Lundi 1 Mai 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 23/05/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : l’Opposition fragilisée cherche un nouveau souffle


La dynamique de mobilisation émoussée

Elle est lointaine, la période où les mots d’ordre de l’opposition pour des manifestations remplissaient les rues de Lomé spontanément. En plus de dix ans de lutte acharnée, les partis n’ont pas réussi à asseoir de solides mouvements populaires axés sur des bases convaincantes. Bien que le CAR, la CPP, la CDPA et l’UFC soient parvenus à mettre en place des sections nationales, avec des délégations ayant une existence effective et des activités plus ou moins constantes, la vie de toutes ces formations est marquée par une indolence presque atavique. Les militants de base ont du mal à cerner l’évolution de la situation politique et ne disposent pas souvent de repère pour maintenir un débat de fond. La crise de la pensée qui ronge les responsables politiques au sommet se traduit à la base par une sorte de démission, dont les répercussions sont parfois catastrophiques, face aux pressions du pouvoir.

Des partis appauvris
Le financement des partis politiques était à l’ordre du jour au CPS avant la dernière tempête. Pour Eyadèma et son gouvernement, il est hors de question de donner de l’argent aux adversaires qui veulent prendre leur place. Là-bas, on a encore du mal à admettre que l’activité politique est d’utilité publique. Les plus consciencieux soutiennent que le poids réel des partis est inconnu et que la subvention ne peut être accordée à des « organisations fantomatiques dont on ignore la responsabilité ». De 1991 à ce jour, les leaders des partis d’opposition qui sont en même temps les principaux financiers se sont appauvris. La vie et l’activité des formations s’en ressentent.

A la veille des élections législatives qui devraient se tenir en mars dernier, la plupart des formations de l’opposition s’était engagées dans la recherche de financement, suivant des procédures et stratégies qu’il serait inopportun d’exposer dans cette analyse. Il était presque impossible pour les candidats positionnés çà et là de lever des fonds auprès des militants. La situation intérieure marquée par la crise économique généralisée milite contre cela, de même que les mesures d’intimidation et de coercition engagées contre de potentiels mécènes par le pouvoir. Ceux des citoyens qui pourraient soutenir les formations politiques refusent de le faire, de crainte de subir des représailles.

Cette situation de privation et de pauvreté arrange si bien le système en place que, des velléités monolithiques ont commencé à refaire jour. Les partis membres du CPOC peuvent-ils démontrer la source de leur moyen financier, si ce ne sont des « honoraires » versés pour service rendu ? Le RPT est assuré ainsi d’étendre ses tentacules sur tout le pays et de ne voir face à lui que des faire valoir.

Il faut nuancer peut-être les problèmes financiers que rencontre l’opposition. Certains partis comme l’UFC de l’homme d’affaires Gilchrist Olympio serait relativement mieux lotis. La CPP de Kodjo et le CAR d’Agboyibo pourraient également devant les urgences mobiliser d’importantes ressources. La CDPA et le PDR étalent moins de santé quoique ces partis ne manquent pas d’ambition quant à leurs représentations nationales.

Dans tous les cas, l’opposition dans son ensemble a perdu la fougue et le dynamisme qu’elle avait au début du processus de démocratisation, aujourd’hui dans une grave confusion. Cette situation doit interpeller tous les démocrates

K. DANY

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)