Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 20/10/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Claude AMEGANVI


Claude Améganvi incarne la figure mythique du révolutionnaire, « belle âme » qui ne s’accommode jamais des injustices de ce monde et veut œuvrer à la constitution d’une société juste, solidaire, véritablement humaine.

Son engagement politique est un ardent dévouement pour rendre concrète l’idée d’une société sans classes, autrement dit une société juste. C’est à cet idéal que s’est consacré le dernier en date des prisonniers politiques de Gnassingbé EYADEMA.

Claude Henri AMEGANVI est né le 12 août 1953 à Lomé (TOGO). Après des études scolaires à Lomé, il suit une formation d’architecte à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts (ENSBA) et obtient le diplôme d’architecte DPLG en 1983.

C’est à partir de 1977 qu’il commence à participer aux activités de l'Association des étudiants et Stagiaires togolais en France (AESTF), membre de la FEANF. En 1982, Il crée avec d’autres camarades exilés comme lui en Europe, le bulletin « Tribune libre pour la démocratie ». Plus tard, en 1988, Claude s’active avec d’autres compagnons pour créer l’Organisation des Travailleurs du Togo pour la Démocratie (OTTD), organisation dont il devient en 1991 le secrétaire chargé de la coordination.

En avril 1991, après plus de 13 ans d’exil, Claude AMEGANVI décide de rentrer au pays, muni d'un simple laissez-passer délivré par l'Ambassade du Togo en France. Il était en effet resté privé de titre de voyage pendant plus d'une décennie, faisant partie des quelques rares togolais qui avaient résisté à l'oukase imposant le changement de prénom. C’est donc aguerri qu’il participe aux luttes du mouvement démocratique en contribuant à la création du COD/ FOD et faisant partie de la délégation de l’OTTD aux assises de la Conférence Nationale de juillet -août 1991.

Ce jeune combattant de la liberté devint membre du Haut Conseil de la République, Parlement de la période de transition élu par la Conférence Nationale.

Après le coup de force du 3 décembre 1991, par lequel le régime militaire remet en cause les décisions de la Conférence Nationale ; une vague de répression s’abat de nouveau sur le pays. Claude Améganvi fait alors partie de ces responsables politiques qui sont de nouveau contraints à l’exil. Téméraire mais pas fou disait-il à l'époque à ceux qui lui reprochaient d'avoir quitté le navire. Il poursuivra ses activités politiques depuis le Bénin où il séjournera jusqu’en 1997 et y contribuera à la rédaction et à la parution du livre « Stratégie de la terreur ».

En novembre 1997, il décide, téméraire, de retourner vivre au Togo et œuvre pour la constitution d’une représentation politique indépendante des travailleurs, paysans et jeunes.

En 1998, la fusion entre l’OTTD et le CPRPT (Comité Provisoire pour une Représentation Politique des Travailleurs) aboutit à la constitution du Parti des Travailleurs dont Claude AMEGANVI devient le coordinateur national.

Il anime à partir de 2001 le mouvement « Quelle solution pour le Togo ? ». La dictature militaire perçoit très vite le danger que représente pour elle ce regroupement de diverses couches de la société civile togolaise. La commémoration du 10ème anniversaire de l’assassinat de Tavio AMORIN fut l’occasion pour ce regroupement de se mobiliser et de manifester son désir d’une société démocratique.

Claude AMEGANVI devint alors la bête noire du régime EYADEMA, et il fallait le « mettre hors d’état de nuire ». C’est alors que le fantasque Sizing WALLA, habitué des coups bas et vils fut chargé de la besogne…

Politicien atypique dans le paysage politique togolais, Claude Ameganvi mérite notre soutien pour briser le mur de silence et l’isolement dans lequel EYADEMA et son WALLA veulent, à travers lui, confiner le peuple togolais.

Letogolais.com


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO : APPEL à UNE MARCHE CONJOINTE DANS TOUT LE TOGO POUR LA LIBéRATION DU PAYS
C'est le moment ou à jamais, Messieurs les dirigeants du cap 2015 et du groupe des 6. Une marche conjointe dans tout le Togo. En plus, les villes déjà en ébullition, Aného, Tabligbo, Tsévié, Notsè, Atakpamé, Kpalimé, Badou, Amlamé, Blitta, Mango, Niamtougou Dapaong ... n'ont qu'à se mobiliser. Ce n'est une marche organisée par le PNP, c'est un soulèment pour honorer la mémoire de tous ceux qui viennent de tomber une fois encore sous les balles. Togo débout! Luttons sans défaillance

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)