Dimanche 24 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 18/05/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Actions médicales humanitaires américiano-togolaises


Ou tout au moins, c’est l’état de délitement du tissu économique, lui-même causé par la faute des politiques inconséquentes des dirigeants, qui est à l’origine du malaise des citoyens. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller suivre les soldats de la marine américaine en visite au Togo pour des actions médicales humanitaires.

Dans chaque localité, des centaines de personnes se dressent comme des marées humaines en déshérence fuyant les guerres civiles. L’opération médicale humanitaire de la marine américaine a plutôt l’allure d’une action de sauvetage pendant une catastrophe humanitaire.
Pourtant le Togo ne vit pas une situation de guerre civile ou de famine. Mais c’est tout comme. Cette entreprise des américains a montré les défaillances de notre système de santé incapable de toucher les populations peu ou prou éloignées des centres urbains où se trouvent la plupart des structures de santé. Combien de Togolais ont-ils accès à des soins de santé élémentaires ? Les statistiques de Lomé 2 resteront muettes comme une carpe devant une sotte pareille question. Connaissent pas. Pas plus d’ailleurs que M. Charles Kondi Agba, le Ministre de la Santé publique, qui adore se mettre en tous les endroits en costume-veste trois pièces. Qui a plutôt l’allure d’un fringuant play-boy que d’un docte médecin. Combien de médecins pour quel nombre d’habitant ? Combien de Togolais meurent-ils par an à cause d’une courte maladie ? Ce ministre ne le sait ; il y a belle lurette qu’il sait qu’il gère plutôt la mort publique de ses concitoyens que leur santé. Les Togolais meurent comme des abeilles, liquidés par des maladies de petite calibre. Par absence de médecins dont une grande partie est au chômage. Par manque d’infrastructure dont la plupart ne peuvent fonctionner parce que les dons et les financements ont été détournés. C’est donc des populations tristes, des corps entiers malades que les américains sont venus secourir. Une façon de restaurer l’espoir perdu de ces crève-la-faim. Injecter du courage dans des veines déçues par quatre décennies de malgouvernace, leur donner un tant soit peu l’illusion pour un temps qu’ils ne sont pas à la périphérie.
Il faut le croire. Les américains ont mené des actions auprès de 8 villages. Près de 10 mille patients ont été consultés ou soignés par une équipe de 45 médecins. Tout cela en l’espace d’une semaine. Certes, il faut éviter de tomber dans l’excès. Les Américains n’ont pas guéri tous les patients qui se présentaient. Il y avait des cas graves qui nécessitaient des soins plus intensifs dans une structure beaucoup plus appropriée. Mais ce qu’ils ont su leur apporter vaut tout son pesant d’or. Vaccins contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos. Des vitamines pour des populations malnutries, des médicaments contre la malaria et toutes sortes de maladie. Et last but not least, des traitements dentaires et ophtalmologiques, dans des milieux où des gens meurent bêtement de carie dentaire. Voici la panoplie des actions médicales humanitaires gratuites des militaires de la Navy. Mais on ne peut faire ce recollement des actions sans citer les dons offerts au Togo : des ouvrages scolaires pour une école publique et un don d’un camion citerne d’eau potable. Le coût total des opérations s’élève à près de 400 mille dollars.
Pour clore le tout, le jeudi 25 avril, une opération de simule de crash aérien a eu lieu à l’aéroport de Lomé-Tokoin. Il était question pour les Etats-Unis de tester la capacité du centre des opérations d’urgence. Selon, le Colonel Maserang, qui supervise la visite des Américains au Togo et au Ghana, le plan mis en place par le Ministère de la Sécurité n’est pas mauvais. Il faut le croire, c’est aussi une manière de leur donner l’espoir.
Tony Feda

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)