Mercredi 13 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

HUMANITE - 10/03/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Des élections libres pour sortir le Togo de la crise


Les dirigeants du RPT (parti gouvernemental), après avoir voulu s’emparer du pouvoir aux - lendemains du décès du dictateur, le 5 février, en faisant un coup d’État (coup d’État condamné par toute la communauté internationale et l’opposition togolaise), viennent d’accepter l’organisation d’un scrutin présidentiel dans les soixante jours conformément à notre Constitution.

Après plusieurs cuvées électorales « calamiteuses » au Togo depuis 1990, le régime dictatorial togolais usant de tous les procédés frauduleux pour se maintenir au pouvoir en tripatouillant le processus électoral, est-il loisible de s’attendre à des - élections libres et transparentes pouvant déboucher sur une alternance pouvant conduire notre pays à - sortir de la crise ?

Les conditions de transparence électorale étant essentielles dans le progrès démocratique de tout État, les élections constituant aussi très souvent la base des crises politiques, voire des conflits armés internes en Afrique, il est donc urgent que l’Union africaine, dès lors qu’elle s’est engagée à prévenir les conflits sur le continent, s’implique dans l’organisation des prochaines élections au Togo et mette en oeuvre ses textes régissant les élections en Afrique, dont la charte africaine sur les élections, la démocratie et la gouvernance et le mémorandum d’accord sur la sécurité, la stabilité, le développement et la coopération en Afrique. Ces textes qui reconnaissent la bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme, le rejet des changements anticonstitutionnels de gouvernement et les élections transparentes crédibles comme des préalables à la paix et à la sécurité, et comme des conditions essentielles du développement, prévoient par ailleurs, la mise en place, là où elles n’existent pas, de commissions nationales électorales - indépendantes et une observation - internationale des élections. L’Union africaine (UA) devra ainsi oeuvrer pour que les missions d’observation internationale électorale à envoyer au Togo (dont la mise en oeuvre, en raison des coûts financiers énormes, est tributaire des organisations internationales, ONG et des pays du Nord dotés de moyens conséquents), soient plus indépendantes et plus crédibles pour suivre l’ensemble du processus électoral (de l’enregistrement des électeurs sur les listes électorales ou l’audit du fichier électoral, jusqu’à la proclamation des résultats, en passant par la centralisation des résultats de tous les bureaux de vote) conformément aux directives relatives aux missions d’observation et de suivi des élections de l’UA afin de renforcer la transparence et la crédibilité du scrutin présidentiel. Elle devra être associée à l’organisation de ces élections et contribuer à prévenir et à régler les crises électorales. Elle devra, d’une part, mener des médiations électorales entre les partis politiques d’opposition et le gouvernement afin de fixer un cadre électoral consensuel, éventuellement apaiser les tensions pré et post-électorales et formuler des propositions - relatives au bon déroulement des élections, et d’autre part, - assurer une bonne coordination des activités des différents observateurs tant nationaux qu’internationaux.

Pour ce faire, elle doit veiller à ce que l’organisation des prochaines élections soit conforme aux exigences démocratiques impliquant en principe, entre autres, la mise en place d’une commission électorale indépendante, la liberté de rassemblement et de manifestation, la liberté de la presse, l’accès aux radios et télévisions nationales, l’absence de harcèlement de la part des autorités publiques, des forces de l’ordre, des groupes armés parallèles et des milices à la solde du pouvoir, le droit pour les observateurs nationaux et internationaux de suivre tout le processus électoral. Il n’y a pas d’autre alternative. Seule l’organisation d’élections libres et transparentes, reconnues et acceptées comme telles par la communauté internationale et les acteurs politiques, pourra sortir le Togo de la crise actuelle.

Tribune libre publiée dans L'Humanité
Par Komi Tsakadi,
avocat



Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)