Samedi 19 Aout 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

RFI - 16/02/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: L’intransigeance de la CEDEAO


La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ne veut accorder aucun répit au pouvoir togolais installé à la hâte après la mort du président Gnassingbé Eyadéma. Après les menaces proférées, les responsables de la Cedeao sont allés à Lomé dire aux autorités togolaises les risques qu’elles encourent si un retour à la légalité constitutionnelle n’est pas effectif et immédiat.


Réunion à Cotonou, le 11 février de cinq chefs d’Etat dont le Nigérian Olusegun Obasanjo qui est par ailleurs président de l’Union africaine, assisté du président de la Commission Alpha Oumar Konaré, convocation d’une délégation togolaise de haut niveau à Niamey auprès du président en exercice de la Cedeao, le 12 février, déplacement d’une délégation de la Cedeao à Lomé le 15 février pour répéter inlassablement le même discours de retour à la légalité constitutionnelle, bref, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest veut visiblement en finir avec les « pratiques d’un autre âge » dont use le régime au pouvoir au Togo. La démission du président investi à la hâte après une réadaptation expresse de la constitution est la seule issue acceptable soutenue par l’organisation régionale.

L’intransigeance de la Cedeao est d’autant plus ferme qu’elle ne veut accepter aucun compromis sur les réaménagements à souhait de la constitution dans le seul but de pérenniser un pouvoir. Le harcèlement du pouvoir est pour l’instant l’option privilégiée au détriment du bras de fer prôné par une aile dure de l’organisation. On prête au Nigeria l’intention d’en découdre militairement avec le pouvoir togolais si les exigences de la Cedeao ne sont pas prises en compte. « Vous devez bien comprendre une chose, à propos du président Obasanjo ; il est un adepte de la tolérance zéro en ce qui concerne les juntes et les dictatures militaires et n’acceptera pas de pareille chose », déclare Femi Fani-Kayode, un des conseillers du président nigérian.

« Le temps presse »

Sur fond de menace, il est alors clairement suggéré au pouvoir de Lomé de revenir au respect strict de la constitution, c’est-à-dire la démission de Faure Gnassingbé. Ce seul sujet est à l’ordre du jour de réunion entre du 15 février entre la délégation de la Cedeao et les autorités togolaises. La délégation de l’organisation est conduite par son secrétaire général, Mohamed Ibn Chambas, et la ministre nigérienne des Affaires étrangères, Aïchatou Mindaoudou et le ministre nigérian des Affaires étrangères Olu Adeniji.

Une réponse est attendue dans la soirée. Pour le ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio « le temps presse ». Après plus d’une heure d’entretien avec les émissaires de la Cedeao, la délégation togolaise s’est retirée pour aller rendre compte au chef de l’Etat. Peu de temps après, les émissaires de la Cedeao ont été reçus à Lomé II, le palais présidentiel, par Faure Gnassingbé en présence du Premier ministre Koffi Sama. Quittant le palais présidentiel, la délégation de la Cedeao a qualifié ses discussions de « pleines et fructueuses » avec Faure Gnassingbé. Elle s’est refusée à toute autre déclaration réservant la primeur de ses informations aux chefs d’Etat de la Cedeao. Le retour à la légalité constitutionnelle exigé par la Cedeao se fera-t-il sans Faure Gnassingbé, ou quelle est la nature des compromis ? Toutes ces questions trouveront leurs réponses dans les heures à venir.

Didier Samson
Article publié le 15/02/2005

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)