Mardi 25 Juillet 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 14/07/2002 Imprimer | Envoyer | Réagir

Manifeste de Solidays


Ce texte a été présenté le 3 juillet en conférence de presse suite aux états généraux de Solidarité Sida, et 35 Associations l'ont d'ores et déjà signées.

Nous, associations, personnes vivant avec le VIH, acteurs de terrain, constatons que : depuis le début de l'épidémie, 25 millions de personnes sont mortes. - au fil des années, les acteurs de terrain, malades, associations, médecins se sont mobilisés jour après jour, pour combattre l'épidémie et sauver les personnes atteintes. - ONG et chercheurs ont prouvé la faisabilité de l'utilisation des antirétroviraux dans les pays pauvres, la capacité des malades d'où qu'ils viennent à suivre un traitement qui peut les maintenir en vie.

Aujourd'hui, sur 10 millions de personnes qui sont dans un état de santé nécessitant une mise sous trithérapie immédiate, seules 230 000 ont effectivement accès aux traitements. Pourtant, il est clairement possible, par une politique adaptée de lutte contre l'épidémie qui articule prise en charge des personnes atteintes et prévention, d'accroître de façon significative le nombre de personnes traitées et ainsi sauvées. Aujourd'hui, les acteurs locaux manquent cruellement de moyens pour développer leurs actions, soigner de plus en plus de malades et éviter les ruptures de stock.

Nous rendons responsables les gouvernements des pays riches, les gouvernements des pays en développement, l'ONU et ses agences :

1. D'avoir bafoué par leur inaction le droit fondamental à la vie et à la santé des personnes touchées par le VIH

2. De ne pas reconnaître et valoriser suffisamment le statut et le travail des associations et acteurs de terrain qui luttent quotidiennement contre le sida

3. D'avoir fait des promesses et de ne pas les tenir Un an après l'annonce tonitruante faite à Gênes par les Etats du G8 de la création d'un Fonds Mondial contre le Sida, la contribution des pays les plus riches n'a pas atteint le dixième des objectifs fixés.

Où sont les 10 milliards de dollars promis ? Aujourd'hui, l'urgence est de soutenir financièrement le plus rapidement possible les structures publiques ou communautaires d'ores et déjà impliquées dans la prise en charge médico-sociale des malades. Plus que jamais, il est impératif d'élargir l'accès aux soins et aux traitements de qualité dans les pays.

Nous ne tolérons plus cette impunité et nous nous engageons à employer tous les moyens pour que ces responsabilités soient enfin assumées.

Une personne meurt du sida toutes les 11 secondes. C'est notre devoir à tous que cesse cette hécatombe.

Dans le cadre des prochains appels à projets, le Fonds Mondial doit prendre l'engagement ferme de donner la priorité aux programmes-pays qui font une place centrale à l'accès aux traitements et à l'achat des génériques.
Les gouvernements des pays riches, les gouvernements des pays en développement, l'ONU et ses agences, doivent faire un choix : condamner à mort des millions de personnes et porter publiquement la responsabilité de leur complicité à une catastrophe sanitaire sans précédent, ou intervenir, ENFIN.

Si vous souhaitez signez ce manifeste, merci d'envoyer un mail à actsud@actupp.org

Associations signataires :
AAS (Burkina Faso) ; Act Up Paris (France) ; Action contre le sida (Togo) ; Actions Traitements (France) ; ADIP/S (Burkina Faso) ; Aides (France) ; Aides médicales et charité (Togo) ; Aidsi Tugikeskus (Estonie) ; ALAVI (Burkina Faso) ; ALCS (Maroc) ; Amal SIDA (Tunisie) ; Amepouh (Côte d'Ivoire) ; ANBEP (Sénégal) ; ANSS (Burundi) ; APCS (Algérie) ; Aras (Roumanie) ; Arcad-Sida (Mali) ; Association Dialaw Takkul (Sénégal) ; Cambodian organization of PLWH/A (Cambodge) ; Elus Locaux contre le Sida (France) ; Enda Tiers Monde (Sénégal) ; Ensemble contre le sida (France) ; Espoir Vie Togo (Togo) ; Grupo de Apoio a prevencao a Aids (Brazil) ; Ker Xaleyi (Senegal) ; Kidz positive Family Fund (Afrique du Sud) ; Lumière Action (Côte d'Ivoire) ; Mieux vivre avec le Sida (Niger) ; Positive Action Foundation Philippines, INC. (Philippines) ; REVS + (Burkina Faso) ; RIVE (Ile de la Réunion) ; Ruban Rouge (Côte d'Ivoire) ; Social Activities Integration (Inde) ; Solidarité Sida (France) ; Thaï Youth Aids Prevention Project (Thaïlande) ; UNALS (France)


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)