Vendredi 20 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFRIK.COM - 19/02/2004 Imprimer | Envoyer | Réagir

De nouveaux péages au Togo


Les barrages de la discorde

Dans quelques semaines, certaines routes reliant la capitale togolaise aux frontières des Etats limitrophes accueilleront des postes de péages. Les autorités du pays expliquent leur choix par la nécessité de récolter de l’argent pour l’entretien des routes. Les usagers et les syndicats crient au racket.

par Arnold Sènou

Cinq nouveaux péages. Davié, Sotouboua, Sanguéra et Vodougbé accueilleront bientôt des barrages routiers. Sur ces grands axes, qui occasionnent un flux de transport quotidien élevé, les véhicules, selon leur tonnage, devront s’acquitter d’une taxe régulière. Elle sera de 300 FCFA pour une voiture, de 400 FCFA pour un minibus, de 1 000 FCFA pour les autobus et de 2 000 FCFA pour les camions.

Les raisons gouvernementales

Pour M. Baouna, Directeur des transports routiers, les sommes qui seront perçues à chaque passage des quatre-roues, permettront d’entretenir les routes qui se « dégradent de plus en plus ». Il s’agira également de contrôler le poids des camions dont « tout excédant devrait être taxé », ajoute M. Bouana. Mené à coup de publicités dans les médias locaux, le but de la campagne de présentation des péages est d’expliquer les raisons de ces nouvelles constructions à la population.

Le gouvernement pensait-il que le peuple allait rejeter son initiative ? « Pas du tout », répond le Directeur des transports routiers du pays. Et de poursuivre : « D’ailleurs les gens nous ont applaudi à l’annonce de la construction de ces barrages. Ils nous ont même demandé pourquoi nous n’y avions pas pensé plus tôt ». Faux, rétorque le Syndicat des transporteurs : « Où est le peuple qui leur a dit ça ? Ces dirigeants sont dans leur tour d’ivoire et affabulent complètement ». Kokou Koffignou, Président des transporteurs de Lomé, s’insurge, contre les tarifs « excessifs » du droit de passage. « Il y a un décret qui demande aux circonscriptions (Préfectures) de trouver de l’argent pour faire face à leurs dépenses intérieures », explique-t-il. Pour lui, l’argent des péages n’est pas uniquement destiné à la gestion des réseaux routiers.

Construction plutôt qu’entretien

Kokou Koffignou trouve « énorme », le chiffre des cinq nouveaux barrages. A « l’entretien », dont parle le ministère des Transports pour expliquer la présence de ces nouveaux péages, il souhaiterait plutôt vivement la construction de nouvelles routes. « Il n’y en a tout simplement pas au Togo ». Par ailleurs, l’homme estime que « les postes, que l’Etat veut installer, devraient être uniquement réservés aux camions de transports commerciaux qui se dirigent vers les pays limitrophes, et épargner les automobilistes ».

Kodjo, un jeune automobiliste qui travaille dans une société privée à Lomé, s’oppose à ces nouvelles installations. Le jeune homme qui travaille dans la capitale, reconnaît que sa « petite Xsara » (Citroën) lui coûte déjà énormément en taxes trimestrielles et tempête son opposition à ces nouveaux péages qu’il trouve « trop abusée ». Mais il reconnaît que les automobilistes vont se « laisser faire par manque de force et de courage ». Chez les syndicalistes de transporteurs, on pense faire grève. Mais, rappelle-t-on, il faudra « d’abord attendre pour voir comment les premières journées auront soutiré en droit de passage ».


AFRIK.COM

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)