Jeudi 19 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE REGARD - 01/02/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Ouagadougou pourrait accueillir le dialogue intertogolais


Par Abass SAÏB

Suite à la dernière mission du Conseiller Afrique de l’Elysée qui était arrivé à Lomé pour sonder les intentions des acteurs politiques, le schéma du dialogue intertogolais se reprécise. On signale que le pouvoir togolais a soumis des propositions concrètes à l’appréciation de la Commission Européenne.

Apparemment, on veut aller vite, quitte à faire le black out sur les questions délicates (voir ci-dessous). Le dossier togolais semble échapper aux fonctionnaires de la Commission européenne et se traiterait au niveau du tandem Louis Michel- de Bonnecorse.

On apprend de sources concordantes que Ouagadougou est pressenti pour abriter le dialogue dont la durée ne devra pas excéder trois semaines. Cette suggestion vise, dit-on, à installer les acteurs dans un cadre éloigné du contexte politique togolais pour la sérénité des débats. Il s’agira de faire en sorte que les législatives se déroulent dans les meilleurs délais, c’est-à-dire avant la fin du mois d’octobre.

Ces élections prévues pour être anticipées doivent donc avoir lieu, avant la fin du mandat officiel de l’Assemblée nationale.

Une force spéciale pourrait être mise en place par les autorités togolaises pour sécuriser les élections. En revanche, on ignore si l’assistance des forces de sécurité étrangères est retenue comme le suggèrent certains partis politiques. On ignore également de quel côté, vont se situer la CPP du Premier ministre Edem Kodjo et le PDR du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de l’intégration africaine, Zarifou Ayéva et le rôle précis du facilitateur onusien.

Selon certaines indiscrétions, l’UFC dont les exigences sont jugées excessives par Louis Michel pourrait être amené à choisir entre le boycott ou la participation.

Le pouvoir en place pourrait jouer sur les divergences internes à l’ancienne Coalition pour obtenir l’adhésion du CAR et de la CDPA à un accord acceptable permettant d’aller aux législatives. Alors, le Parti de Gilchrist Olympio serait mis devant le fait accompli. Il faut toutefois attendre le redémarrage du dialogue pour voir si la mise à l’écart de l’UFC sera la solution au problème togolais.

Le chef de l’Etat du pays hôte, Blaise Compaoré pourrait être sollicité pour aider les acteurs politiques à trouver un consensus. Aux heures chaudes des mouvements démocratiques, le Burkina a accueilli trois rencontres entre la mouvance présidentielle et l’opposition réunie sous le COD II. La dernière, Ouaga III avait été sanctionnée par un accord qui a permis d’organiser des législatives sous l’égide du Comité International de Suivi en 1994. Cette élection avait connu la victoire de l’opposition (UTD-CAR).


Article publié dans Le Regard N°475 du 31/01/06

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)