Mercredi 13 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

RFI - 26/05/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

La FIDH réclame une commission d’enquête


La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) dénonce la dégradation de la situation suite à l’élection présidentielle controversée du 24 avril dernier. Elle réclame l’envoi d’urgence d’une commission d’enquête internationale afin d’établir les faits et de fixer les responsabilités


C’est par une lettre ouverte, datée du 23 mai, au président de la Commission de l’Union africaine, Alpha Omar Konaré, au secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan et au Haut commissaire aux droits de l’Homme des Nations unies, Louise Arbour que la FIDH souligne sa préoccupation de la situation qui prévaut au Togo. Reprenant largement des faits avérés, Sidiki Kaba, le président de la FIDH montre la gravité de la situation qui nécessite un autre traitement de la part de la communauté internationale. En effet, contrairement à quelques dizaines de morts et de blessés annoncés par le pouvoir togolais, la FIDH insiste sur les massacres à grande échelle et ciblés de l’ordre de quelques centaines de victimes.

Selon des témoignages qu’elle a recueillis, les Forces armées togolaises et la gendarmerie nationale avec le concours de miliciens affiliés au rassemblement du peuple togolais (RPT), le parti au pouvoir, auraient participé à des exécutions sommaires. En dehors de la répression des manifestations de rue à Lomé, la FIDH fait souligne les chasses à l’homme perpétrées à l’intérieur du pays et dans certaines grandes agglomérations. «L’impossibilité d’accès aux morgues, la disparition de dossiers médicaux dans les hôpitaux et centres de santé, l’afflux persistant de réfugiés dans les pays limitrophes (Ghana et Bénin) sont révélateurs de l’existence d’une situation de répression particulièrement grave et récurrente», poursuit Sidiki Kaba dans sa lettre.

Le devoir de protection des populations civiles

La FIDH espère, cette fois-ci, être entendue, car depuis le décès le 5 février dernier du général président Gnassingbé Eyadéma, elle est à sa troisième lettre ouverte aux éminentes personnalités politiques sans oublier les multiples communiqués pour attirer l’attention sur le cas particulier du Togo. Le 7 février Sidiki Kaba avait cosigné avec Adoté Gandhi Akwei, président de la LTDH et Michel Tubiana, président de la Ligue des droits de l’Homme (France), une lettre ouverte au président de la République française, Jacques Chirac, dans laquelle ils exprimaient leur préoccupation après «le coup d’Etat militaire» qui installa le fils dans le fauteuil du père. Les signataires de la lettre demandaient à la France de «condamner fermement ce coup de force et d’user de son influence internationale afin que l’ordre constitutionnel soit rétabli».

Le 28 avril, quelques jours après l’élection présidentielle, Sidiki Kaba et Michel Tubiana ont signé une nouvelle lettre ouverte à Jacques Chirac dans laquelle ils appellent les autorités françaises à «condamner publiquement» la mascarade électorale au Togo. Après avoir souligné des faits flagrants de violation des droits de l’homme, intimidations, arrestations arbitraires, vol d’urnes par des militaires, coupures des lignes téléphoniques, interdiction d’émettre pour certaines radios et télévisions privées, la FIDH et la LDH ont déploré «la caution regrettable apportée à ce stade par la France à cette mascarade électorale et à sa faible réaction face aux violations en cours».

Dans sa lettre au président de la Commission de l’Union africaine, au secrétaire général de l’ONU et haut commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Sidiki Kaba rappelle également l’absence totale de crédibilité des «initiatives nationales» pour insister sur le rôle primordial de la FIDH, de la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH), des organes des Nations unies et de l’Union africaine dans la mise sur pied d’une commission d’enquête pour établir des faits et des responsabilités. En effet, les autorités togolaises ont accepté le principe d’une commission d’enquête mais qu’elles organiseraient elles-mêmes. «L’obligation de protéger» les populations civiles et de «prévenir l’aggravation de cette situation» est un devoir de la communauté internationale que rappelle le président de la FIDH.


Didier Samson
Article publié le 24/05/2005

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)