Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LEMONDE.FR - 18/06/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le Togo continue à défrayer la chronique


Futur adversaire de la France, le Togo fait plus parler de lui hors du terrain que sur le terrain. Après la démission de son entraîneur, Otto Pfister, qui a finalement repris ses fonctions, l'équipe africaine a créé la sensation en menaçant de boycotter son prochain match, face à la Suisse. Les joueurs togolais ont refusé pendant plusieurs heures de quitter leur hôtel dimanche matin pour partir à Dortmund, où ils doivent disputer, lundi, leur deuxième match du tournoi. Ils exigeaient une résolution immédiate du conflit qui les oppose depuis plusieurs semaines à leur fédération sur la question des primes de participation au Mondial.

Les joueurs exigent 155 000 euros chacun pour leur participation au Mondial, plus 30 000 euros par victoire et 15 000 euros par match nul. La Fédération juge ces demandes exagérées pour des joueurs orginaires d'un pays où le revenu annuel moyen par habitant est inférieur à 800 euros.

Une réunion organisée au camp de base du Togo, à Wangen a apparemment permis de débloquer la situation, et la délégation togolaise est partie pour Dortmund. En raison du retard pris sur le programme, les coéquipiers d'Emmanuel Adebayor n'ont pus'entraîner à l'horaire prévu (15h30) et leur entraînement a été repoussé à 20 heures, après celui de leurs adversaires suisses.

La Fifa (Fédération internationale de football) est intervenue pour ramener les joueurs à la raison. "Nous avons lancé un appel à la raison. Nous leur avons fait savoir qu'un refus [de jouer] serait la pire des choses, qu'ils avaient une responsabilité vis-à-vis du peuple togolais. On leur a dit aussi : "Si vous refusez de jouer, vous vous exposez à des sanctions très graves"", a indiqué Andreas Herren, un porte-parole de la Fifa. Le règlement de la Coupe du monde prévoit qu'une équipe qui ne se présente pas sur le terrain est immédiatement disqualifiée. M. Herren n'a pas précisé quelles autres sanctions seraient applicables.

Aucune équipe qualifiée ne s'est jamais retirée d'une Coupe du monde depuis que cette compétition a vu le jour en 1930. Apparemment excédé par la situation, Otto Pfister déclarait dimanche : "Je pense que [les joueurs] ont trouvé une solution mais je ne sais pas laquelle et je ne veux pas le savoir".

Avec AFP et Reuters
Publié dans LEMONDE .FR du 18/06/06

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)