Samedi 24 Juin 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE POINT - 07/03/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

L'opposition en quête d'un candidat unique saisit la CEDEAO


L'opposition togolaise a déclaré, ce week-end, avoir saisi la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CREDEAO) de plusieurs "anomalies" dans le processus de préparation du prochain scrutin présidentiel, accusant notamment le gouvernement de violer des engagements pris lors de la médiation de l'organisation régionale, la semaine dernière.

Dans un communiqué rendu public à Lomé, le collectif de l'opposition, qui regroupe six partis politiques, fait remarquer en substance que le ministre de l'Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation, lui demande de désigner un représentant par Commission administrative et un représentant par comité administratif des listes et cartes, au lieu de 3 selon l'accord convenu avec la CEDEAO.

Pour l'opposition, il s'agit là d'une violation "flagrante" d'un des points fondamentaux de la médiation réalisée par la mission de la CEDEAO, qui est de nature à compromettre la régularité, la transparence et l'équité du scrutin.

Selon l'accord intervenu entre la CEDEAO et les acteurs politiques togolais concernant la prochaine élection présidentielle, les partis politiques sont représentés par des membres à part entière dans chaque commission administrative, comité de listes et cartes et bureaux de votes à raison de trois pour le pouvoir et trois pour l'opposition. Les représentants des partis politiques sont habilités à signer les procès verbaux et à en recevoir copies".

Le ministère de l'Intérieur, pour sa part, évoque l'article 41 du code électoral qui autorise 1 représentant par Commission administrative et un par comité des listes et cartes, dispositions antérieures aux recommandations de la CEDEAO. PANAPRESS


L'opposition en quête d'un candidat unique



"Les consultations se poursuivent, mais signalons que c'est la première fois que l'opposition est unanime pour désigner un candidat unique à l'élection présidentielle", a affirmé Martin Aduayom, secrétaire général adjoint de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA, opposition). M. Aduayom a indiqué que le candidat unique "n'est pas encore désigné, mais le principe est arrêté".

La Convergence patriotique panafricaine (CPP, opposition modérée), dirigée par Edem Kodjo, qui approuve cette idée, a appelé vendredi l'opposition à "prendre ses responsabilités" en désignant "un seul représentant", estimant qu'elle "n'a plus droit à l'erreur". Les responsables des partis de l'opposition réunis au sein d'une coalition la veille de l'élection présidentielle de juin 2003, n'avaient pu désigner un candidat unique après plusieurs semaines de consultations.

L'ex-président investi, Faure Gnassingbé, dirigeant du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), ainsi que Nicolas Lawson, homme d'affaires et président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR), ont annoncé qu'ils seraient candidats au scrutin du 24 avril.

Gilchrist Olympio, président de l'Union des forces de changement (UFC, principal parti d'opposition), et l'ex-secrétaire d'Etat français à l'Intégration Kofi Yamgnane (socialiste), titulaire de la double nationalité française et togolaise, ont indiqué leur intention d'être candidats. M. Olympio vit en exil en France depuis 1999. M. Yamgname, membre du Conseil national du Parti socialiste français (PS, principale formation de l'opposition en France) réside en Bretagne (ouest de la France).

L'article 62 de la Constitution togolaise empêche un candidat de briguer un mandat présidentiel "s'il ne réside sur le territoire national depuis douze mois au moins".



Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)