Vendredi 26 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 29/12/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Lauren Ekué : itinéraire d’une afro-parisienne très branchée!


Recette gourmande ,….

Prenez une afro-parisienne d’origine togolaise,
Ajoutez une grande louchée de talent,
Versez deux doses d’impertinence,
Incorporez beaucoup de rythme et de vivacité,
Un doigt d’ironie et des pincées d’humour,
Saupoudrez de beaucoup d’esprit et vous obtiendrez Icône Urbaine, le premier opus de Lauren Ekué, rédactrice mode-beauté et styliste de 26 ans. Un premier roman mais un véritable petit bijou qui dépeint avec humour les tribulations d’une citizen black beauty à Paris. Ses amours, son job, la pression familiale, bref, la vie trépidante d’une trentenaire à qui il ne manque que le mari tant espéré pour redorer son blason auprès de ses parents.

Portrait

Lorsqu’on demande à Lauren Ekué de se décrire, elle hésite puis arque un fin sourcil et arbore un sourire moqueur : sexy, intello et futée ?
Comme son héroïne, Lauren Ekué est fine et vive, impétueuse, parfois arrogante, très souvent hilarante et ambitieuse.
Elle cultive avec persévérance et un talent que beaucoup lui envient la créativité, la singularité et l’originalité. Ainsi elle avoue que les mots l’ont cherchée et trouvée mais que c’est le terme « style » qui définit le plus précisément sa personnalité. Assembler et associer, que ce soit les mots, les idées ou les vêtements, voilà ce qu’elle se propose de faire et de nous donner à montrer. Elle cisèle le style et la forme quelque soit le support mais ne mâche pas ses mots. A 26 ans, cette « fleur de pavé » qui a vécu en Ile de France à des opinions bien tranchées sur le monde dans lequel elle vit. A cheval entre deux cultures, elle ne renie rien de ses origines togolaises et porte un regard critique et incisif sur le rôle que l’on veut bien donner à la femme black. Afro-parisienne, elle le revendique, le signe et le martèle.

Ce livre est né de l’envie de prouver que l’ambition pouvait être bénéfique aux femmes et que loin des clichés «  beaux yeux, beau corps », les femmes noires pouvaient aussi exister. C’est qu’être une femme noire « intello » fait encore plus peur dans la communauté afro caribéenne que dans la société française en général. La discrimination est plus forte encore car il existe encore une vision très traditionaliste de la femme y compris dans les franges les plus huppées de cette société. L’égalité n’est encore qu’un mot même si elle n’adhère pas non plus à l’image de la femme victime telle qu’on aimerait encore se la représenter. « J’aimerai que l’on parle de la femme noire loin des clichés (et des réalités sordides) telles que l’excision ou la victime de violences. » dit-elle souvent.

Le fait est que dans le mouvement Hip Hop qu’elle décrit d’ailleurs de l’intérieur, les femmes sont le plus souvent des corps ce qui est très étrange lorsqu’on sait que les chantres de ce mode d’expression artistique ont été le plus souvent élevés par leur mère ou leur grand-mère. C’est pourquoi Flora d’Almeida son héroïne est une femme de tête, décidée, ambitieuse et qui s’assume. Un choix tout naturel. Toute petite en effet, elle a entendu des « Nanas Benz » car son père était importeur de tissus et travaillait donc pour ces femmes. Forts célèbres au Togo puisqu’elles ont contribué à construire l’économie de ce pays. Ces femmes fortes et riches1 sont un modèle pour toutes les jeunes filles togolaises.

L’interculturel, à la mode Ekué.

On l’a dit, Lauren Ekué est entre deux cultures, ses racines togolaises, auprès desquelles elle va régulièrement se ressourcer et son pays d’adoption qui l’a vue grandir et embellir, se battre et vivre, La France.
Pas n’importe laquelle, la France urbaine, et pour tout dire, Paris et sa banlieue. Icône urbaine, c’est l’histoire d’une afro dans sa ville entre loyautés et déloyautés familiales.

Ce faisant, elle pose les grandes questions qui taraude toute une génération de français issus de l’immigration : comment répondre aux attentes de leurs parents (mariage, traditions, respect, ambitions) sans tomber dans l’assimilation la plus totale dans un pays qui peine à donner une place à l’ensemble des ressortissants, surtout s’ils ont la peau sombre.
Quel chemin pour les afro-caribéens hormis le sport et la musique ? Quelle représentativité ? Quelle reconnaissance ?

C’est cela la réalité décrite par Lauren Ekué, la pression familiale qui pèse sur les filles et leur interdit d’arborer ostensiblement leur féminisme comme un drapeau, les clichés qui ont la vie dure – surtout auprès de leurs congénères - et une africanité ou une négritude à réinventer après celle décrite avec beaucoup de talent et de sensibilité par Fanon, Senghor et Césaire pour ne citer que ces trois auteurs,…

Lauren Ekué est en plein dans cette nouvelle génération d’auteurs et d’artistes qui cherchent des solutions et se posent aujourd’hui les bonnes questions sur leur place au sein de la société française, monolithique et en pleine perte de repères.


Icône Urbaine , un opus universel !

Découpé comme le serait un CD de HIP HOP music, Icône Urbaine est une chronique,… de chroniqueuse. Chaque chapitre est indépendant … les mots fusent et claquent, s’entrechoquent et le rythme est parfois si alerte que la fin arrive comme par surprise.

Beaucoup de lecteurs ont souhaité qu’il y ait une suite. Lauren Ekué n’y oppose pas une fin de non-recevoir mais ne s’est pas encore penchée sur la question.

J’ai conçu ce livre comme une œuvre musicale qui s’achève. Je n’avais pas la prétention d’en faire une série,… Mais il est vrai que l’héroïne s’y prêterait,… les mots viendront à moi à leur rythme s’il faut que je poursuive.
Pour le moment, elle souhaiterait bien entendu que ce livre soit diffusé le plus largement possible auprès de la communauté afro-caribéenne mais du public féminin ou masculin quelque soit ses origines, urbains ou non qui ne peuvent qu’être touchés par l’itinéraire de cette jeune femme qui n’a pas froid aux yeux !

Fiche pratique :
Icône urbaine – 160 pages – 135 x 195 mm - 15 € - édité par les éditions Anibwe – 52 rue Greneta 75002 Paris – tél. : 01 45 08 48 33
En vente de puis fin juin 2005 – ISBN : 2-916121-02-01 – EAN : 9782916121024
Fnac : les Halles

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)