Dimanche 30 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 14/09/2003 Imprimer | Envoyer | Réagir

Quel avenir pour le coton togolais après Cancùn ?


A l’instar du Bénin, du Burkina Faso, du Mali et du Tchad qui font front commun à Cancùn (Mexique) dans le cadre de la conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour sauver le coton africain mis à mal par les subventions des pays du Nord, le coton togolais est menacé. Et ce, au moment même où la reprise s’annonce dans le secteur après trois années de vaches maigres.

L’industrie cotonnière togolaise a enregistré de meilleurs résultats pour la campagne 2002-2003 en comparaison de la période 1998 -2001. 186 589 en 2002-2003 contre 168 323 tonnes en 2001-2002, selon Panapress. Une reprise que viennent ternir les menaces qui pèsent actuellement sur le coton africain et qui font l’objet de négociations à Cancùn (Mexique), la cinquième conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le coton au Togo représente 194 025 hectares de superficies ensemencées et 186 589 tonnes de coton-graine. La filière coton est actuellement contrôlée par une entreprise publique, la Société Togolaise de Coton (SOTOCO) qui en détient le monopole. La libéralisation prochaine du secteur avec l’entrée sur le marché de 3 entreprises privées, à savoir la Société industrielle du coton (SICOT), la Société de production industrielle du coton (SOPIC) et la Société cotonnière des savanes (SOCOSA), devrait confirmer cette tendance positive.

DES ECHOS PEU ENCOURAGEANTS

« Selon une étude réalisée en septembre 2002 pour le compte de la Banque mondiale, mentionnée par l’agence panafricaine de presse, cette reprise serait due au paiement du coton- graine conformément au calendrier prévu, au maintien du prix du kg à 200 F CFA et à une campagne de relance auprès des producteurs. A contrario des années précédentes où les paysans avaient été payés en retard et n’avaient pas perçu les ristournes qui leur étaient dues par la SOTOCO en 1997. De mauvaises conditions pluviométriques et la désorganisation de l'encadrement technique se sont rajoutées à ces raisons structurelles. Mais cette amélioration de la conjoncture de l’industrie du coton au Togo intervient au moment où le secteur cotonnier africain est menacé. Le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad ont uni leurs forces et tentent de le défendre actuellement au Mexique. Ils réclament la suppression progressive et totale des subventions des pays du Nord entre 2004 et 2006 - qui faussent le jeu de la concurrence internationale - et une indemnisation financière pour les pertes subies par leurs pays.

Le coton africain perdrait chaque année plus de 200 millions de dollars de revenus d'exportation en raison des subventions. Un coton très compétitif, en termes de qualité et de coût de revient et qui représente 5% de la production mondiale. Il constitue également, selon Dagris, holding française dont le coton est le cœur de métier, l’origine des revenus d’environ dix millions de familles sur le continent. « L'initiative africaine » est soutenue par le directeur de l’OMC, Supachai Panitchpakdi, et par l’Union européenne. Un soutien important mais pas rassurant compte-tenu de la position des Etats-Unis et de l’Europe, elle-même, qui semblent ne pas vouloir renoncer à leur politique de subventions dans le secteur agricole en général. Ils accusent, par ailleurs le G21, le groupe formé par tous les pays pauvres pour défendre leurs intérêts face aux pays riches, d’être trop ferme sur ses positions. Espérons que les négociations de Cancun ne s’achèveront pas dans une impasse donnant ainsi la preuve que les intérêts du Sud et du Nord sont hautement divergents.

La rédaction letogolais.com

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)