Mercredi 29 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

UEMOA - 04/05/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

L'UEMOA recherche Cadre supérieur Agro-Economiste


AVIS DE RECRUTEMENT N° 005/2006/PC/DRH

La Commission de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina Faso, lance un avis de recrutement pour le poste de Cadre supérieur Agro-Economiste, chargé de l'Agriculture pour les services de la Commission de l'UEMOA.

I CARACTERISTIQUES DU POSTE

a) - Fonctions

Sous l'autorité du Commissaire chargé du Département du Développement Rural et de l'Environnement et sous la supervision du Directeur de l'Agriculture, le cadre sera chargé de participer à la mise en oeuvre et au suivi-évaluation de la Politique Agricole de l'UEMOA (PAU), notamment au niveau des grands chantiers suivants :

-La mise en place, le fonctionnement et l'animation des cadres de concertation pour les filières agricoles et du dispositif pour la préparation et la conduite des négociations internationales agricoles ;

-La mise en oeuvre du plan d'actions pour l'amélioration de la compétitivité des filières agricoles prioritaires ;

-La mise en place et le fonctionnement du Fonds Régional de Développement Agricole (FRDA) ;

-La mise en oeuvre et le suivi-évaluation du Programme Spécial Régional pour la Sécurité Alimentaire (PSRSA).

Le cadre aura ainsi, à contribuer à :

-La réalisation des études diagnostiques et prospectives dans les domaines du développement rural et de l'agriculture ;

-L'élaboration des mesures réglementaires communautaires visant à assurer l'harmonisation des politiques agricoles nationales ;

-La conception, en collaboration avec les experts des Etats membres de l'Union des instruments de suivi ­évaluation des projets, des programmes et de la Politique Agricole de l'Union ;

-La préparation, la conduite et le suivi des négociations des accords bilatéraux, multilatéraux et commerciaux sur l'agriculture.

Le cadre devra, par ailleurs, s'acquitter de toutes les autres tâches et activités qui lui seront confiées au sein du Département du Développement Rural et de l'Environnement de la Commission.


b) - Qualifications et aptitudes

Le Cadre supérieur Agro-Economiste, chargé de l'Agriculture devra avoir les qualifications suivantes :

-Etre titulaire d'un diplôme d'Ingénieur Agro-Economiste ou de tout autre diplôme équivalent ;

-Avoir une expérience professionnelle d'au moins dix (10) ans, dont cinq (05) ans au moins
dans les domaines couverts par le poste ;

-Avoir la maîtrise de la langue française (parlé et écrit).


c) - Classification professionnelle

Le Cadre supérieur Agro-Economiste, chargé de l'Agriculture relève de la catégorie des Agents d'encadrement supérieur.

II CONDITIONS GENERALES DU RECRUTEMENT

a) Dossier de candidature

Chaque dossier de candidature doit comporter :

-Une demande signée du candidat ;
-Une copie certifiée conforme du ou des diplômes ;
-Un curriculum vitae auquel sont annexées les attestations des expériences acquises (certificats de travail) ;
-Un extrait d'acte de naissance ou tout document en tenant lieu ;
-Un certificat de nationalité (original ou légalisé).

b) Nationalité et âge

Les candidats doivent être ressortissants de l'un des Etats membres de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo et doivent être âgés au plus de 50 ans au 31 décembre 2006.


III PRESENTATION DES DOSSIERS ET DATE DE CLOTURE

Le dossier de candidature, qui doit être déposé sous pli fermé, portera :

a) au recto, la mention « Recrutement d'un Cadre supérieur Agro-Economiste, chargé de l'Agriculture dans les services de la Commission de l'UEMOA » ;
b) au verso, les nom et prénoms du candidat.

Il doit être déposé à la Commission de l'UEMOA ou adressé, par voie postale:
MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L'UEMOA
380, Rue Agostino NETO
01 B.P. 543
OUAGADOUGOU 01
Burkina Faso


Voir également:
Les opportinutés d'emplois au Togo avec LUCREATIF

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)