Jeudi 17 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 06/10/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

De gré ou de force pour le bien être du peuple Togolais, bébé GNASS doit déguerpir.


Le soi-disant président actuel du Togo doit déguerpir pour qu’enfin notre pays s’engage réellement dans une voie démocratique. Mais, de par son parcours jonché de plusieurs centaines de cadavres, il est clair que cela ne sera pas de son plein gré. Nous devons donc le faire déguerpir. Le dernier rapport des Nations Unies sur notre pays nous interpelle tous y compris nos frères d’armes. Ce rapport nous met tous en quelque sorte dans une situation de légitime défense pour notre survie et celle de notre nation.

Dans quel pays civilisé le pouvoir a été conquis par des élections en massacrant des centaines de citoyens qui ont commis le crime de lèse-majesté en réclamant tout simplement l’équité ? On ne peut prétendre créer une démocratie en s’attaquant directement à ce qui est au cœur des systèmes démocratiques : le processus électoral et la liberté d’expression. Nous ne pouvons donc attendre d’un bébé Gnass qu’il transforme du jour au lendemain notre pays en un havre de démocratie. Tel père, tel fils.

Apres 40 ans d’un système anachronique, usé et épuisé où tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’un seul homme, après plus d’une décennie de lutte de libération, nous constatons avec amertume que notre processus de démocratisation n’a pas avancé d’un iota. Nous devons donc admettre que nous sommes maintenant arrivés à la fin d’un cycle. Nous avons épuisé toutes les voies transactionnelles. Personne ne peut contester que nous avons participé avec la plus grande loyauté à toutes les tentatives pacifiques susceptibles d’instaurer la démocratie sur la terre de nos aïeux. Malheureusement pour notre pays, tous les engagements pris après une kyrielle d’accords étaient honteusement reniés par Gnass père et maintenant par bébé Gnass qui va jusqu’à contester un rapport des Nations Unies.

Tel père, tel fils. Au nom de quoi aurait-on l’obligation de s’asseoir bien sagement au tour d’une table pour encore entendre des sornettes du représentant d’un gouvernement qui truande les élections, érige les manœuvres dilatoires et le reniement de la parole donnée en mode de gestion politique. Quant à l’idée d’un éventuel partage du pouvoir avec bébé Gnass, c’est une alternative imaginaire qui ne correspond à aucune réalité politique susceptible de sortir notre pays de l’ornière. Ne nous leurrons pas un génocidaire héréditaire ne peut jamais instaurer la démocratie au Togo. Il est clair aujourd’hui qu’avec ce gouvernement, il ne faut plus demander à discuter, il faut imposer la discussion.

Plusieurs options s’offrent aux peuples qui décident de mener à terme une lutte de libération. Le choix de l’option est lié à l’acuité de résistance de l’oppresseur. Mais, la dernière option, celle qu’on adopte après épuisement de toutes les autres, consiste à utiliser les mêmes moyens que l’oppresseur. Les dictateurs ont toujours fondé leur pouvoir sur la force et, c’est par la force qu’on leur arrache leur pouvoir. Nous devons tous nous reprendre y compris nos frères d’armes. La force doit rester au peuple. Les peuples ont toujours été libérés avec la foi, le courage, l’engagement et la détermination. Il doit en être de même pour le peuple Togolais.

Gardons quand même en mémoire qu’un mal qui n’est pas vaincu par l’amour, succombe au mal. De gré ou de force pour le bien être du peuple Togolais, bébé Gnass doit déguerpir. Préparons nous pour passer tous ensemble aux actes et en finir une fois pour toutes.

Trop, c’est trop, finissons ! Ablodé!

9 octobre 2005
Etats Unis d’Amérique,

Elliott Ohin

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)