Lundi 24 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFRIK.COM - 30/11/2004 Imprimer | Envoyer | Réagir

Journée mondiale de lutte contre le Sida


La pandémie se féminise en Afrique

L’Afrique est, encore et toujours, le continent le plus touché par le virus du sida. La féminisation de la pandémie inquiète et s’impose comme la priorité de la Journée mondiale de lutte contre le sida qui se tient ce mercredi 1er décembre. Rappelons que le fléau a tué 2,3 millions d’Africains au cours de l’année 2004 et que plus de la moitié des personnes infectées par le VIH en Afrique noire sont des femmes.


34 ans, c’est l’espérance de vie au Zimbabwe ! Le sida fait des ravages et plus particulièrement en Afrique où se regroupent les 2/3 des séropositifs et malades du sida du monde. Dans neuf pays africains (Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, République centrafricaine, Rwanda, Swaziland, Zambie et Zimbabwe), l’espérance de vie est passée sous la barre des 40 ans. Au Zimbabwe, elle est passée de 52 ans en 1990 à 34 ans en 2003. En 2004, 3,1 millions d’Africains ont contracté l’infection et 2,3 millions en sont morts. Cette année, la femme et les jeunes sont au coeur de la Journée mondiale de lutte contre le sida. La femme est la cible la plus vulnérable : 57% des adultes infectés par le VIH en Afrique noire sont des femmes. Pire encore, 76% des 15/24 ans infectés sont des filles.

L’Afrique subsaharienne qui regroupe à peine 10% de la population mondiale compte pourtant 60% de personnes infectées du VIH, soit 25,4 millions sur un total mondial de 39,4 millions. Quant à l’Afrique australe, frappée de plein fouet par le virus, elle concentre 11,4 millions de malades du sida (30% du total mondial) alors qu’elle n’abrite que 2% de la population mondiale. L’Afrique du Sud, qui est considérée comme le pays le plus touché, comptait, en 2003, 5,3 millions de personnes infectées, et ne voit pas sa situation s’améliorer. L’Afrique de l’Est (Ethiopie, Kenya, Ouganda) enregistre une légère baisse des infections. Alors qu’en Afrique de l’0uest, où le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire enregistrent les taux les plus élevés, la situation semble se stabiliser. Le Nigeria compte le plus grand nombre de personnes contaminées après l’Afrique du Sud et l’Inde. Tous les pays de la sous région compte une prévalence nationale d’au moins 10% sauf l’Angola, qui compte moins de 5% de personnes infectées.

Priorité à l’éducation des filles

Le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a déclaré soutenir le combat des femmes dans la lutte contre le sida et que des changements de leurs conditions étaient nécessaires pour combattre le fléau. Ce changement « ne peut survenir que grâce à l’éducation des filles », estime-t-il.

A ce titre, la Déclaration d’engagement des Nations Unies sur le sida préconise avant tout l’éducation des jeunes à la santé sexuelle. Même si un nombre important de pays favorise cette politique, le problème subsistera car 55 des pays les plus pauvres du monde ont peu de chance d’atteindre une scolarisation complète d’ici 2015, estime l’UNESCO. Selon l’Onusida, la féminisation de la pandémie est due à la discrimination faite aux femmes ce qui les empêche d’accéder à l’éducation et aux soins.

D’après l’Onusida, les femmes « souffrent d’un manque chronique de pouvoir ». « La violence à l’encontre des femmes est un phénomène largement répandu », rappelle l’OMS : « entre un cinquième et un tiers des femmes dans le monde ont subi au cours de leur existence des sévices physiques ou sexuels de la part de leur partenaire ». Par ailleurs il est difficile pour les femmes d’exiger le préservatif dans beaucoup de pays.

Par Sonia El Amri

AFRIK.COM

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)