Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 09/06/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Agbala Luc: le canonnier du football togolais


Véritable force de la nature, Luc Agbala Watékou fait partie des acteurs qui ont marqué le football togolais des années 60 et 70. Que ce soit dans les rangs du FC Dyto, son club ou en sélection nationale, il fut un attaquant au grand gabarit, redouté par ses frappes de balles. Ancien sociétaire du Dynamic Togolais (Dyto) de Lomé et de la formation de Lomé I née de la « réforme sportive » de 1974, le (Dema Club) une fusion du Dyto, la Modèle et l’Etoile Filante, Luc Agbala a également porté les couleurs de l’équipe nationale togolaise.


Luc Agbala a commencé jouer au football à Cotonou, la capitale économique du Bénin ; à l’époque où son père militaire servait sous le drapeau de l’armée coloniale française. Pour des raisons scolaires, Luc Agbala doit retourner à Kanté, sa ville natale où il est né le 23 septembre 1947. Parallèlement à ses études, il signe une licence pour l’Aigle des Savanes. Grâce à sa carrure physique et alors qu’il était élève au Collège de la ville de Niamtougou, son destin croise une équipe de recrutement. Comme le père, l’enfant fera aussi une carrière d’homme en tenue.

Remarqué pour ses qualités physiques, la jeune recrue de l’armée togolaise accepte de porter la tunique des Diables rouges, ancêtre du Dyto de Lomé. Sa première prestation remonte en 1966 avec un duel contre l'Etoile Filante de Lomé, soldé par un score d’un but partout. Avant de devenir canonnier, Luc Agbala a été tenu en main par Rudolph Jazzar. Véritable mécène du football, ce libanais- togolais, très attaché à la Modèle de Lomé, avant de créer le Racing Club de Lomé, a formé plusieurs générations de joueurs togolais.

Par trois fois, Luc Agbala a été champion du Togo avec les Diables rouges et à plusieurs reprises, détenteur de la Coupe du Togo. Mais avant d’insister sur le parcours du canonnier du football, un peu d’histoire sur la formation au lion pour emblème. Au départ, le Dyto s’appelait « Diables rouges » et était composée des éléments de « Garde cercles » aujourd’hui « Gardiens de préfecture ». L’équipe sera élargie aux autres corps de l’armée togolaise sous la dénomination du Dynamic Togolais, dirigé en grande partie par des officiers. Une fin de partie n’est souvent pas facile pour les joueurs et dirigeants adverses, arbitres et spectateurs lorsque le Dyto perd la partie. On n’a pas le droit d’exulter.

Fiaty Arnold, Kpodonou Michel (Robot I), Koffi Sadjo Omer, Labissi Kouandé, Kossi Badjaké, Afoléo, de Souza Raphaël, Sokpoh Michel, Ayivor Comlanvi Kamalotor, Alirou Sogaba, Doamekpo, Fiaty Yara, Touglo Kondor, Luc Agbala, Keita Lamine, Akakpo Léo, sont entre autres les éléments qui ont marqué le parcours de cette formation qui sera dissoute en 1974. Grâce à son sens de but et à sa force de frappe, le canonnier a été sacré par deux fois « meilleur buteur « du championnat togolais de 1ere division dans les années 70.

Après la 8e CAN en février – mars 1972 à Yaoundé au Cameroun, Luc Agbala laissa tomber la pratique du football au profit d’une formation de kinésithérapeute en France. De retour au pays, il portera les couleurs de Lomé1 avec une demi-finale en coupe africaine des clubs champions perdue face au Hafia FC de Guinée-Conakry. En raccrochant, il ne prendra pas pour autant ses distances avec les milieux du football. Le canonnier suit des cours d’arbitrage. Montant en grade, il officia au niveau international jusqu’en 1992.

Devenu directeur administratif du Stade Omnisports de Lomé, Luc Agbala Watékou reste l’une des rares anciennes gloires à occuper des postes de responsabilités à la Fédération togolaise de football (FTF). Il a effectué de nombreuses missions officielles pour le compte de la sélection togolaise. Ancien conseiller de la FTF (équipe Mémène3 de 1993 à 1998), l’ancien canonnier a également présidé aux destinées de la Commission centrale des arbitres (CCA). Terreur des défenses adverses, Luc Agbala reste un serviteur du football togolais. Le canonnier du football se remet d’une santé déficiente qu’il l’a contraint à se soigner à l’extérieur.

Par Ekoué Satchivi

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO : APPEL à UNE MARCHE CONJOINTE DANS TOUT LE TOGO POUR LA LIBéRATION DU PAYS
C'est le moment ou à jamais, Messieurs les dirigeants du cap 2015 et du groupe des 6. Une marche conjointe dans tout le Togo. En plus, les villes déjà en ébullition, Aného, Tabligbo, Tsévié, Notsè, Atakpamé, Kpalimé, Badou, Amlamé, Blitta, Mango, Niamtougou Dapaong ... n'ont qu'à se mobiliser. Ce n'est une marche organisée par le PNP, c'est un soulèment pour honorer la mémoire de tous ceux qui viennent de tomber une fois encore sous les balles. Togo débout! Luttons sans défaillance

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)