Vendredi 24 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE MONDE - 31/01/2006 Imprimer | Envoyer | Réagir

Côte d'Ivoire: l'enquête sur l'attaque antifrançaise de Bouaké se focalise sur Robert Montoya


Le déplacement de la juge du Tribunal aux armées de Paris (TAP) Brigitte Raynaud au Togo, à la mi-janvier, s'est révélé fructueux. La magistrate, qui enquête sur le bombardement du camp militaire français de Bouaké par deux Soukhoï-25 des forces ivoiriennes, le 6 novembre 2004 — qui avait coûté la vie à neuf soldats français et un civil américain — a saisi à Lomé plusieurs documents mettant en cause un membre de la cellule antiterroriste fonctionnant à l'Elysée sous François Mitterrand, reconverti dans le négoce d'armes, Robert Montoya.

La juge, qui conduit une instruction pour "assassinats, tentative d'assassinats et destruction de biens", tente de réunir des preuves lui permettant éventuellement de poursuivre M. Montoya pour "complicité" de ces délits. L'embargo sur les armes à destination de la Côte d'Ivoire ayant été décrété par l'ONU le 15 novembre 2004, l'ex-gendarme estime qu'il était autorisé à vendre les Soukhoï. Mais la juge pourrait lui reprocher l'assistance qu'il aurait fournie aux mercenaires suspectés d'avoir bombardé le camp français. L'avocat des familles des victimes de Bouaké, Me Jean Balan, espère que "l'enquête de la juge va enfin permettre d'établir les responsabilités".

Interrogé par Mme Raynaud — dès son retour du Togo — comme témoin, le général Michel Masson, responsable de la direction du renseignement militaire (DRM) au ministère de la défense, a renforcé, le 17 janvier, les soupçons de la magistrate : "Les recherches menées par la DRM ont permis de dire que c'est bien la société de M. Montoya (Darkwood) qui avait livré les deux avions Soukhoï impliqués dans les bombardements de Bouaké, y compris ceux de la journée du 6 novembre 2004. (...) M. Montoya a fourni les Soukhoï avec les munitions", a-t-il ajouté. Une conviction partagée par la gendarmerie de l'air de Lomé, au Togo, où M. Montoya a réuni l'essentiel de ses activités. Dans un rapport du 9 décembre 2005, elle assure que "les deux Soukhoï impliqués dans le bombardement du camp militaire de Bouaké provenaient d'une livraison par l'intéressé". D'autre part, selon ce rapport, les ventes de matériel militaire auraient continué après le 15 novembre 2004 : "Robert Montoya possède à son actif la livraison d'armes de guerre à Laurent Gbagbo, violant ainsi l'embargo des Nations unies."


"ENREGISTREMENT DU TRAFIC RADIO"


M. Montoya est surtout soupçonné par les services de renseignement d'avoir permis l'"exfiltration" des deux mercenaires biélorusses (chaque avion était composé d'un équipage mixte : un pilote slave et un copilote ivoirien) aux commandes des Soukhoï. Selon la juge Raynaud, qui l'a indiqué lors de l'interrogatoire du général Masson, le 17 janvier, "huit ressortissants slaves arrêtés à la frontière du Togo le 16 novembre 2004, venant de la Côte d'Ivoire par la voie terrestre, ont été pris en charge après leur période de rétention de 48 heures par une femme biélorusse qui n'est autre que la secrétaire de M. Montoya". D'après la juge, le fait que ces mercenaires aient été conduits "par cette dernière à l'hôtel Novela Star à Lomé" confirmerait que M. Montoya a fourni, outre les deux Soukhoï, "les personnels techniques et de pilotage relatifs à ces appareils, puisqu'il a assuré le rapatriement de son équipe arrêtée à la frontière du Togo, quelques jours après le bombardement du 6 novembre 2004".

D'après des notes du SCTIP (service de coopération technique de la police), l'un des deux pilotes a été identifié parmi les huit personnes exfiltrées au Togo. A ce sujet, le général Masson a confirmé à la juge qu'"au moins un enregistrement du trafic radio entre les Soukhoï et la tour de Yamoussoukro prouve que les pilotes parlaient entre eux en langue russe".

Les activités de M. Montoya ont également éveillé l'attention de la justice togolaise, qui a ouvert une enquête le 2 décembre 2005. Dans un rapport de synthèse du 9 décembre 2005, la gendarmerie togolaise conclut que l'homme d'affaires français est "impliqué dans la livraison d'armes et de matériels de guerre à l'armée ivoirienne. Robert Montoya a agi en sa double qualité de conseiller spécial du chef de l'Etat ivoirien chargé des affaires militaires et diplomatiques, d'une part, et, d'autre part, représentant de la BSVT", une société biélorusse de ventes d'armes.

Inculpé par un juge de Lomé le 28 décembre 2005, pour "trafic illicite d'armes, munitions et matériels de guerre" entre 2002 et 2004, M. Montoya s'est expliqué lors d'un interrogatoire, le 4 janvier. "Le président Gbagbo m'a sollicité en 2002 en vue d'aider à la restructuration de son armée, en proie à une rébellion située dans le nord du pays", a-t-il indiqué.

"Etant en relation avec une société d'Etat biélorusse (BSVT) dont je suis le représentant, j'avais alors proposé au président Gbagbo de traiter de manière officielle, c'est-à-dire d'Etat à Etat (afin d') aboutir à la fourniture de matériels de combat et d'assistance technique. Ces accords ont ainsi abouti à la livraison de matériels de combat et des techniciens devant assister les militaires ivoiriens. Des avions Soukhoï au nombre de deux, deux hélicoptères MI-24 et des véhicules de transport blindés, des armements légers et des munitions ont pu être acheminés en Côte d'Ivoire", a conclu M. Montoya.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme
Article paru dans l'édition du 01.02.06


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)