Vendredi 26 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE REGARD - 09/05/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Histoire du Togo : La longue nuit de terreur (1963-2003) par Tété Godwin


Tété Godwin publie son troisième livre sur l’histoire du Togo

Dans sa série sur l’histoire de notre pays, Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo vient de publier son troisième livre intitulé « Histoire du Togo - La longue nuit de terreur (1963-2003) ». Ainsi après « Histoire du Togo - La palpitante quête de l’Ablodé (1940-1960) » et « Histoire du Togo - Le régime et l’assassinat de Sylvanus Olympio (1960-1963) », tous deux parus aux éditions NM7, Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo vient de boucler la boucle. Avec une préface du Pr. Anani André Kuévidjen, un témoin de l’histoire de notre pays, ancien ministre, Professeur de mathématiques et poète de son état, ce troisième ouvrage sur le passé récent de notre pays retrace les grandes étapes et les péripéties connues par le Togo depuis les lendemains de l’assassinat de Sylvanus Olympio jusqu’à l’accession de Eyadéma au pouvoir, avec toutes les pratiques qui ont finalement ruiné et détruit un pays qui, au moment de son indépendance, était parti pour être une référence en Afrique.

Contrairement aux précédents ouvrages publiés en volumes uniques, le présent livre est édité aux Editions A.J. Presse en deux volumes, le premier de 532 pages étant consacré à la relation des faits historiques et le second, de 804 pages, constituant les annexes.

Le volume 1 se subdivise en quatre parties plus un addemdum, à savoir :
1 - Le retour de Nicolas Grünitzky et la deuxième République togolaise (1963-1967).
2 - L’avènement d’Etienne Eyadéma, la monarchie absolue et la tombée de la nuit de terreur, (1967-1980).
3 - Au bord du gouffre, la Conférence Nationale Souveraine et la quatrième République (1980-1991).
4 - La systématisation de la stratégie de la terreur et la chute au fond du gouffre (1992-2000).
5 - Addendum : Gnassingbé Eyadéma : Toujours la fuite en avant (2000-2003).

Dans le style de narration simple, digeste et direct, qu’on lui connaît, l’auteur conduit le lecteur à travers quarante bonnes années de l’histoire de notre pays, avec des illustrations expressives. « Ainsi donc, le 13 janvier 1963, à l’heure où le coq annonce aux êtres humains qu’il est temps de se préparer en vue de leurs occupations habituelles, un commando d’une vingtaine de « demi-soldes » rentrés des expéditions coloniales françaises au Vietnam et en Algérie, assassine froidement le premier Président de la République togolaise : Sylvanus Kwami Epiphanio Olympio.

Quels auront été les véritables tenants et aboutissants de ce meurtre terriblement préjudiciable au Togo, à l’Afrique ? Il s’avère difficile, presque quatre décennies après, de répondre définitivement à cette angoissante problématique. Toutefois, dans notre livre « Le régime et l’assassinat de Sylvanus Olympio », nous avons, à cet égard, au moins pris le risque de poser certaines hypothèses de travail … D’indiquer des pistes de recherche. Et ce, pour ne pas dire : nous nous sommes permis quelques affirmations … ».
C’est en ces termes que Têtêvi Godwin Tété Adjalogo annonce la couleur de ce livre qui, dès les premières lignes emporte le lecteur à travers les nombreux événements ayant marqué la vie de notre pays.

Les assassins de Sylvanus Olympio sans aucune culture politique et n’ayant aucune expérience de l’administration n’avaient pas trouvé d’autre solution que de faire revenir au pays, le progressiste Nicolas Ador Grunitzky, beau-frère mais opposant farouche du Président assassiné à qui fut remis le pouvoir. Pour le marquer à la culotte, on lui avait adjoint un vice-Président Idrissou Antoine Méatchi dont les attributions étaient clairement définies par la Constitution du 11 mai 1963 en son article 21 : « le Président de la République est assisté d’un vice-Président de la République. Le vice-Président de la République exerce à titre temporaire ou permanent et par délégation du chef de l’Etat, les attributions qui lui sont dévolues. Il reçoit en outre un poste ministériel ».
Mais très vite, un conflit de compétence et une lutte d’hégémonie va s’installer à la tête de l’Etat où le vice-Président qui n’avait jamais caché ses ambitions ne laissait pas les coudées franches au Président. Comme l’écrira l’auteur, cette République était mal née. « Née avec trop de tares congénitales pour vivre longtemps. Elle ne vivra que quatre ans, jour pour jour : l’instant d’une rose au regard de l’histoire d’une nation. Elle n’aura été qu’un intermède avant la tombée de la longue nuit de terreur ».
En effet, profitant du temps où Grunitzky était aux affaires pour se familiariser un tant soit peu avec l’administration, les militaires qui n’avaient pas en réalité abandonné le pouvoir étaient revenus à la charge et tirant argument d’un blocage et d’une mésintelligence entre les « deux têtes » de la République, obtiennent la démission du Président Grunitzky. C’était le 13 janvier 1967. L’armée venait, une fois de plus, de prendre le pouvoir. C’est la nuit qui venait de tomber sur le Togo.

La narration se poursuit avec l’avènement d’Etienne Eyadéma au pouvoir appuyé par la Françafrique, soutien du totalitarisme absolu qui conduira le peuple togolais à la dérive. Le règne du Général Président selon l’auteur, aura été caractérisé par un certain nombre de projets peu ou pas du tout rentables, le pillage des ressources et des deniers publics, la perte des valeurs morales avec l’animation politique, l’érection de la délation en règle, la répression, les faux complots dont on se servait pour mythyfier Eyadéma, les purges et la terreur implacable qu’on faisait régner sur le pays.

L’ouvrage s’intéresse aussi aux combattants de la liberté qui, face à la dérive monarchiste du pouvoir, n’étaient pas restés bras croisés. Des patriotes accusés de complots vrais ou faux ont connu des fortunes diverses : les prisons, la torture et la mort. Vinrent ensuite les moments de la conférence nationale souveraine, qui finiront par l’inauguration d’une transition, une légère embellie avant le retour de la force brute et de la terreur.

La richesse de la documentation ayant permis la réalisation de l’ouvrage témoigne de la grande capacité de recherche de l’auteur. Les faits dans leur présentation donnent l’envie d’aller au bout de la lecture d’une seule traite. « Histoire du Togo - La longue nuit de terreur (1963-2003) ». Quarante années de l’histoire du Togo à consommer sans modération.

Par Yao Assou
Article publié dans Le Regard, n° 479 du 28 février 2006


Pour commander l'ouvrage:
par email: tgtete@mageos.com
par Tel: 00(33)0663131601

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)