suisse, l’équipe togolaise de football est définitivement éliminée de la Coupe du monde 2006. Les Eperviers n’ont pourtant pas démérité et peuvent, comme les Ivoiriens, sortir la tête haute de la compétition. Les coéquipiers d’Emmanuel Adebayor ont montré une belle cohésion d’équipe et un bon fair-play sur le terrain. Du beau jeu donc, mais un manque de réussite et de réalisme devant les buts. Les Suisses prennent ainsi la tête au classement de la poule, devant les Sud-coréens et les Français.



Suisse-Togo : une rencontre capitale pour les deux équipes. Après son match nul 0 à 0 contre la France, la Suisse entendait bien récolter les 3 points de la victoire face à une équipe togolaise, défaite par la Corée du Sud 2 but à 1, pour qui une défaite serait synonyme d’élimination définitive de la compétition. Le match débute sur les chapeaux de roues. Conformément à la stratégie togolaise. "Nous avions prévu d’attaquer et de marquer rapidement lors du premier match. Nous appliquerons la même stratégie ", avait expliqué la star togolaise Emmanuel Adebayor, avant la rencontre. Mais, à la 16e minute, les Eperviers prennent du plomb dans l’aile. Sur un centre de Ludovic Magnin, repris par Tranquillo Barnetta, c’est finalement Alexander Frei qui, à bout portant, ne laisse aucune chance au portier togolais. Suisse 1, Togo 0.

Les hommes de Otto Pfister accusent le coup. Mais ne tardent pas à se reprendre et à imprimer leur rythme à la rencontre. Les coéquipiers de Kossi Agassa, capitaine de la sélection en raison de l’expulsion contre la Corée de Jean-Paul Abalo Yaovi, restent tournés vers l’attaque. Malgré l’absence du patron de la défense et du défenseur Ludovic Assemoassa, victime au premier match, d’une rupture des ligaments du genou droit, les Eperviers jouent sans complexe avec un Adebayor tout feu tout flamme. Rappelons que 7 joueurs du 11 de départ n’évoluent pas dans un championnat de première division, certains jouant même en 6e division. Les Togolais poussent, sans pour autant trouver la faille. Kader Touré, bien en jambe, échoue seul face au gardien suisse à la 27e minute. Trois minutes plus tard, c’est au tour de Thomas Dossevi de manquer son face à face avec Pascal Zuberbühler avec une frappe à côté. Les Helvètes ont eu chaud. Leurs réactions restent timides, si ce n’est Frei, à la 38e, qui aurait pu réaliser le KO s’il n’avait choisi de tenter seul sa chance, au lieu d’effectuer une passe assurément décisive sur Daniel Gygax, seul au point de penalty. A un but à zéro, ils ne sont pourtant pas à l’abri d’un retour des Togolais, bien dans la partie. Mais la marque au tableau d’affichage reste inchangée à la pause. Les Togolais auraient sans doute mérité mieux.

88e minute, le but du KO

Le début de seconde mi-temps est à l’avantage des Suisses. Les Eperviers ne sont plus à la fête et ne se créeront pas de véritable occasion au cour de cette seconde période. Rentré à la 46e minute, le Suisse Hakan Yakin apporte un coup de fraîcheur au collectif helvète. A la 53e minute, suite à un coup franc, il voit sa lourde reprise des 22 mètres flirter avec la lucarne droite des buts d’Agassa. Six minutes plus tard c’est au tour de Frei, sur le point de penalty, de donner des sueurs froides aux supporters togolais. Mais c’était sans compter l’intervention du défenseur Dare Nibombe. Cinq minutes plus tard le gardien togolais, très bon pendant la rencontre, doit déployer tous ses talents pour capter la frappe de Yakin après un très beau une-deux avec Barnetta. C’est ce même Barnetta qui portera l’estocade aux Togolais à la 88e minute sur une frappe croisée. Poteau rentrant, Agassa est battu, les Suisses se rassurent. Avec un score de 2 buts à zéro au coup de sifflet final, ils s’installent à la première place du groupe G.

Les Suisses, premier avec 4 points et une différence de but de + 2, devancent les Coréens , 4 points avec une différence de buts de + 1. La France, troisième avec deux points, reste en course pour une qualification au second tour. Tout se jouera donc à l’issue de la dernière journée du groupe pour les trois équipes. S’en est fini pour le Togo qui affrontera, pour l’honneur, l’équipe de France, vendredi prochain à Cologne. Les coéquipiers de Zidane, qui ne jouera pas la partie, auront toutefois fort à faire contre une équipe qui affiche un bon potentiel et qui aimerait bien quitter l’Allemagne avec panache en épinglant les champions du monde 1998.


par David Cadasse

AFRIK.COM

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)