Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LIBERATION - 14/03/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le Togo enterre son Vieux Baobab sans l'ami Chirac


Jacques Chirac n'est pas venu à Lomé dire adieu à son «ami personnel», l'ancien président du Togo, le général Eyadéma, décédé brutalement, le 5 février, après trente-huit ans d'un règne sans partage. Soutenu jusqu'au bout par Paris, l'ancien sergent de la coloniale a été enterré en grande pompe, hier dans la capitale togolaise, selon le culte protestant de l'Eglise évangélique et presbytérienne du Togo, dont il était membre. Le long du parcours du cortège funèbre, on pouvait lire sur de nombreuses banderoles : «Papa Eyadéma du haut des cieux protégez toujours votre peuple.» L'ancien président devrait être inhumé demain dans son village natal de Pya, dans le nord du pays.

Tractations. Retenu officiellement à Paris en raison d'«un agenda surchargé» selon l'Elysée, le président français s'est fait représenter aux funérailles du «Vieux Baobab» par le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier, et par son conseiller pour les affaires africaines, Michel de Bonnecorse. La venue de Chirac à Lomé était politiquement trop sensible : l'opposition et une partie importante de la population togolaise reprochent au chef de l'Etat français d'avoir couvert toutes les dérives d'un régime accusé de graves violations des droits de l'homme.

Les obsèques d'Eyadéma se sont déroulées sur fond d'intenses tractations politiques pour tenter d'éviter une guerre civile au Togo. Dans un premier temps, l'armée avait confié le pouvoir à son fils, Faure Gnassingbé, suscitant de fortes tensions à Lomé et la réprobation unanime de la communauté internationale. Sous la pression des Etats africains, les généraux ont dû faire machine arrière et une élection présidentielle doit se tenir le 24 avril.

Trois candidats se sont déjà déclarés : «l'héritier» Faure Gnassingbé, mais aussi l'ancien secrétaire d'Etat français à l'Intégration (d'origine togolaise) Kofi Yamgnane et un homme d'affaires, Nicolas Lawson. Tout en demandant un report du scrutin, six partis d'opposition tentent, par ailleurs, de présenter un candidat commun. Gilchrist Olympio, le vieil adversaire d'Eyadéma et figure de proue de l'opposition, ménage le suspens quant à sa possible entrée en lice. En exil à Paris depuis un attentat en 1992, le fils du premier président togolais, assassiné en 1963, a annoncé sa venue, la semaine prochaine, à Lomé.

A la veille des obsèques d'Eyadéma, le conseiller de Jacques Chirac, Michel de Bonnecorse, a rencontré plusieurs dirigeants de l'opposition pour essayer de les persuader de participer aux élections.

Sortie de crise. Selon une source diplomatique, le scénario idéal pour Paris serait un partage du pouvoir à Lomé. L'élection à la présidence de Faure Gnassingbé rassurerait le noyau dur de l'armée, tandis que l'opposition pourrait remporter les législatives organisées dans la foulée et gouverner le pays.

Cette possible sortie de crise est dénoncée à l'avance par un proche de Gilchrist Olympio : «Le pays rejette massivement le clan Eyadéma. Si Faure est élu, ce sera forcément au prix de fraudes massives et la population se soulèvera.» A Paris, on a beau jurer que «l'époque où la France jouait les faiseurs de roi est révolue», la plupart des acteurs politiques togolais se tournent toujours vers elle pour savoir de quoi demain sera fait.

Par Thomas HOFNUNG

Liberation


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)