Mercredi 13 Decembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LUTTE OUVRIERE - 17/02/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Pour le gouvernement français, le temps des colonies n'est pas fini


Depuis la mort, le 5 février dernier, du dictateur et ami des gouvernants français, Eyadéma, les manifestations continuent à Lomé, capitale du Togo, contre l'installation au pouvoir par un coup de force militaire de Faure Gnassingbé, l'un des fils du défunt dictateur.

Gnassingbé a fait main basse sur l'État togolais sans consulter personne: ni la population bien sûr, qui n'a rien à attendre de bon de lui, ni l'opposition, ni surtout le gouvernement français, qui considère sans complexe avoir toujours un droit de regard sur son ancienne colonie. À peine connue, la prise du pouvoir par Gnassingbé a donné l'occasion à Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense, de manifester tout le mépris du gouvernement français pour le pays. Le contenu comme le ton de ses déclarations à la radio et à la télévision parlaient du Togo comme s'il était encore sous l'autorité de la France, comme si les Togolais n'étaient que des sujets. Le gouvernement français s'est indigné du coup d'État de Gnassingbé parce qu'il n'a visiblement pas été consulté et n'a probablement pas reçu les assurances qu'il attend quant à la défense de ses intérêts au Togo. Car ce n'est pas le fait que le nouvel homme au pouvoir au Togo -mais on ne sait pas encore pour combien de temps- ait agi comme un soudard et s'apprête probablement à exercer la même dictature que son père qui indigne le gouvernement français. En Afrique, ce dernier a montré qu'il peut s'entendre avec les pires dictateurs, lorsqu'ils sont capables de préserver les intérêts politiques et économiques de l'impérialisme français. Chirac ne qualifiait-il pas Eyadéma -encore au lendemain de sa mort- d'" ami de la France et un ami personnel", en dépit de la corruption notoire du régime, de l'oppression et de la misère qu'il faisait subir à la population togolaise?

Aujourd'hui, tandis que les militaires tirent contre les manifestants togolais et que le pays semble au bord du chaos, les dirigeants français font mine de s'inquiéter du sort des quelque 2500 ressortissants français présents dans le pays. Mais le soutien français au dictateur précédent comme l'ingérence française dans la situation actuelle ne peuvent que nourrir l'hostilité de la population togolaise à l'égard de l'ensemble de la communauté française au Togo. D'autant que les Blancs sont dans ce pays, comme dans tous les pays africains, des privilégiés au milieu d'une immense misère. Même s'il ne s'agit que de petits cadres de grandes sociétés, de fonctionnaires de l'État français, ils bénéficient de conditions de vie qui n'ont rien à voir avec celles de la grande majorité des Africains.

Les troupes françaises, présentes au Togo mais aussi au Congo, au Sénégal et en Côte-d'Ivoire, ont été mises en état d'alerte. Comme en Côte-d'Ivoire, le gouvernement français est prêt à invoquer la présence de ses ressortissants au Togo pour justifier une éventuelle intervention militaire avec des conséquences dramatiques pour la population africaine mais aussi pour les ressortissants français.

Car le gouvernement français n'a finalement guère moins de mépris pour leur sauvegarde et celle de leurs familles qu'il n'en a pour l'ensemble de la population africaine.

Lucienne PLAIN

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)