Vendredi 28 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE PAYS - 11/03/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Le casse-tête de l’opposition


vendredi 11 mars 2005.

Le scénario est apparu comme un cadeau servi sur un plateau d’argent à l’opposition togolaise. La mort du général Gnassingbé Eyadéma, après près de quatre décennies de règne, a apporté une bouffée d’oxygène dans l’arène politique, même si le fils du "baobab", Faure Gnassingbé, a tenté d’usurper le pouvoir par la suite, avant d’être contraint de se ranger dans l’ordre constitutionnel.

L’opposition togolaise a sans doute applaudi, se disant que cette fois elle pourrait mettre le pays sur les rails démocratiques, grâce, bien sûr, à l’opportunité que lui offre la voie des urnes. Mais c’était sans compter avec sa probable incapacité à transcender les intérêts personnels pour bâtir le bien commun. Certes, elle n’a pas encore choisi son candidat pour la prochaine élection présidentielle, fixée au 26 avril.

Mais d’ores et déjà, des signes précurseurs d’une éventuelle division règnent en son sein. Qui sera le challenger de Faure Gnassingbé ? Sur cette question, les partis de l’opposition ne sont pas encore parvenus à accorder leurs violons. L’application de la Constitution exclut d’office le président de l’Union des forces du changement (UFC), Gilchrist Olympio, le plus redoutable des opposants au régime togolais. L’opposition fait donc ses petits calculs politiques. Réussira-t-elle à trouver un candidat de consensus ?

C’est une équation complexe à laquelle il faut impérativement trouver une solution. L’idéal aurait été que la compétition fût ouverte à Gilchrist Olympio. Mais dans le contexte actuel, cela pourrait relever du politiquement incorrect, car, pour cela, il faudrait modifier la Constitution. Or, il n’y a pas longtemps, Faure Gnassingbé a été fermement condamné par l’opposition togolaise et les communautés africaine et internationale, pour s’être livré à cet "exercice à problèmes".

Au regard de cet état de faits, l’opposition devrait éviter de faire une fixation sur un individu et présenter, au nom de l’intérêt général, un autre candidat digne de la représenter au scrutin présidentiel. Parce qu’il s’agit là d’un tournant décisif de son existence. Sa capacité à gérer ses problèmes internes et à trouver un candidat consensuel sera un signal fort, un gage de confiance vis-à-vis de la gestion des affaires publiques, si elle occupait le fauteuil présidentiel. En tous cas, le peuple togolais l’a à l’oeil, de même que la communauté internationale qui n’a ménagé aucun effort pour le retour à l’ordre normal.

Le candidat du Rassemblement du peuple togolais (RPT), Faure Gnassingbé, devrait, lui aussi, oeuvrer autant que possible, à donner une chance au Togo de s’engager résolument dans un processus démocratique. Car, bien souvent, les bisbilles entre les hommes politiques prennent en otages les espoirs des populations et plombent les élans de développement. Conséquence : l’Afrique continue de ployer sous le lourd fardeau de la pauvreté.

Dans plusieurs pays africains, les scenarios se suivent et se ressemblent. L’opposition a du mal à retrouver ses repères ; la mouvance présidentielle, elle, use de pratiques souvent malsaines, animée par le seul désir de se maintenir au pouvoir. Or, la démocratie suppose des possibilités d’alternance et d’alternatives.

Mais pour réaliser cette ambition, il faut bien que les postulants à la gestion des affaires publiques fassent preuve de responsabilité. Souvent, l’opposition, du fait de son incapacité à bâtir l’édifice du consensus et de la conviction politiques, contribue à donner des galons au parti au pouvoir. On a pu le constater au Cameroun, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et dans bien d’autres Etats africains. Par contre, sous d’autres cieux, l’opposition a fait un sursaut salvateur, saisissant toutes les occasions pour prouver qu’elle peut gérer le pays.

Il importe donc que les partis d’opposition togolais tirent le meilleur parti de la situation actuelle. Dans tous les cas, il y va de leur avenir politique. Ou l’opposition réussit à trouver un candidat consensuel et de taille à mobiliser ses troupes et à remporter le prochain scrutin, ou elle échou et perd, de ce fait, la confiance de ce peuple dont la grande majorité cherche toujours à sortir des "ténèbres" du régime Eyadéma, qui ont apparemment du mal à se dissiper, même si le "dinosaure" a tiré sa révérence. L’heure est donc décisive. Et il ne faut pas rater le coach.

Le Pays

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)