Vendredi 28 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LIBERATION - 19/07/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Amnesty liste les exactions du nouveau régime au Togo


Réfugiés au Bénin, des opposants dénoncent «exécutions, torture et viols».

Par Thomas HOFNUNG

Trois mois après l'élection contestée de Faure Gnassingbé à la tête du Togo, Amnesty International revient sur les événements sanglants qui ont endeuillé le scrutin présidentiel du 24 avril. Dans un rapport rendu public hier, l'association de défense des droits de l'homme dénonce «des exécutions extrajudiciaires, des enlèvements, des actes de torture et des mauvais traitements, y compris des viols et des tentatives de viols» perpétrées par les forces de l'ordre et par les partisans du régime contre les sympathisants réels ou supposés de l'opposition. Pour des raisons de sécurité, l'enquête s'est déroulée, en mai et en juin, auprès des milliers de personnes réfugiées au Bénin, pays frontalier du Togo.

Liste. L'ONG reconnaît ne pas être en mesure de fournir un bilan exhaustif des morts liées à cette répression aveugle, soulignant que les autorités de Lomé ont pris de nombreuses dispositions pour dissimuler l'ampleur des violations des droits de l'homme. Toutefois, Amnesty affirme avoir établi une liste de 150 noms qu'elle tient «à la disposition de toute commission d'enquête internationale», tout en la jugeant bien en deçà des chiffres réels. En mai, la Ligue togolaise des droits de l'homme (proche de l'opposition) avait cité le chiffre de 811 décès, tandis que le pouvoir en reconnaissait 58.

Viols. Au Bénin, Amnesty a observé «un grand nombre de blessés» par balles. Sur la base de témoignages sous couvert d'anonymat, l'ONG fait aussi état de viols commis «par des partisans armés du régime». Le rôle des milices est souvent dénoncé dans le rapport. Un journaliste de Radio Lumière à Aného, une ville frontalière avec le Bénin où de violents affrontements ont éclaté après la proclamation de la victoire de Faure Gnassingbé, raconte aussi comment les militaires ont mis le feu au bâtiment abritant la station.

Dans ses conclusions, Amnesty appelle la communauté internationale à ne pas renvoyer chez eux les réfugiés qui redoutent d'être arrêtés au Togo. Selon l'association, plusieurs cas se sont déjà produits ces dernières semaines. Enfin, elle demande instamment à la France, ancienne puissance coloniale, d'interrompre les transferts de matériels militaires pouvant être utilisés à des fins de répression. L'ONG révèle avoir fait analyser des balles en caoutchouc ainsi qu'une grenade lacrymogène utilisées à Lomé : «Il en ressort que ces matériels sont de fabrication française.»


Liberation du mardi 19 juillet 2005

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)