Dimanche 20 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE POINT - 11/02/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

5 dirigeants du groupe Bolloré mis en examen pour corruption


L'état-major Afrique du groupe Bolloré a été relâché vendredi 11 février en milieu de journée par la gendarmerie togolaise, après 36 heures d'incarcération. Gilles Alix, le numéro 2 du groupe, Georges Cognon, le directeur Afrique, Dany Chuteaux, son adjoint, et Pascal Cotti, le patron de Bolloré au Togo, ont été déféré devant un juge d'instruction qui les a "inculpés" de corruption active de magistrat et libérés contre le versement d'une caution de 100 millions de francs CFA (150.000 euros) chacun. Le gouvernement togolais, qui publiait ces informations vendredi dans la soirée, ajoute que les quatre personnes seront tenues de se présenter à toute convocation du juge.

De source locale, trois des quatre inculpés se sont aussitôt rendus sur le tarmac de l'aéroport de Lomé, la capitale togolaise, où les attendait le Falcon 900 du groupe, prêt à décoller pour la France. C'est à bord de cet avion qu'ils ont été interpellés, mercredi vers 20 heures, par la gendarmerie togolaise, ainsi que Capital.fr l'a révélé jeudi en exclusivité. Seul Pascal Cotti et son directeur financier, M. Roussel (qui, lui, n'a pas été inculpé) sont restés à Lomé.

Selon des sources togolaises, la justice reprocherait aux inculpés d'avoir soudoyé le président du Tribunal de grande instance de Lomé en vue de gagner un procès qui oppose le groupe Bolloré à la société espagnole Progosa pour le contrôle des activités portuaires de Lomé.

De fait, un jugement favorable à l'industriel breton a été prononcé en première instance le 3 février dernier. Aussitôt, Gilles Alix et ses collaborateurs se sont rendus à Lomé pour prendre le contrôle du port. Mais une fois sur place, ils ont appris, le 6 février, que le jugement venait d'être suspendu par la Cour d'appel. Pour sa part, le groupe Bolloré dément toute accusation de "corruption active de magistrat" et estime que ses dirigeants ont été incarcérés "sous un motif invraisemblable".

Concernant la libération des quatre inculpés, l'Elysée et le Quai d'Orsay ont reconnu être intervenus auprès des autorités togolaises. Jacques Chirac aurait personnellement téléphoné à Faure Gnassingbé Eyadéma, le président du Togo, pour exiger leur élargissement.

A Lomé, on s'attendait, samedi après-midi, à de nouveaux rebondissements.

LE POINT

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)