Lundi 20 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFRIK.COM - 08/01/2004 Imprimer | Envoyer | Réagir

King Mensah, le N°1 de la musique togolaise


La force se trouve dans nos racines
mardi 9 décembre 2003, par David Cadasse

King Mensah porte bien son nom. Car à 32 ans, l'artiste est bel est bien l'actuel roi de la musique togolaise. Kora 2000 du meilleur artiste traditionnel, il estime que son pays n'a pas encore trouvé sa propre voie musicale. Avec Elom, il vient d'enrichir sa discographie d'un quatrième album. Actuellement aux Etats-Unis, il reste attaché à l'Afrique et au Togo où il rêve de revenir pour y construire un village artistique. Rencontre avec une star simple et passionnée.

Afrik : Vous restez centré autour de la musique traditionnelle, pourquoi ?
King Mensah : Il y a beaucoup d'artistes africains qui oublient que notre force réside dans nos racines et notre musique traditionnelle. Il suffit d'arroser la racine. Je mêle seulement des influences contemporaines mais je chante dans ma langue maternelle : le mina (prononcez minan, ndlr) et aussi en kabye et en ewe. Quand je vois des personnes comme Salif Keita, Youssou n'Dour ou Mory Kanté, je sais que c'est le bon chemin.

Afrik : Quel regard portez-vous sur la musique togolaise ?
King Mensah : Il y a encore beaucoup de travail à faire. C'est vrai pour tout le monde, y compris pour moi. Aujourd'hui, on ne peut pas dire qu'il y a une musique togolaise. Quand on parle de zouglou ou de zoblazo on sait que c'est de la musique ivoirienne. Quand on parle de makossa on sait d'où ça vient (du Cameroun, ndlr), quand on parle du high-life on sait que ça vient du Ghana. Mais au Togo, comme au Bénin, nous n'avons pas de style musical qui colle vraiment au pays.

Afrik : Quel(s) artiste(s) admirez-vous ?
King Mensah : Mon père (rire). Même s'il n'est pas connu. Quand j'étais petit, je l'écoutais chanter chaque matin et chaque soir assis sur une chaise devant sa chambre. J'ai commencé par l'imiter en prenant sa chaise pour chanter à mon tour pour faire rire mes frères. J'y prenais goût sans même le savoir. Sinon, Meiway est un artiste que j'aime beaucoup. Tout comme Lokua Kanza, Salif Keita ou Youssou n'Dour…

Afrik : Quel est votre rêve d'artiste ?
King Mensah : Je vis aux Etats-Unis depuis huit mois. Je vais peut être y rester encore un ou deux ans. Mais mon rêve est de rentrer chez moi, construire un village pour accueillir les artistes, de la danse, du théâtre, de la musique. J'ai déjà participé à ce genre projet en Côte d'Ivoire et j'aimerais le faire dans mon pays. Mon rêve serait de participer à construire l'Afrique. Et ce n'est pas en dehors de l'Afrique qu'on peut construire l'Afrique.

Afrik : Pourquoi êtes-vous parti aux Etats-Unis ?
King Mensah : Au départ, pour apprendre l'anglais. Un soir, nous étions dans une boîte de nuit où des personnes jouaient en live. L'ami qui m'accompagnait m'a poussé à aller chanter avec les musiciens. Les gens sont montés sur scène pour me donner de l'argent. A la fin de ma prestation improvisée, une femme est venue me demander si j'étais vraiment artiste ou si je chantais juste comme ça pour le plaisir. Une semaine plus tard, elle m'a trouvé une date pour voir ce que je savais faire. J'ai trouvé rapidement trois musiciens pour m'accompagner et c'était parti. Depuis, elle s'occupe de moi. Elle m'a trouvé des dates au Canada. Je suis même invité l'année prochaine au festival Nuits d'Afrique à Montréal et j'ai une tournée de prévue de trois mois (juin, juillet, août) aux Etats-Unis, l'année prochaine.

Afrik : Quelle est la vision de la musique africaine aux Etats-Unis ?
King Mensah : Il faut que les gens arrêtent de nous blaguer. La musique africaine n'a pas encore une route aux Etats-Unis. J'ai entendu des artistes africains qui se vantaient d'avoir rempli des salles aux Etats-Unis. Or il n'y a que les Africains qui viennent. C'est comme s'ils avaient fait un concert à Lomé ou ailleurs en Afrique. Pour moi, faire un concert qui marche en Amérique, ça serait de remplir une salle avec des Américains. Je suis là-bas, je vais essayer de bousculer les choses. Je n'ai rien à perdre, si je ne le fais pas, mon enfant le fera (rire).

Visiter le site de King Mensah


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)