Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE MONDE - 26/09/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Les Nations unies attribuent au régime togolais la "responsabilité principale" des violences


La coïncidence est fâcheuse pour le régime togolais. Au moment même où le président Faure Gnassingbé, élu en avril, fait assaut de diplomatie pour tenter de renouer avec ses bailleurs de fonds européens, un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, publié lundi 26 septembre, attribue à l'Etat togolais "la responsabilité principale de la violence politique et des violations des droits de l'homme" commises au moment du scrutin contesté qui l'a porté au pouvoir.

"Exécutions sommaires perpétrées par les forces armées" , "actes de torture atroces et aveugles commis à grande échelle" , "arrestations arbitraires" d'opposants... Le document dresse une liste implacable d'exactions, établie en juin, lors d'une "mission d'établissement des faits" sur place. Sans exonérer les dirigeants de l'opposition dont les militants, révoltés par la fraude électorale, ont parfois eux-mêmes engagé le cycle violences-représailles, la mission de l'ONU désigne le pouvoir en place à Lomé comme le premier commanditaire des tueries. Alors qu'en juillet, Amnesty International avait établi une liste de 150 victimes, le bilan dressé par le Haut-Commissariat évoque "entre 400 et 500 morts et des milliers de blessés" dans les deux camps.

Si les violences ont débuté dès février, après la mort du général Eyadéma Gnassingbé, après trente-huit ans de règne, elles se sont aggravées lorsque sont fils, Faure, a été porté au pouvoir avec le soutien des militaires, grâce à une manipulation de la Constitution. Citant le juriste français Charles Debbasch, le document de l'ONU évoque "le rôle douteux (...) d'experts étrangers". Mais les brutalités ont atteint leur paroxysme après l'élection de Gnassingbé fils. Mettant en lumière "l'existence d'une réelle stratégie de la tension orchestrée par un groupe occulte au coeur du pouvoir", le rapport de l'ONU pointe le recours aux unités d'élite de l'armée pour maintenir l'ordre après la proclamation des résultats, et les pratiques destinées à faire disparaître certains cadavres.

La Mission évoque le fait que "2500 soldats habillés en civil et armés de coupe-coupe (...) " auraient été utilisés pour appuyer les militants du parti au pouvoir dans la répression des manifestations de l'opposition. Des actes de torture ont été commis par "des milices, des militants du RPT - Rassemblement du peuple togolais- et des militants de la coalition - de l'opposition -", souligne le document, qui cite des cas de "viols et -de- sévices sexuels". Les destructions d'habitations par les forces de l'ordre et l'incarcération de personnes dans des "conditions dégradantes" complètent le tableau.


"IMPASSE POLITIQUE"


Près de six mois après ces événements, le Togo suivrait-il le chemin de la démocratie ? Sans répondre à la question, le rapport de l'ONU permet d'en douter, qui insiste sur la dimension ethnique du conflit, et qualifie d'"impasse politique" la constitution d'un gouvernement sans participation réelle de l'opposition.

Le président Faure Gnassingbé ne ménage pourtant pas ses efforts pour tenter de conquérir une respectabilité et obtenir la reprise de l'aide économique de l'Union européenne, interrompue depuis 1993 pour manquements aux droits de l'homme. A New York, récemment, le président togolais a annoncé son intention d'organiser des élections législatives "le plus vite possible" et il n'a pas écarté l'idée de réhabiliter Sylvanus Olympio, premier président du Togo, tué en 1963 lors d'un coup d'Etat mené par son père, Eyadéma Gnassingbé. Ces déclarations de bonnes intentions ont porté leurs fruits puisque l'UE vient de débloquer 9 millions d'euros destinés au recensement de la population, à la réforme de la justice et à l'organisation des élections législatives. Mais l'exigence européenne d'un calendrier précis de réformes n'a reçu pour l'instant qu'un accord verbal. Un voyage de M. Gnassingbé à Londres, Paris et Bruxelles est aussi programmé.

Réfugié en France, l'ancien ministre de l'intérieur François Boko estime que le pouvoir togolais "joue sur la lassitude" des Européens. Il regrette que l'UE "cautionne" la volonté d'organiser des élections en l'absence de tout dialogue avec l'opposition. Il doute enfin de la volonté de "réconciliation" affichée par un régime qui vient de baptiser l'aéroport de Lomé du nom du dictateur mort en février.

Philippe Bernard
Article paru dans LE MONDE édition du 27.09.05


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)